(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Je suis bien content que ces entreprises se fassent taper sur les doigts, nous étions importunés par 7 à 8 coup de fils de démarchage par jour, je n’en pouvais plus... La solution a été de s’inscrire sur Bloctel, et de passer notre numéro en liste orange et en liste rouge. Eh bien, malgré cela, j’ai encore 2 à 3 coups de fils par jour non sollicités. Aussi, j'ai trouvé la parade, lorsque je ne veux pas être dérangé, je compose le 000 sur mon téléphone, et je laisse la ligne décrochée. Le côté négatif c'est que ma banque ou d'autres organismes légitimes ne peuvent me joindre durant ce temps et doivent utiliser mon n° de GSM, ce qui du reste ne durera qu'un temps, car pas plus tard qu'il y a deux minutes, j'ai eu un coup de fil d'un « cabinet de voyance » (si, si je vous jure : 0422510102) sur mon GSM (c'est normal, c'est des voyants, c'est pour ça qu'ils ont réussi à avoir le n°). Bref... Il y a donc des entreprises qui ne respectent pas la loi et se comportent comme de véritables prédateurs, c’est fortement dérangeant. N’hésitez pas vous aussi à prendre des mesures draconiennes si vous êtes importunés par ces bandits. Et surtout, surtout, à l’heure du Big-data ne donnez AUCUNE information à vos interlocuteurs, refusez simplement poliment l'appel en indiquant que vous êtes sur Bloctel (comme cela ils comprennent qu'ils sont dans l'illégalité la plus totale, et que vous le savez....)

Interpelé au Sénat, le gouvernement a indiqué la semaine dernière que 134 entreprises ne respectant par la liste anti-démarchage téléphonique « Bloctel » avaient été condamnées depuis sa mise en œuvre, en juillet 2016. « Certaines d'entre elles » ont écopé du montant maximum prévu par la loi, soit 75.000 euros, a précisé la secrétaire d’État Delphine Gény-Stephann.

L’intéressée a renvoyé les problèmes d’application de ce dispositif au fait qu'un « nombre trop grand d'entreprises n'y a pas adhéré et continue de démarcher en toute illégalité ». « Seules 800 entreprises ont adhéré au dispositif Bloctel, ce qui semble très en deçà du nombre de professionnels tenus d'y recourir », a poursuivi la locataire de Bercy.

L’exécutif entend ainsi « inciter » les entreprises à adhérer à Bloctel. « Plusieurs campagnes de mailing à grande échelle ont été lancées et des rencontres avec les différents secteurs d'activité organisées » a déclaré Delphine Gény-Stephann. Dans une logique plus répressive, la DGCCRF aurait lancé de « nombreuses enquêtes, afin de sanctionner les entreprises contrevenantes ».

 

Source : NextInpact.com

Informations complémentaires :