(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Bonjour, petite mise à jour de la journée. J’espère que tout se passe bien pour vous. Je suppose que vous avez entendu la nouvelle hier comme moi, et il semblerait que notre gouvernement ne veuille vraiment pas mettre M. Cahuzac en difficulté. Je pense que ce dernier (de par ses anciennes activités) a su mettre de côté pas mal de dossiers qui pourraient embarrasser bien du monde…

Encore une fois, est-ce que les Français se laisseront ridiculiser de la sorte ? Je ne sais pas…

 

Un autre point que je voudrais brièvement aborder, c'est le comportement du responsable du Front national qui passe sur toutes les télés. Or leur discours a bien changé, et ils s’en prennent maintenant ouvertement à l’Europe et à la finance. Cela explique peut-être la présence de ces derniers (camouflés derrière des poteaux), pour prendre des notes, aux conférences de ... ?

 

Bref, ne vous trompez pas, l’... n’est pas un parti xénophobe, de plus il est honnête intellectuellement et il n'est pas à géométrie variable. On ne peut, hélas, pas en dire de même pour les autres mouvements politiques.

 

Soyez éclairés, expliquez-le autour de vous, ou là encore nous irons de Charybde en Scylla.

 

Et j’ai, hélas, un mauvais pressentiment… : (

 

De Courson 25 07 2013

Charles de Courson

interview Les députés UMP ont suspendu mercredi leur participation à la commission Cahuzac. Réaction du président UDI de la commission d'enquête parlementaire.

Recueilli par Kim HULLOT-GUIOT
Comment réagissez-vous à la suspension de la participation des députés UMP à la commission que vous présidez ?

C’est une conséquence du refus d’auditionner le Premier ministre, pas une cause. J’ai pourtant essayé de les convaincre de différer leur décision à septembre...  Nous avons plein de questions à poser au Premier ministre sur les réunions du 5 décembre et du 16 janvier.

Vous étiez vous-même favorable à son audition...

Oui, car dans l’état actuel de l’opinion publique, la refuser c’est donner l’impression qu’il y a une volonté de dissimuler des choses, de dresser un mur du silence. Je l’ai dit à mes collègues de la majorité : vous avez tout à y perdre.

Est-ce à dire que cette commission est avant tout destinée à rassurer l’opinion publique ?

Je n’ai cessé de dire à mes collègues que la thèse du «personne ne savait rien» envoie un affreux message à l’opinion publique. Il faut distinguer les faits et les interprétations. Mais nous avons déjà beaucoup progressé vers la vérité.

Quelles sont les questions qui restent ouvertes ?

Sur la réunion du 5 décembre, où le Président aurait demandé une attestation négative d’UBS à Jérôme Cahuzac, le Premier ministre est le seul à pouvoir confirmer qu’il a bien entendu, de ses oreilles [cette requête]. Sur celle du 16 janvier, puisque Jérôme Cahuzac est amnésique, le Premier ministre est le seul à pouvoir confirmer ce qui s’est passé. Le Premier ministre est le coordinateur du gouvernement, c’est son rôle de dire la position du gouvernement. Il doit aussi dire s’il a hésité à mettre fin à la participation au gouvernement de Jérôme Cahuzac dès le mois de décembre et pourquoi il a finalement attendu sa mise en examen.

Quelles seront les conséquences du retrait des députés UMP ?

On peut faire fonctionner une commission avec seulement un président et un rapporteur. Jusqu’ici, tous les membres de la commission participaient beaucoup, posaient des questions...  J’espère que les vacances vont permettre [à chacun] de se reposer.

 

Source : Liberation.fr

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Débat public avec ...