1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Bonjour à toutes et à tous, j’espère que vous allez bien, j’ai choisi ce matin ce billet sur le télétravail, car c’est vraiment un plus, ma femme partage un bureau avec un collègue, et afin de pouvoir baisser le masque, ils se sont organisés pour faire une rotation dans le bureau, ainsi le lundi et le mardi elle est en télétravail et son collègue est présent au bureau, et inversement pour le reste de la semaine, mais elle a un poste desktop à la maison fournit par son entreprise avec deux écrans comme sur son lieu de travail.

C’est donc une possibilité, sachez convaincre votre patron.... et voici quelques arguments...

Amitiés,

f.

Teletravail
Refuser le télétravail peut décourager un salarié et l'inciter à aller tenter sa chance dans une entreprise plus souple.
AdobeStock

NOS CONSEILS - Il préfère garder tout le monde autour de lui au bureau ? Vous pouvez le faire réfléchir...

Par Anne Bodescot

Le confinement a changé la vision du télétravail dans le monde de l'entreprise... mais pas dans la tête de tous les managers. Le vôtre reste hostile à l'idée de vous voir travailler à la maison, alors que vous en rêvez ? Voici cinq arguments à mettre en avant pour le faire changer d'avis.

1. Vous serez plus performant

«Vous devez le convaincre que le télétravail aura un effet positif sur votre travail, comme pour l'équipe, pour l'entreprise, et les clients», conseille David Destoc, président d'Oasys Mobilisation. L'argument le plus évident ? Grâce à ces jours de télétravail, vous vous épargnerez des transports fatigants et chronophages: vous serez ainsi plus productif, plus performant.

«De nombreuses études prouvent que la productivité des salariés en télétravail est de 5% à plus de 20% supérieure à celle de ceux qui restent au bureau», rappelle Franck Pagny, fondateur du cabinet de conseil Vivement lundi.

Vous pouvez aussi souligner d'autres retombées positives. Par exemple, il sera possible de mieux adapter vos horaires aux besoins de l'entreprise en commençant plus tôt (ou en finissant plus tard) qu'au bureau, puisque vous n'aurez plus de trajets à faire.

«Proposez une sorte d'engagement réciproque : il vous permet de télétravailler... et vous faites cette mission qu'il vous proposait et qui ne vous enchantait pas, vous vous engagez sur le calendrier de remise des dossiers, etc.» suggère David Destoc.

2. Votre poste s'y prête bien

«Proposez à votre manager de lister avec vous les tâches que vous pouvez réaliser facilement à distance», recommande Franck Pagny. Du temps qu'elles vous prennent d'ordinaire, déduisez ensemble la durée possible du télétravail.

Rassurez-le aussi sur l'organisation avec le reste de l'équipe ou avec vos propres collaborateurs: vous avez déjà fait le point avec eux, vous avez une organisation en tête qui permettra de fonctionner, vous vous engagez à vous rendre disponible pour les réunions...

3. Vous proposez des règles et des rituels

Il a peur de perdre le contact ? De ne plus savoir ce que vous faites ? Proposez-lui des rituels : un rapide coup de fil en fin de journée chaque jour de télétravail par exemple pour faire le point sur l'avancement des dossiers. Ou un brief le matin sur les sujets brûlants du jour... Ou simplement, un café à chaque retour de jour de télétravail pour se parler.

«Après le confinement, lorsque nous avons, en équipe, décidé de continuer à télétravailler quatre jours par semaine, nous avons gardé le check in, une réunion d'un quart d'heure en visio, sur Google Meet, tous les matins à 9 h, pour se raconter la journée de la veille ou faire le point sur le travail en cours», explique Lucie Coulon, responsable du développement à la Wild Code School, organisme de formation aux métiers du numérique.

Chacun essaie d'être à l'heure, de ne pas avoir l'air de sortir de la douche... «Nous voulons garder les mêmes horaires qu'au bureau, commencer tous vers 9h pour finir vers 18h30. Et nous avons décidé de tous revenir une fois par semaine, le même jour, pour se voir au bureau», raconte cette jeune femme qui en a profité pour s'installer à 1h30 de Paris, dans le Vexin.

4. Si on essayait pour voir ?

«Avant le confinement, le télétravail était réduit à une journée par semaine et c'était assez rigide : pas le lundi ou le vendredi, par exemple», se souvient Lucie Coulon. C'est le confinement qui a rassuré le manager et montré à toute l'équipe que c'était possible autrement.

Mais l'argument «cela a bien fonctionné pendant le confinement» ne convainc pas forcément tous les managers. Votre boss a peut-être détesté ces deux mois très compliqués pour lui... Suggérez alors une nouvelle période d'essai, par exemple trois mois pour mesurer les résultats sur une période moins anxiogène, d'activité à peu près «normale» et sur un temps suffisant pour qu'une routine s'installe. Ainsi, il ne s'engage pas sans espoir de retour. «Dans trois mois, on fait le point pour voir ce qui va ou pas, et décider si l'on continue. »

5. Le télétravail fidélise les talents

Les recruteurs le savent, la possibilité de télétravailler dans une entreprise est un atout pour convaincre certains candidats de la rejoindre. Cela fait partie de l'attrait d'un poste, comme le salaire, la culture d'entreprise... «C'est donc aussi logiquement un argument pour fidéliser les salariés, du moins ceux pour lesquels cette souplesse est importante», suggère Franck Pagny.

«Aujourd'hui, je suis bien mieux dans mon poste, j'aurais beaucoup de mal à partir, car je perdrais beaucoup...», confirme Lucie Coulon. Si votre chef persiste dans le refus, rappelez-lui que, dans de nombreuses autres entreprises, le télétravail n'effraie plus.

Source : Le Figaro.fr

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Comment convaincre votre chef de vous laisser télétravailler ? (Le Figaro.fr)