5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Je ne l'ai pas encore vu, mais je m'attends au pire. Il faut dire que là où j'habite, tout semble calme et serein, et pourtant sur quelque 30 km2 environ, il y a énormément de sites dits « sensibles ». Du chimique au bactériologique, et le plus drôle c'est qu'il y a aussi des déchets nucléaires... Comme ça c'est pratique, si ça pète d'un côté ou de l'autre, vous avez tout : ébola comme en Afrique, Fukushima dans votre jardin, et les gaz chimiques comme en Syrie. Et encore, il y a ici d'autres types d'industries encore plus explosives !

Ceci dit, c'est ingénieux, ce sont toujours les mêmes populations qui prennent les 4 risques... Alors, tant qu'à faire, puisque personne ne dit rien... Voire n'est même pas informé...

Bref,

Haut les cœurs ! De toutes manières je n'ai pas le choix, j'ai habité dans différentes cités, ou en ville, et je sais ce que c'est...

Pour en revenir à ce documentaire, sachez qu'il y a des solutions, et rien d'exotique, tout ce qu'il y a de plus scientifique.

Alors demandez-vous pourquoi vous n'en entendez pas parler depuis 40 ans....

Amitiés,

F.

Ce documentaire diffusé par Canal+ le 5 mai 2015 démontre, une nouvelle fois, la longue liste de mensonges autour du Nucléaire Français.

"Depuis des décénies, on nous répète que le nucléaire français serait « sûr », « propre » et « bon marché ».

Trois « atouts » qui sont en réalité plus que contestables. Pour enquêter sur un accident nucléaire, pas besoin de voyager jusqu’à Fukushima ou Tchernobyl.. Il nous a suffi de prendre le train pour le Loir-et-Cher. Dans la centrale nucléaire de St Laurent des Eaux, deux des dix plus graves accidents nucléaires du monde se sont produits, en 1969 puis en 1980.

Grâce à des documents confidentiels restés secrets pendant 35 ans, notre enquête révèle pour la première fois que suite à l’accident de 1980, EDF a sciemment rejeté du plutonium dans la Loire. Une pratique totalement illégale selon notre enquête.

En 2008, pour convaincre de la « propreté » de l’énergie nucléaire, Anne Lauvergeon, alors PDG d’Areva, affirmait que « 30 ans de déchets radioactifs français » pouvaient entrer dans « une piscine olympique ».

Mais d’après notre enquête, les déchets nucléaires français, qui ne disent pas toujours leur nom, représenteraient en fait 183 piscines olympiques ! A Bessines dans le Limousin comme à Tricastin dans la Drôme, ce sont ainsi des centaines de milliers de tonnes d’uranium appauvri appartenant à Areva qui sont stockées depuis des dizaines d’années, sans perspective d’utilisation prochaine. Interrogée, Areva reconnait que ces matières « recyclables » ne sont effectivement pas « recyclées ».

Quant à une électricité nucléaire « pas chère », c’est aussi un mythe. Auditionné à l’Assemblée nationale en mai 2014, Henri Proglio, alors patron d’EDF, reconnaissait que l’ensemble des travaux de modernisation des réacteurs nucléaires français s’élèveraient à 55 milliards d’euros.

D’après notre enquête, ce sera en réalité 110 milliards d’euros. Un coût astronomique et lourd de conséquences : en 5 ans, le prix de l’électricité a déjà augmenté de 20%...."

 

Source(s) Canal+ via Agoravox.fr sur la piste des MoutonsEnragés

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Sous le feu des ondes
 
Europe Nucleaire 17 05 2015
 
 

 

 

 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Dossiers Arrow Spécial investigation 2015 Nucléaire : la politique du mensonge ? (Canal+)