1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Je vous l'avais promis hier le voici, et je tiens à souligner l'importance du travail du site The Last American Vagabond, franchement c'est toujours aussi impressionnant. D'ailleurs je vous ai déjà passé des billets de Whitney Webb, là c'est Derrick Broze qui s'attèle à nouveau à la tâche, et le résultat est comme d'habitude de la même qualité, car tout est sourcé.

Pour le reste, il doit y avoir des sociétés en France comme Ancestry ou 23andMe, et des gens qui y soumettent leur ADN...

Quid de labos de tests clandestins chinois en France ? (je ne pense pas, mais sait-on jamais, comme il n'y a aucune vision 'stratégique' à long terme chez nous)

Car ce que ne dit pas cet article, c'est qu'à travers la collecte d'ADN (on se souvient de l'intérêt des Russes et des Américains envers leurs ADN respectifs)

Cela permet de faire des armes 'binaires' qui n'attaquent qu'un génotype de personnes, hum, les Chinois par exemple ? ou les Américains ?, voire des Français(es) ??? ; ))))))))

Vous voyez l'intérêt de la collecte d'ADN rien qu'à ce niveau, pour le reste c'est aussi notre passé, notre présent et notre avenir, alors autant ne pas le confier à n'importe qui....

Amitiés,

f.

Bill Gates 23andme DNA

Par Derrick Broze

Existe-t-il un lien entre la Chine, Bill Gates, YouTube et le prélèvement d'ADN ?

Des rapports récents révèlent qu'une société chinoise ayant des liens avec la Fondation Gates est impliquée dans les tests COVID-19, et constitue une menace potentielle pour la vie privée des Américains, en particulier pour les données médicales et de santé des personnes qui ont été testées pour le COVID-19.

Fin janvier, l'émission 60 Minutes de CBS a rapporté :

    "60 Minutes a appris que la société chinoise BGI Group, la plus grande entreprise de biotechnologie au monde, a proposé de construire des laboratoires COVID dans au moins six États, et que les responsables du renseignement américain ont émis des avertissements pour ne pas partager les données de santé avec BGI.

    La plus grande entreprise de biotechnologie au monde n'a pas tardé à proposer de construire et de gérer des laboratoires de test du COVID dans l'État de Washington, en contactant son gouverneur juste après que la première grande épidémie de COVID aux États-Unis s'y soit déclarée. La société chinoise, le BGI Group, a fait la même offre à au moins cinq autres États, dont New York et la Californie, a appris 60 Minutes. Cette offre, ainsi que d'autres offres de tests COVID par BGI, ont tellement inquiété Bill Evanina, alors haut responsable du contre-espionnage du pays, qu'il a autorisé un rare avertissement public."

"Les puissances étrangères peuvent collecter, stocker et exploiter les informations biométriques issues des tests COVID", déclarait l'avis. Evanina pense que les Chinois tentent de collecter l'ADN des Américains pour gagner une course au contrôle des données biométriques du monde."

Evanina a déclaré qu'une entité étrangère pourrait connaître les conditions médicales actuelles ou futures d'une personne en étudiant son ADN et utiliser ces informations pour obtenir un monopole sur les médicaments et les traitements nécessaires.

Le groupe BGI a refusé d'être interviewé par 60 Minutes et a déclaré que l'idée que les données génomiques des Américains ont été compromises par BGI est "sans fondement".

Des inquiétudes concernant BGI ont également été soulevées fin janvier lorsque Reuters a rapporté que plus de 40 documents et articles de recherche accessibles au public montrent les liens de BGI avec l'Armée populaire de libération (APL). Reuters a indiqué que les recherches portaient sur des sujets aussi variés que les tests de masse pour les agents pathogènes respiratoires et la science du cerveau.

La Fondation Gates et BGI

En mars, la journaliste Natalie Winter de National Pulse a découvert des documents attestant d'une relation entre la Fondation Bill et Melinda Gates et BGI remontant à près de dix ans. Winter a trouvé un protocole d'accord (MOU) entre la Fondation Gates et BGI pour "former une collaboration sur la santé mondiale et le développement agricole dans le but d'atteindre des objectifs communs en matière de santé et de développement agricole".

Plus précisément, cette collaboration porte sur les développements de la génomique humaine, végétale et animale, l'étude de l'ADN. Dans le communiqué de presse relatif au protocole d'accord, le cofondateur de BGI mentionne directement que le partenariat est axé sur la génomique.

