1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Le ton de 911 est donné, voilà un bon complément d'informations. Il est vrai que sortir 90,000 documents ça peut être énorme ou juste du vent. Alors soyez vous aussi informé, Julian Assange, ne serait pas ce qu'il prétend, en tous cas c'est ce qu'en conclut 911nwo.info:

Torpillage de Wikileaks par « la » CIA : les grandes manoeuves continuent, avec le rocambolesque mandat d’arrêt pour viol contre Assange, émis puis très vite annulé…

Comme nous l’avions évoqué dans un précédent article quelques jours plus tôt, la CIA semble avoir décidé de casser son jouet, Wikileaks, devenu potentiellement non contrôlable et mettant en pétard les pays et services secrets alliés des USA et les employés de la CIA.

Un torpillage en 2 temps : d’abord sur le fond cet été…

Après ce torpillage sur le fond de Wikileaks livré cet été lors de la divulgation de 77000 (+ 15000 autres à venir) documents secrets défense de faible niveau de sécurité (et en réalité de fort peu d’intérêt dans leur contenu même), la CIA avait réussi à discréditer très largement le site cypto-rebel Wikileaks aux yeux du Mouvement pour la Vérité, le plus puissant mouvement alternatif dans le Monde.

En effet, la plupart des piliers médiatiques actuels du Mouvement pour la Vérité, tels que Wayne Madsen, Alex Jones et Webster TarpleyT aux Etats-Unis et Thierry MeyssanT et le groupe Reopen911T en France avaient affiché publiquement leurs distances par rapport à Wikileaks, estimant que le site spécialisé dans les divulgations de documents secret avait été utilisé par la CIA pour faire diversion et pour aider le développement l’agenda secret des forces pro-NWO et de la CIA.

Ils rejoignaient ainsi l’un des co-fondateurs et précurseur de Wikileaks, John YoungT (qui anime le site concurrent Cryptome.orgT), qui lui-même avait démissionné de Wikileaks en devenant particulièrement critiquTe, surpris par l’importance des sommes brassées par Wikileaks, inquiet des liens potentiels avec la CIA et certaines fondations pro-NWO dont la fondation de Soros : John Young, très expérimenté, a en effet estimé que Wikileaks opérait un « sale » business sur le marché des documents secrets « fuités », et que son activité s’apparentait davantage à une forme de surpercherie mercantile qu’à un site de divulgation d’informations secrètesT, les informations divulguées par Wikileaks étant selon le créateur de Cryptome et ex co-fondateur de Wikileaks le plus souvent très peu intéressantes et très chèrement monnayées (Julian AssangeT, l’égérie co-fondatrice de Wikileaks, projette en effet une mise aux enchères auprès des médias alignés des pseudo-scoops publiésT, après visa de la CIA bien évidemmentT)…

Mais visiblement, ce torpillage subtil ne semblait pas suffire à ses auteurs, et un sulfureux parti suédois, le fameux Parti Pirate, avait officiellement annoncé l’hébergement de Wikileaks pour le protéger contre d’éventuelles pressions UST !

… Puis un torpillage de la structure de Wikileaks, en la personne de son co-fondateur emblématique

Et c’est donc en Suède que nous avons alors assisté ce week-end à une nouvelle étape de torpillage de Wikileaks par une partie de la CIA, utilisant cette fois-ci la grosse Bertha et les ficelles classiques des services secrets, avec le lancement par les autorités suédoises d’un mandat d’arrêt contre Julian Assange, l’ « ange » co-fondateur du Wikileaks pour violT (rien de moins), puis quelques heures plus tard l’annulation tout aussi spectaculaire des charges (et de fait du mandat d’arrêt lié)T par les mêmes autorités suédoises, en plein chaos…

Mais déjà, les rumeurs sur la sexualité de Julian Assange liées à ce mandat d’arrêt ont fait le tour des Rédactions de la presse alignéeT et des sites internet pseudo-alternatifsT, affaiblissant derechef le site Wikileaks !

D’autant que les autorités suédoises, justifiant le parcours chaotique des charges portées à l’encontre de Julian Assange, déclarent que l’affaire qui se serait déroulée la semaine dernière reste actuellement instruite, que les faits restent lourds, et qu’un nouveau mandat d’arrêt pourrait être lancé « plus tard » contre Julian AssangeT !

 


Vidéo : (Très) Etranges accusations et revirements contre Julian Assange de Wikileaks – BFM TV par Youtube

Des dissensions au sein de la CIA ?

Bref, on le voit, la CIA qui avait décidé d’avoir la peau de Wikileaks a passé la vitesse accélérée !

Oui, mais voilà : il semble que certaines unités « noires » au sein de la CIA ne souhaitent pas détruire leur jouet favori, et on assisterait en réalité à une bataille d’influence entre des unités spéciales d’intoxication (les cellules « noires », ultra-secrètes) et le sérail traditionnel de la CIA.

