(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Une situation tendue que vivent 8 millions de Français, avec une perte d'environ 16% de leur salaire (sans parler des possibles frais de route ou prime....), et ceci alors que les courses ont augmenté jusqu'à 50%, donc le choix est simple. Nous on n’a pas payé ni électricité, ni eau, pour pouvoir se préparer et s’alimenter, donc cette situation (qui va perdurer) va forcément créer des impayés. Il serait bien que les différents organismes soient bienveillants, à l’égard de ceux qui sont en retard, si on n’a pas un minimum de flexibilité, le flux va casser.

Rappel : Pouvoir d'achat : le grand mensonge (France Culture)

Rappel : Comment l'Euro a ruiné la France...

Huit millions de salariés sont au chômage partiel. Pour certains, cette baisse de salaires est très difficile à vivre.

Il y a d'abord eu le contrecoup de l'annonce et les incertitudes qui vont avec. Mais pour les huit millions de salariés mis au chômage partiel depuis un mois et le début de la crise économique liée au coronavirus Covid-19, cette situation se mesure aujourd'hui par la baisse de leur pouvoir d'achat. Une chute qui n'a pas le même effet pour chaque foyer et qui peut, pour les plus en difficulté, être un réel coup dur.

"On ne sait pas ce qui va arriver le mois prochain"

Parce qu'au chômage partiel, si un salarié touche 84% de son salaire net, il doit dire adieu à ses différentes primes ainsi qu'aux heures supplémentaires. "Je ne touche pas ma carte bleue, comme ça c'est économique. A part pour les courses. On ne sait pas ce qui va arriver le mois prochain, alors on garde", explique un carrossier-peintre installé en Seine-et-Marne.

Source : Francetvinfo.com via Contributeur anonyme

Information complémentaire :

Chomage Partiel 13 04 2020