1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Bonjour, c'est ce qu'expliquait Silvano Trotta dans cette vidéo.

Quotidien

Martine Wonner & Paul Larrouturou
Quotidien (Bangumi)

La transmission du virus Covid 19 est un des grands sujets d’actualité, qui a engendré de sérieuses controverses parmi les français au sujet du port du masque notamment en extérieur.  Masques qui au mois de mars n’étaient pas utiles selon le ministre de la Santé Olivier Véran pour devenir finalement obligatoires en Septembre.  De plus une controverse est arrivée par le biais du CDC (Centre de contrôle des maladies) aux Etats Unis qui a publié puis retiré un message d’excuse aux citoyens Américains, admettant une erreur sur le fait que le virus n’était pas aéroporté. La députée Martine Wonner a évoqué ce sujet à l’Assemblé Nationale. Elle a été par la suite interviewée par le journaliste Paul Larrouturou pour l’émission Quotidien de Yann Barthès, qui lui a montré les recommandations du CDC sur l’usage des masques. Le site de my TF1 sur l’émission écrit que :

Martine Wonner utilise sa nouvelle liberté de parole pour enchaîner les discours anti-masques. D’après la députée, le port du masque serait « inutile »

Paul Larrouturou se serait-il empressé d’inscrire Mme Wonner en faux ?

Le travail du COMETE de Marseille nous donne la réponse

Un article paru dans Gomet sur une étude du COMETE, le centre Marseillais d’expertise (Covid Marseille Environnemental Testing Expertise) sur la transmission du virus est exceptionnel d'enseignement dit le médecin Jean Michel Wendling, Spécialiste Prévention Santé au Travail et des Risque biologiques.  Il rajoute c’est un travail fait dans la rigueur et la discrétion qui fournit beaucoup d’information utiles.

Le médecin Wendling conclut sur son mur LinkedIn

 COVID19 : AEROSOLS ? rarissime !
SURFACES : beaucoup !
SELLES ET EAUX USEES : passionnément !

Qu’a fait le COMETE

La Ville de Marseille et le bataillon de marins-pompiers ont lancé le projet Comete pour détecter les traces de covid-19 dans l’environnement. « Les prélèvements réalisés dans l’air sont négatifs pour l’instant », indique un communiqué. 

Cette unité d'élite du BMPM composée de plus de 30 marins pompiers a collecté des milliers de données sur des prélèvements d’AIR (biocollecteur), de SURFACES, d'EAUX USEES.

Les prélèvements dans l’environnement ont été réalisés en priorité sur les sites opérationnels du BMPM et du service départemental d’incendie et de secours des Bouches-du-Rhône (SDIS 13) ainsi que dans les centres névralgiques de la ville de Marseille.

Quels sont les enseignements ?

Les faits saillants utiles à la compréhension des modes de transmission principaux :

Les prélèvements d'AIR par biocollecteurs (Pompe DRAGER 600 litres d'air ambiant filtrés par minute) : les prélèvements dans l’air tous négatifs fin avril,

Les prélèvements de SURFACES : locaux occupés par des malades (écoles, EPAHD...) sont souvent positifs (4,5%),

Les eaux usées collecteur sous le parvis du stade, VELODROME : un indicateur de l'épidémie !

Le coronavirus est dans la SALIVE et les SELLES et son mode de transmission principal est éclairé par l'unité COMETE à Marseille en France. Pas besoin du CDC qui se prend les pieds dans le tapis.

Interrogé à ce sujet Martine Wonner nous dit : 

Contrairement au temps contraint dans l’hémicycle, j’ai bien voulu lui consacrer 1 heure de mon temps ; mais l’interview de Mr Larrouturou était visiblement à charge sans prendre en considération tous les éléments scientifiques disponibles et toutes les précisions que je lui ai apportées quant aux conditions de port du masque. C’est fort regrettable car cela passe en prime time à la télévision.

Source : FranceSoir

Information complémentaire :

Crashdebug.fr : Covid aéroporté ? Vraiment ? (Silvano Trotta)

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...
You are a guest ( Sign Up ? )
or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Covid-19 : Le virus se transmet principalement par les surfaces, les selles et les eaux usées et rarissimement par les aérosols (FranceSoir)