(Temps de lecture: 4 - 8 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

L'histoire toujours l'histoire, si en 2022, soit 49 ans plus tard (maintenant que nous sommes au pied du mur) les Français(es) pouvaient enfin sortir de leur naïveté quasiment coupable, et comprendre (depuis toujours) le jeu multiniveaux de nos "alliés" américains.

Charles de Gaulle qui avait dénoncé dès 1965 la planche à billets américaine a été le dernier président français à avoir mis comme priorité maximale l'intérêt de la France et des Français, et au-delà de nos frontières, c'est le seul qui a su avoir une vision stratégique sur 50 ans comme avec le nucléaire, et défendre une indépendance farouche de la France, (les Américains s'en rappellent encore et vous allez comprendre comment ils ont réagi, c'est en ce sens que pour moi la France a été la 1re révolution de 'couleur' américaine).

Du reste après son éviction lors du NON au référendum de 1969, Pompidou est arrivé au pouvoir et avec lui  la haute finance s'est invitée au gouvernement, ce qui a signé la fin de la souvraineté monétaire de notre pays, puis il y a eu la loi du 3 janvier 1973, puis Maastricht, le NON au référendum, et enfin N. Sarkozy qui a fait ratifier en 2007 le traité permettant une 'Constitution par l'Europe' par voie PARLEMENTAIRE.

Et 'voilà' 15 ans de 'petit pas...' et  Game-over...

Croyez-vous toujours que les choses soient dues au hasard ?

Amitiés,

L'Amourfou

 

Pour faire plier de Gaulle, voire carrément éliminer ce gêneur, les administrations américaines successives, à commencer par leurs bras armés, l'OSS (l'ancêtre de la CIA) puis la CIA, ont fait feu de tout bois. Des manipulations médiatiques les plus élaborées jusqu'aux financements clandestins des adversaires du Général, aucun coup tordu ne lui aura été épargné.

Pourquoi cette hostilité jamais démentie, trois décennies durant, alors que le fondateur de la Ve République avait su se montrer l'allié le plus solide de l'Amérique quand, au début des années soixante, l'apocalypse nucléaire menaçait ? Parce qu'au contraire des autres Européens, le président français estimait qu'amitié ne devait jamais rimer avec vassalité.

De tous les hôtes de la Maison blanche, un seul eut la clairvoyance de partager totalement ce point de vue : l'inclassable Richard Nixon qui, sur les conseils de De Gaulle, fit plus pour la paix du monde qu'aucun de ses prédécesseurs (accords sur le désarmement avec Moscou, retrait du Vietnam, reconnaissance de la Chine, etc.).

Grâce à des archives déclassifiées, mais aussi à des témoignages inexploités et nouveaux, il est désormais possible de raconter pour la première fois cette « guerre secrète de trente ans » qui, de 1940 à 1969, a opposé de Gaulle à la volonté de puissance des Etats-Unis. Alors qu'aux instants les plus cruciaux de la guerre froide, le soutien du Général resta toujours acquis à Washington, le Département d'Etat et la CIA ont tout mis en œuvre pour l'éliminer de la scène internationale.

 

Source : LCP.fr Via Mail que l'on remercie.

 

 

Informations complémentaires :

 
De Gaulle Homme A Abattre