"BGI se réjouit de s'associer à la Fondation Bill et Melinda Gates dans le cadre de cette importante collaboration visant à appliquer la recherche en génomique au profit de la santé humaine mondiale", a déclaré le Dr Huanming Yang, président et cofondateur de BGI.

Bill Gates a également visité le siège de BGI en 2010, selon un rapport du Financial Times. Le Times a déclaré que BGI "travaille à la construction d'une énorme bibliothèque basée sur l'ADN de plusieurs millions de personnes". L'objectif de BGI est d'utiliser ces informations pour la création de nouveaux médicaments, la recherche génétique et la "transformation des politiques de santé publique".

Il semblerait que la crise du COVID-19 ait aidé BGI et la Fondation Gates à jouer le rôle d'influenceurs et de transformateurs de la politique de santé internationale.

Le rapport de Winter note également que :

    "La Fondation Gates a également financé des projets de BGI relatifs au séquençage du génome aux côtés d'organes du Parti communiste chinois tels que le ministère de la Science et de la Technologie et l'Académie des sciences agricoles.

    De même, le Dr Tadataka Yamada, ancien président du programme de santé mondiale de la Fondation Bill & Melinda Gates, est le président du conseil consultatif scientifique de BGI."

Il est clair que le groupe BGI et la Fondation Gates ont une relation documentée au cours de la dernière décennie. Il est tout aussi évident que le groupe BGI a des relations étendues avec l'armée et le gouvernement chinois. Ce sont ces liens - la relation qui existe entre le gouvernement chinois, le groupe BGI et la Fondation Gates - qui ont suscités des craintes quant à l'utilisation potentiellement abusive des tests COVID-19 fabriqués par BGI.

BGI et l'industrie des tests ADN

Depuis mars 2020, BGI a vendu des millions de ses kits de tests COVID-19 dans le monde entier, notamment aux États-Unis, en Europe et en Australie. Reuters rapporte que les actions de BGI Genomics Co. ont doublé au cours de l'année dernière, ce qui confère à BGI une valeur marchande d'environ 9 milliards de dollars américains.

L'entreprise est basée à Shenzhen, sur la côte de Guangdong, en Chine. Elle s'est fait un nom en vendant des services de séquençage génétique dans le monde entier, ce qui lui a permis de créer une vaste base de données d'ADN. BGI est également connue pour avoir créé un cochon cloné en 2010.

L'entreprise s'est régulièrement associée à l'Armée populaire de libération chinoise. BGI et l'Académie des sciences médicales militaires de l'APL partagent une douzaine de brevets pour des tests ADN. Par coïncidence, Reuters note qu'un brevet de 2015 porte sur un "kit de test à faible coût pour détecter les agents pathogènes respiratoires, y compris le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) et les coronavirus".

En outre, Chen Weijun, l'expert en chef des maladies infectieuses de BGI, figure comme inventeur sur le brevet tout en détenant le titre de l'un des premiers scientifiques signalés comme ayant séquencé le COVID-19 utilisé des échantillons provenant d'un hôpital militaire de Wuhan.

BGI affirme que le kit de test développé avec l'armée chinoise n'est pas le même que celui vendu aux pays étrangers.

Le danger de l'utilisation des tests COVID-19 comme méthode de collecte de données génomiques sur un public non averti fait partie d'une conversation plus large sur les dangers posés par les sociétés de généalogie en général. Des millions de personnes dans le monde ont volontairement soumis leur ADN en échange d'informations sur leur ascendance. La grande majorité des utilisateurs de ces sociétés, telles qu'Ancestry et 23andMe, ne lisent pas les conditions de service qui précisent comment les sociétés de généalogie peuvent utiliser les données.

L'une des façons d'utiliser ces données est de les vendre à des sociétés de biotechnologie qui souhaitent développer de nouveaux médicaments et thérapies. Il est clair que certains gouvernements et armées ont également intérêt à collecter ces données.

Evanina, l'ancien agent de contre-espionnage, a déclaré à l'émission 60 Minutes que des entreprises chinoises investissent dans des sociétés de biotechnologie américaines pour avoir accès aux données de santé. Selon lui, la plupart des gens ne réalisent pas que leur matériel génétique représente "votre passé et votre avenir, ainsi que l'avenir de vos enfants".

