(Temps de lecture: 6 - 11 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (8 Votes)

Je résume mais c’est en substance la ligne de défense de ce vieil enfoiré. Cynique et hypocrite. Qui se serait rendu compte au bout de deux ans et demi que son “conseil scientifique” était manipulé par les politiques… mais continue d’agiter les peurs avec cette farce de la pandémie, qui selon lui ne serait pas terminée, avec de nouvelles “vagues” à venir… Dégueulasse jusqu’au bout. Tu parles de regrets ! OD

Delfraissy Coupable

Covid-19 : Jean-François Delfraissy confie avoir de nombreux « regrets » dans la gestion de la pandémie

Le président du Conseil scientifique, qui cesse son activité ce dimanche, regrette notamment d’avoir « fait passer la santé avant l’humanité » en fermant les Ehpad pendant la pandémie.

Invité sur franceinfo, dimanche 31 juillet, le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, qui cesse son activité, a confié avoir de « nombreux regrets » concernant la gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19. « Mais qui n’aurait pas de regrets sur une crise aussi exceptionnelle ? », a-t-il interrogé.

Il est revenu sur les décisions prises par le Conseil scientifique alors que l’instance qu’il a présidée depuis le début de la pandémie de Covid-19 va être remplacée par un nouveau comité dédié aux prochaines crises sanitaires, notamment celles concernant les Ehpad. « Au nom de la santé, en croyant bien faire, nous, tous, directeurs d’Ehpad, administrations, on a fait passer la santé avant l’humanité », a-t-il déploré.

« On aurait pu s’appuyer sur l’avis des citoyens »

« L’ouverture des Ehpad a été complexe, variable d’un établissement à un autre », a estimé Jean-François Delfraissy. Selon lui, la fermeture de ces établissements pendant la pandémie a provoqué « des syndromes de glissement » chez des patients qui se sont laissés mourir faute de pouvoir voir leurs proches. Il a reconnu que « sur une crise exceptionnelle de ce type et en particulier sur la période de mars, avril, mai 2020 », il fallait agir vite. Il a toutefois regretté l’absence de discussions avec les citoyens. « On aurait pu, sur les écoles, sur les personnes âgées, s’appuyer sur l’avis des citoyens. Mais le politique n’a pas souhaité le faire », a-t-il précisé.

Le scientifique a tenu à rappeler que « la pandémie n’est pas terminée »« Il y aura de nouvelles vagues, à l’automne, durant l’hiver 2022-2023, nous n’en avons pas terminé avec le Covid-19″, a-t-il prévenu. « Le virus reste présent avec une capacité à muter, à changer, il n’a pas fini son évolution et c’est ce qui explique la durée particulière de cette crise Covid », a-t-il développé.

Orange actualités, le 31 juillet 2022

 

Source : Olivierdemeulenaere

 

Informations complémentaires :