1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Le Club de Rome a été fondé à l'origine lors d'une réunion dans la maison de David Rockefeller à Bellagio, en Italie, et a encouragé l'alarmisme face à la croissance démographique. Son livre de 1973, Limits to Growth, a coïncidé avec la création de la Commission trilatérale, également par Rockefeller. Ils y sont toujours. Ce texte est extrait du rapport du Club de Rome, Plan d'urgence planétaire : Garantir une nouvelle donne pour l'homme, la nature et le climat.

Dans la mesure où la grande panique de 2020 (pandémie) domine actuellement le nouveau cycle, ne pensez pas une seule minute que l'alarmisme radical en matière de changement climatique a disparu. Au contraire, il n'attend que les financements massifs qui seront mis en place lors de la Grande Réinitialisation. ⁃ Technocracy News & Trends Rédacteur en chef Patrick Wood

Changement Climatique

Par le Club de Rome

Depuis 10.000 ans, la civilisation humaine s'est développée et a prospéré grâce à la remarquable stabilité climatique de la Terre et à sa riche diversité biologique. Au cours des 50 dernières années, l'activité humaine a gravement compromis cette résilience. Nos modes de croissance économique, de développement, de production et de consommation poussent les systèmes de maintien de la vie de la Terre au-delà de leurs limites naturelles. La stabilité de ces systèmes - notre bien commun mondial dont nous dépendons si fondamentalement - est aujourd'hui menacée. Les données scientifiques montrent clairement que nous accélérons maintenant vers des points de basculement et que les conséquences de l'inaction seront catastrophiques pour l'humanité. Le temps d'agir est compté.

Il s'agit d'une urgence planétaire. La définition d'une urgence est un événement dangereux nécessitant une action immédiate pour réduire le risque de résultats potentiellement catastrophiques. Les conséquences du changement climatique et de la destruction écologique sont plus graves et se manifestent plus tôt que ne l'avaient prévu de nombreuses prédictions scientifiques des décennies précédentes. Les évaluations scientifiques mondiales les plus fiables concluent qu'en l'absence d'interventions majeures, les risques atteindront bientôt un stade critique. Nous devons stabiliser le climat à 1,5°C au-dessus des températures préindustrielles, arrêter la perte de biodiversité, ralentir la fonte de la calotte polaire et le recul des glaciers, protéger les biomes essentiels et stocker davantage de carbone dans les sols, les forêts et les océans. C'est ainsi que nous garantirons la santé et le bien-être à long terme des populations et de la planète. Pour ce faire, cependant, notre réponse à cette urgence complexe doit refléter les liens complexes entre la vie sur notre planète et les systèmes qui la régulent. Elle doit tenir compte de la convergence des crises et des points de basculement qui ont créé cette urgence planétaire. Nous n'avons plus le temps de mener des actions politiques incrémentales et cloisonnées.

2020 est une "super année" pour l'action politique internationale. C'est le 75e anniversaire des Nations unies. C'est la première occasion pour les nations d'accroître leur ambition en matière de climat et d'atteindre les objectifs nets zéro pour 2050. Un nouveau traité sur les océans sera adopté. Des objectifs en matière de biodiversité seront annoncés. Et l'année 2020 marquera le début de la décennie pour intensifier les actions visant à atteindre les objectifs de développement durable. Cette décennie doit être un tournant, le moment où le monde prend le virage, évite la catastrophe imminente et choisit plutôt de s'engager dans la transformation économique la plus rapide de notre histoire. Déclarer une urgence planétaire donne une nouvelle boussole aux nations et injecte l'urgence essentielle dans la prise de décision. Elle garantira que toutes les mesures prises à partir de 2020 le seront en tenant compte de leur impact sur la stabilité des systèmes de survie de la Terre, et qu'elles seront étayées par les transformations sociales et économiques nécessaires pour garantir la santé et le bien-être à long terme des populations et de la planète. Si nos efforts doivent être mondiaux, nos réponses doivent être locales. Elles doivent être adaptées aux besoins, aux ressources et aux cultures locales afin d'avoir un impact maximal et de profiter à tous.