S'il y a clairement des raisons de s'inquiéter de l'influence du gouvernement chinois et de ce qu'il pourrait faire de votre ADN, la réalité est que la plupart des gouvernements disposant des ressources nécessaires chercheront probablement à exploiter l'ADN également. Cela inclut absolument le gouvernement, l'armée et les entreprises privées des États-Unis.

L'une de ces entreprises est la société 23andMe, mentionnée plus haut. Dans le reportage de 60 Minutes de janvier, Anne Wojcicki, PDG de 23andMe, a répondu à des questions concernant l'utilisation par son entreprise des données qu'elle collecte. Bien que Mme Wojcicki affirme que son entreprise a "donné aux individus la possibilité de se rassembler, de faire de la recherche en masse", elle n'hésite pas à reconnaître que son entreprise prévoit d'utiliser ces informations pour développer des médicaments.

"Et je suis absolument convaincue que nous allons développer des médicaments. Pour que tout le monde puisse bénéficier du génome humain. Les données sont donc absolument précieuses", a déclaré Mme Wojcicki à 60 Minutes.

Tout en reconnaissant que les Américains devraient s'inquiéter des investissements de la Chine dans la recherche génomique, elle pense que la réponse est que les États-Unis investissent dans des programmes génétiques.

Wojcicki et 23andMe ont fait face à leurs propres critiques concernant la manière dont ils utilisent les données et si le public peut vraiment s'attendre à ce que les enregistrements de leur ADN soient sûrs. En février, il a été annoncé que 23andMe deviendrait une société cotée en Bourse avec l'aide du milliardaire Richard Branson. Le Guardian a noté que le Virgin Acquisition Group de Branson a déclaré que 23andMe et son "vaste ensemble de données exclusives" d'ADN permettraient à Virgin de "débloquer des flux de revenus à travers la santé numérique, la thérapeutique et plus encore".

L'intérêt de Branson pour l'étude de l'ADN ressemble aux intérêts du milliardaire en herbe Jeffrey Epstein. Epstein était obsédé par le financement de programmes sur l'ADN. Bill Gates fait également partie de cette toile en raison de sa relation avec Epstein et de son partenariat avec le groupe BGI. Whitney Webb de TLAV a récemment rapporté :

    "Epstein a fait don de centaines de milliers de dollars à l'institution et Epstein a également été utilisé comme canal pour faire des dons au MIT par le milliardaire Bill Gates. Bill Gates n'a pas encore expliqué pourquoi il faisait transiter ses dons par Epstein au lieu de les faire publiquement via sa célèbre fondation "philanthropique". Le financement du Media Lab du MIT par Epstein a notamment conduit à la démission de son ancien directeur, Joi Ito, en septembre 2019, après l'arrestation d'Epstein et son "suicide" ultérieur."

La toile ADN-biosécurité-big Tech

Ce qui n'est pas mentionné dans le reportage de 60 Minutes - ou ailleurs - c'est le fait qu'Anne Wojcicki, PDG de 23andMe, est la sœur de Susan Wojcicki, PDG de YouTube.  En outre, le mari d'Anne Wojcicki jusqu'en 2015 était Sergey Brin, l'un des fondateurs de Google et président de la société mère de Google, Alphabet Inc, jusqu'en décembre 2019. Google est également propriétaire de YouTube.

La raison pour laquelle ces liens sont importants est qu'il existe des points communs entre Google, la Fondation Gates, des entreprises comme 23andMe et le gouvernement chinois. Alors qu'Anne Wojcicki et 23andMe travaillent sur l'extraction d'ADN, sa sœur à YouTube censure les rapports sur ces sujets qui sont souvent qualifiés de désinformation. Comprendre les incroyables conflits d'intérêts ici est de la plus haute importance.

Dans un prochain rapport, je plongerai plus profondément dans cet enchevêtrement de Big Tech, de Big Philanthropy et du gouvernement chinois.



Derrick Broze

Derrick Broze, rédacteur pour The Last American Vagabond, est journaliste, auteur, conférencier et activiste. Il est le co-présentateur de Free Thinker Radio sur 90.1 Houston, ainsi que le fondateur de The Conscious Resistance Network & The Houston Free Thinkers.


https://www.thelastamericanvagabond.com/category/derrick-broze/

Source : Thelastamericanvagabond.com

 

Informations complémentaires :

 

 

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Bill Gates, la Chine, 23andMe et votre ADN (TLAV)