1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Confirmant une annonce de la ministre du Travail Elisabeth Borne, Jean Castex a précisé ce jeudi midi le montant de cette « aide exceptionnelle » lors de sa conférence de presse sur l’allègement du confinement.

Le 26 novembre 2020 à 08h57, modifié le 26 novembre 2020 à 13h43

Même si les chiffres du chômage connaissent une légère amélioration, la situation des travailleurs précaires qui enchaînent les contrats courts coupés par des périodes de chômage ou encore les jeunes se retrouvent avec la crise dans des situations parfois très compliquées.

LIRE AUSSI > Emploi des jeunes : l’inquiétude de la génération Covid

Lors de dernière intervention, Emmanuel Macron a promis une mesure exceptionnelle pour les extras, les saisonniers, les travailleurs précaires dont les revenus ont chuté. La réponse du gouvernement devrait bientôt se mettre en place. Dans les Échos, Élisabeth Borne, la ministre du Travail annonce l'instauration d'une aide exceptionnelle.

« Les demandeurs d'emploi qui tirent un revenu de contrats courts sont en grande difficulté. Il est important de comprendre que cela concerne des secteurs très différents. J'ai proposé au Premier ministre l'instauration d'une aide exceptionnelle, ciblée sur des personnes qui travaillaient significativement avant la crise même s'ils alternaient période de travail et de chômage, pour leur garantir un revenu de remplacement mensuel minimal », explique-t-elle dans le quotidien économique.

« Une réponse exceptionnelle pour les 400.000 personnes »

Dans le détail, Jean Castex, lors de sa conférence de presse afin d'expliquer les détails de la mise en place du confinement allégé à partir de samedi, a livré le montant de ces « aides exceptionnelles » pour les travailleurs précaires, saisonniers, intermittents ou extras, qui « travaillaient beaucoup » l'an dernier, avec une « garantie de ressource de 900 euros par mois » jusqu'en février 2021.

« Il s'agit d'une réponse exceptionnelle pour les 400.000 extras de la restauration, […] les permittents de l'événementiel ou d'autres secteurs inscrits à Pôle emploi », a déclaré le Premier ministre, Elisabeth Borne précisant lors de cette conférence de presse que l'aide concernera « ceux qui ont travaillé plus de 60% du temps en 2019 ».

Un coup de pouce pour les jeunes

Concernant plus particulièrement les jeunes, la ministre du Travail était notamment revenue sur le déploiement du Plan jeunes. « Ce plan se déploie très bien. Sur octobre, 923.000 jeunes ont été embauchés, soit le même nombre que l'année dernière. Les intentions de recours à la prime à l'embauche d'un jeune (jusqu'à 4000 euros, NDLR) font l'objet à ce stade de 128.000 demandes : près de sept sur dix en CDI, une sur cinq en CDD de 3 à 6 mois et le reste en CDD de 6 à 12 mois. S'y ajoutent les 172.000 demandes de l'aide pour l'embauche d'un apprenti (jusqu'à 8000 €, NDLR). Malgré le second confinement, je pense que nous allons battre le record de 353.000 contrats d'apprentissage signés en 2019 dans le secteur privé », se félicite-t-elle.

LIRE AUSSI > Covid-19. Emploi, aides d'urgence... les mesures annoncées pour les jeunes face à la crise

Jean Castex a notamment annoncé la création de 20.000 jobs étudiants pour les étudiants décrocheurs, le doublement des aides d'urgence versées par les Crous, le renforcement du plan « Un jeune, une solution » et un dispositif d'accompagnement spécifique pour la recherche d'un premier emploi, avec le retour d'une aide financière à la recherche d'emploi jusqu'à 500 euros par mois.

Source(s) : Leparisien.fr via Insolentiae.com

 

Informations complémentaires :

900

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Covid-19 : un revenu mensuel minimum de 900 euros pour les travailleurs précaires (Le Parisien.fr)