Le risque existentiel est réel. Pourtant, les possibilités non seulement d'éviter les catastrophes, mais aussi de reconstruire, d'améliorer et de régénérer sont facilement accessibles. L'histoire a montré que l'humanité est remarquablement résistante. Nous sommes bien adaptés pour répondre aux catastrophes par la coopération et l'innovation. Mais les conséquences potentielles auxquelles nous sommes confrontés cette fois-ci sont différentes : nous disposons d'une étroite marge de manœuvre pour agir maintenant afin de réduire les risques ou d'éviter une catastrophe. Nous ne savons pas comment reconstruire la cryosphère, le cycle hydrologique, les forêts tropicales, les récifs coralliens et tous les autres systèmes de survie sur Terre. Une fois que l'urgence se manifestera pleinement, il sera tout simplement trop tard pour inverser la tendance. Outre l'arrêt du changement climatique et la protection de la nature, ces efforts permettront d'améliorer la santé, les moyens de subsistance et l'équité, et de créer des villes et des communautés rurales plus vivables et plus durables.

Les engagements que nous proposons et les actions qui les sous-tendent sont d'une ampleur suffisante pour répondre à l'urgence à laquelle sont confrontés les hommes et la planète. Notre objectif est de protéger les biens communs mondiaux par le biais de 10 engagements clairs, et de veiller à ce qu'ils soient respectés en mettant immédiatement en œuvre un ensemble de leviers de politique transformationnelle et de marché. C'est notre politique d'assurance pour sortir de l'urgence et garantir une transition juste pour tous.

Nous invitons les nations à discuter de l'opportunité d'un Plan d'urgence planétaire. Nous proposons qu'un tel plan soit fondé sur la nécessité urgente de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, tout en mettant un terme à la perte de biodiversité et en protégeant les biens communs mondiaux essentiels. Une telle initiative est conforme aux objectifs de développement durable visant à mettre fin à la pauvreté et à améliorer la qualité de vie. Nous pouvons sortir de l'urgence pour arriver à un monde qui profite à toutes les espèces, à l'intérieur des frontières planétaires et sans laisser personne derrière. C'est le monde que nous envisageons, et celui auquel nous devons tous aspirer.

La raison d'être de l'action d'urgence

La science est claire : le climat et la biodiversité sont totalement intégrés et interdépendants. Chaque année depuis la révolution industrielle, les écosystèmes terrestres et océaniques ont absorbé près de la moitié de toutes les émissions provenant de la combustion de combustibles fossiles. Sans la capacité de la nature à absorber et à stocker nos émissions de gaz à effet de serre, nous aurions déjà dépassé les 2°C de réchauffement, avec des conséquences potentiellement désastreuses. Le dépassement de ce seuil de réchauffement pourrait pousser la planète vers des rétroactions irréversibles et catastrophiques sur la biosphère

Lorsque le changement climatique modifie une faille dans le système planétaire, il peut déclencher une chaîne de boucles de rétroaction négative. L'augmentation des sécheresses, par exemple, réduit la capacité des forêts tropicales à stocker le carbone, ce qui les rend plus sujettes aux incendies et libère encore plus d'émissions de gaz à effet de serre. La perte importante de la cryosphère a réduit la capacité d'albédo des principaux systèmes terrestres à réfléchir la chaleur loin de la planète. Plus la température est élevée, plus le permafrost dégèle, avec des émissions plus importantes de CO2 et de méthane, ce qui entraîne un réchauffement encore plus important et déclenche de nouvelles boucles de rétroaction négative.

Au moins un million d'espèces risquent de disparaître, dont beaucoup d'ici quelques décennies. Les chaînes alimentaires pourraient se désintégrer et des écosystèmes vitaux s'effondrer. La diversité des espèces et l'intégrité des écosystèmes jouent un rôle fondamental dans la régulation du climat, des cycles de l'eau, du piégeage du carbone et de la production alimentaire.


Pour lire l'histoire complète, cliquez ici...

 

Abonnez-vous à Activist Post pour obtenir des nouvelles sur la vérité, la paix et la liberté. Devenez un mécène de l'Activist Post pour aussi peu qu'un dollar par mois à Patreon. Suivez-nous sur SoMee, HIVE, Flote, Minds et Twitter.

Fournir, protéger et profiter de ce qui s'en vient ! Obtenez un numéro gratuit de Counter Markets dès aujourd'hui.

Livre électronique gratuit Comment survivre à l'apocalypse de l'automatisation du travail

Livre électronique gratuit Comment débuter avec le Bitcoin : Guide du débutant rapide et facile

 

Source(s) : Technocracy News & Trends via Activist Post

 

Informations complémentaires :

 

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Club de Rome : Déclaration du plan d'urgence planétaire