Boues toxiques en Hongrie : une rivière morte, le Danube touché

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

La Hongrie doit être contente d’avoir remporté ce marché de l’aluminium et d’abriter de laxistes activités humaines, dont nous somme tous coupables. Voilà le miracle du « travailler plus , pour gagner plus », toujours plus de compétitive et moins de régulation. Nos activités humaines s’étalent au grand jour et elles sont couleur rouge sang. Pure folie que d’entreposer autant de produits toxiques en un seul lieu ! Mais il faut bien le miracle européen pour abriter cela, et le cacher aux yeux du public. La bêtise s’affiche au grand jour et elle touche le fleuve millénaire, le Danube. Ainsi nous payerons tous le prix de notre complicité et de notre propre cupidité…

La Marcal, dans laquelle se sont déversées les boues rouges toxiques, dues à l'accident industriel sur un site de fabrication de bauxite d'aluminium survenu lundi, est devenue une rivière morte. Son écosystème a été entièrement détruit, a annoncé jeudi en Hongrie le chef régional des services anticatastrophes.

«Le taux alcalin très élevé a tout tué», a déclaré Tibor Dobson à l'agence de presse nationale MTI. «Tous les poissons sont morts et nous n'avons pas pu sauver la végétation non plus (...) La Marcal a reçu sa peine de mort quand la boue rouge y a déferlé par le ruisseau Torna», a-t-il ajouté.

«Nous avons essayé de diminuer le taux alcalin de la Marcal sur plusieurs points avec du plâtre et de l'acide, mais en vain», a encore ajouté Tibor Dobson, en soulignant que l'objectif était de ramener le taux alcalin sous 9 dans la Raab et le Danube pour sauver ces écosystèmes.

Menace sur le Danube

Un peu plus tôt dans la matinée, la nouvelle redoutée se confirmait : le flux toxique provoqué par les boues rouges a atteint le Danube. Vu la destruction totale de l'écosystème de la Marcal, de graves menaces pèsent sur la faune et la flore du deuxième plus grand fleuve d'Europe.

Selon un responsable du Service des eaux, les échantillons d'eau prélevés au confluent de la rivière Raab avec le Danube révèlent «un taux alcalin légèrement supérieur à la normale, entre 8,96 % à 9,07 %», alors que la normale est à 8 %.

L'accident est survenu lundi après la rupture, pour des raisons encore inconnues, d'un réservoir d'une usine de fabrication de bauxite-aluminium à Ajka, une ville située à 160 km à l'ouest de Budapest. Plus d'un million de mètres cubes de boue rouge toxique mélangée à de l'eau se sont déversés sur les sept villages voisins d'Ajka (la production d'une tonne d'aluminium entraîne le rejet de près de trois tonnes de boue rouge).

Vidéo. Les villages noyés sous la marée de boue toxique

La vague rouge s'est répandue dans les rues et les champs et, comme les spécialistes sur place le craignaient, a finalement rejoint le fleuve. En fait, elle est passé de la rivière Raab dans le Danube peu après 8 h 30, à Györ.

Cet accident industriel, pire catastrophe écologique qu'ait connue le pays, a déjà fait quatre morts, dont une petite fille de 14 mois, plus de 120 blessés, trois personnes étant toujours portées disparues.

Le Premier ministre hongrois ne veut pas d'aide financière

Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, a déclaré jeudi que son pays n'avait pas besoin d'argent, mais plutôt d'expertise pour combattre les conséquences de l'inondation de boue toxique.

«La Hongrie est un pays assez fort pour pouvoir combattre les effets d'une telle catastrophe toute seule, par conséquent, nous n'avons pas besoin d'une aide financière provenant de l'étranger», a déclaré le chef du gouvernement à Kolontar, l'un des villages affectés par l'inondation de boue rouge toxique.

Le pays est toutefois ouvert à toute expertise permettant de lutter contre les effets de la pollution, a-t-il ajouté.

M. Orban a par ailleurs estimé que la reconstruction des parties les plus dévastées du village était très problématique : «Malheureusement, j'ai l'impression que tout effort de reconstruction ici, au-delà du pont, est inutile», a-t-il déclaré. «Il faudra probablement ouvrir un nouveau territoire pour les habitants du village et raser cette partie du village à tout jamais, car il est impossible de vivre ici», a-t-il ajouté.

Source : Le Parisien

France-Info (Audio) : Hongrie : la pollution a gagné le Danube, l’UE est inquiète
Radio-Canada.ca : La boue toxique atteint le Danube
Cyberpresse.Ca : La marée rouge en Hongrie a détruit un écosystème complet