BP : l'alarme était éteinte pour éviter les alertes nocturnes

(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Deepwater.jpg

Les ingénieurs de chez BP construisent des puits SG3 et coupent les alarmes. C'est tout simplement suicidaire, on les remercie pour la Floride.

La marée noire de BP aurait-elle pu être évitée ou limitée? Des révélations du chef des techniciens électroniques BP relancent le débat. Une alarme existait, mais elle aurait été désactivée des mois avant la catastrophe pour éviter des fausses alertes nocturnes. .

Le chef des techniciens électroniques sur la plate-forme Deepwater Horizon et rescapé de l'explosion du golfe du Mexique, Mike Williams, a fait vendredi des révélations fracassantes devant une commission d'enquête à Kenner en Louisiane. Il a dévoilé qu'une alarme était installée sur la plate-forme BP. Son but, avertir les employés d'une accumulation de gaz annonçant une explosion. Mais l'alarme était désactivée depuis des mois lors de la catastrophe du 20 avril. L'explosion n'a pu être évitée, 11 personnes y ont perdu la vie et les fonds marins ne cessent de subir les conséquences de la marée noire causée par la fuite de pétrole.

Selon Mike Williams, ce sont les responsables de la plate-forme qui sont ont décidé de désactiver l'alarme afin de limiter les fausses alertes. Le chef des techniciens électroniques BP, Mike Williams, explique que l'alarme devait s'allumer et se mettre à sonner en cas de feu ou d'un niveau anormal de gaz toxiques ou explosifs dans la conduite montante. "Quand j'ai découvert il y a environ un an que l'alarme ne fonctionnaient pas, j'ai informé ma hiérarchie et l'explication que j'ai reçue était ... qu'ils ne voulaient pas que des gens soient réveillés à 3 heures du matin pour des fausses alertes." a-t-il déclaré sur CNN.

En réponses aux déclarations de ce rescapé, le propriétaire de la plate-forme, Transocean, a réfuté toutes ces affirmations. Il a souligné que l'alarme était conforme aux pratiques maritimes. Il a également précisé que des fréquentes fausses alertes sont un facteur de risques qui diminuent la sécurité de la plate-forme.

La commission d'enquête entend depuis une semaine dans la ville de Kenner en Louisiane les témoignages des responsables de la compagnie Transocean. Elle ira ensuite à Houston fin août pour entendre la version des dirigeants de BP et de Transocean. Les employés qui sont déjà passés devant cette commission ont signalé de nombreuses défaillances techniques sur la plate-forme.

 

E.W. (avec Radio-Canada et CNN)


Source :
Rtbf.be.info