Déjà, cette bataille secrète entre les différents services de la CIA était apparue suite à des réactions indignées de RSF, une association de journaliste secrètement financée et soutenue par des officines d’influence de la CIA (Ned) et aussi financée par des grandes multinationales proches des cercles élitistesT, suite à la publication des 77000 documents par Wikileaks, qui auraient mis en danger la vie de certaines personnes selon RSF, et qui avait condamné publiquement le travail de WikileaksT. Mais rapidement et tout compte fait, RSF s’est rétractée lors d’un virage à 180°, soutenant finalement Wikileaks et estimant que si la méthode avait été inappropriée, le fond était juste et ne remettait pas en cause les raisons d’être de Wikileaks, diffusant même un communiqué spécialT pour expliquer ce virage à 180°, communiqué immédiatement diffusé sur le site de wikileaks bien évidemment…

Quel courant de la CIA va-t’il l’emporter ?

On le voit, le torchon brûle au sein de la CIA entre les tenants de la manipulation de Wikileaks (sans doute les forces pro-NWO les plus pointues et les plus puissantes organisées dans des unités d’élite dites « black op unitsT« ) et les tenants de la disparition pure et simple de Wikileaks (sans doute les forces les plus traditionnelles et les plus nombreuses) et de la punition de son fondateur emblématique, histoire de décourager des prétendants futurs…

Qui va l’emporter de ces 2 forces antagonistes au sein de la CIA, devenue pléthorique et incontrôlable depuis les attentats du 11 Septembre 2001T (voire avant) ?

C’est difficile à dire à cette heure, seuls celles et ceux qui sont dans le secret des « Dieux » pro- NWO le savent à cette heure : cependant, on peut légitimement penser que les forces pro-NWO, c’est-à-dire les unités spéciales de la CIA sont les unités d’élite, et ce sont elles qui auront le dernier mot, sauf si les employés de la CIA, pléthoriques et vexés qu’un site internet leur fasse la nique régulièrement, décident de hausser le ton et de tordre le bras aux unités d’élite pour faire disparaitre Wikileaks.

Notre avis : Vers un sauvetage in fine de Julian Assange par un deal avec les unités noires de la CIA

Dans cet apparent chaos médiatique actuel concernant Wikileaks, en tout cas pour celles et ceux qui n’ont pas la bonne grille de lecture, nous pensons que les unités spéciales de la CIA vont l’emporter, du moins dans un premier temps, et sauver la peau médiatique de Julian Assange et de son égérie médiatique (les autres membres de Wikileaks sont quasi inconnus du grand public et la structure de Wikileaks est des plus ténébreuses) :

L’épisode de ce week-end servira de couverture et d’avertissement sans frais lancé contre Wikileaks et son égérie médiatique par la CIA avec pour deal le contrat implicite suivant :

Avec cette affaire très médiatisée, nous vous faisons passer auprès des gogos pour un adversaire crédible des USA qui serait persécuté par la CIAT, mais en contre-partie de cette couverture, vous continuez à nous aider dans nos projets les plus importants, en expurgeant systématiquement les documents fuités des éléments qui remettraient en cause la véritable politique pro-NWO de la CIA (et notamment tous les éléments compromettants concernant les attentats du 11 Septembre) et en évitant d’indisposer nos employés et nos alliés.

Sinon, si vous prenez trop de champ et de libertés et n’appliquez pas à la lettre nos exigences, nous vous ferons coffrer cette fois-ci pour de bon pour des affaires sexuelles (ou autres…).

Bref, cette affaire ressemble de plus en plus à un soutien conditionnel des unités d’élites de la CIA, destiné à s’assurer qu’Assange n’outrepassera pas sa feuille de route, et destiné aussi à rassurer les services traditionnels de la CIA et les alliés.

En n’oubliant pas que les plus grandes manoeuvres médiatiques de la CIA sont toujours des coups à 3 bandes minimum :

1- Faire passer Assange et Wikileaks pour des ennemis de la CIA auprès des nombreux gogos (alors qu’ils sont en réalité main dans la main)

2- S’assurer cependant que la créature (Wikileaks et Assange) ne doublera pas son Maitre (CIA) et ne lui échappera pas en lui montrant à quoi elle s’expose si elle tente de lui échapper (sous la pression de forces anti-NWO par exemple).

3- Rassurer et donner un gage aux alliés des USA et aux services secrets traditionnels en leur montrant que Wikileaks et Assange sont sous contrôle, et peuvent être détruits à tout instant, sur simple décision des élites de la CIA.

Ne doutons pas que le conseil aura été retenu par Julian Assange et Wikileaks, et que les documents publiés le seront d’un commun accord avec la CIA, qui a officiellement nié avoir marchandé avec Wikileaks, mais on voit bien que ce genre de précautions ne sera plus nécessaire !

Cette approche « à chaud » de l’affaire Wikileaks est évidemment une approche parmi d’autres possibles, car si nous faisons tout ce qui est en notre possible pour nous rapprocher de la Vérité en faisant appel à toutes les informations dont nous disposons sur le dossier, nous ne prétendons pas la détenir forcément, ces questions-là étant pas définition tenues secrètes :

Et donc, comme toujours, c’est au final à chacun et chacune de se forger sa propre opinion, mais ce qui est certain c’est qu’avec cette nouvelle affaire la CIA a définitivement torpillé l’indépendance de Wikileaks, en tout cas pour qui prendra le temps de lire entre les lignes !

Source : 911Nwo.Info

Vous êtes ici : Accueil Arrow Divers Arrow Torpillage de Wikileaks par « la » CIA