1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Puisque c'est l'occasion, je me permets humblement de vous rappeler que si le fisc vous fait les poches (pour payer les intérêts de la dette), c'est entre autres grâce à l’action de l'inénarrable Valéry Giscard d’Estaing... (Pensez-y la prochaine fois, qu'inévitablement vous le verrez ramener sa fraise à la télévision... Cet homme a littéralement TUÉ notre pays avec un endettement exponentiel et sans fin, auprès des banquiers privés.)

La Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France (aussi appelée loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, et parfois, péjorativement, loi Rothschild, allusion au fait que Pompidou fut directeur général de la Banque Rothschild), est une loi votée en France sous l’impulsion de Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre de l’Économie et des Finances, sous la présidence de Georges Pompidou.

Cette loi accorde une indépendance accrue de la Banque de France vis-à-vis du pouvoir politique, notamment via son article 25 qui indique que « le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France. »

Cette loi modifie l’organisation de la Banque de France et renforce son indépendance vis-à-vis du Trésor Public. L’article 25 interdit en effet au Trésor Public d’emprunter directement à la Banque de France à un taux d’intérêt faible ou nul, comme il en avait jusqu’alors le droit. Les gouvernements français devront dès lors trouver d’autres sources de financement que la planche à billets, principalement en empruntant à des taux d’intérêts plus élevés aux banques privées ou encore par des emprunts nationaux.

Suite...

Giscard 04 02 2016

Giscard emploie pas moins de 14 collaborateurs (chauffeur, cuistots, agents de sécurité, secrétaires) ! Dont deux marins. Le tout sous la direction informelle de l’ancien préfet Olivier Revol. Le ministre de la Défense voulait lui soustraire (au moins) un marin. Mais l’Ex a opposé une farouche résistance, allant jusqu’à se plaindre aux services du Premier ministre. Et les émissaires de Hollande ont piteusement battu en retraite.

Giscard

Bien sûr, ce genre d’information n’est pas une surprise pour les lecteurs de l’Observatoire des gaspillages. En avril 2010, la résidence secondaire de celui qui fut président de la République de 1974 à 1981 (il y a bientôt 34 ans !) était gardée par 15 gendarmes à temps plein, payés par vos impôts.

À lire aussi, notre article « Le bon plan retraite des papys de la République » dans le numéro 1 (octobre-novembre 2013) des Enquêtes du Contribuable. Extrait qui dresse la liste des faveurs accordées aux anciens présidents de la République :

Un appartement de fonction, meublé et équipé, avec deux personnels de service, deux policiers assurant la protection rapprochée, une sécurité particulière pour le domicile privé, une voiture de fonction à titre permanent avec deux chauffeurs, sept collaborateurs permanents pour le secrétariat (un chef de cabinet, deux assistants, un fonctionnaire des archives nationales, trois secrétaires-dactylos). Les dépenses de personnel sont supportées par les ministères d’où sont issus ces collaborateurs (choisis librement par l’ancien Président).

 

Source(s) : Observatoiredesgaspillages.com via Chalouette

Informations complémentaires :

Pendez Les

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Divers Arrow Moment détente (?) : « L’ancien président Valéry Giscard d’Estaing a toujours 14 collaborateurs payés par vos impôts ! »