5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

La Prophétie de saint Malachie

Malachie

Update 02.01.2015 : Documentaire complet : La prophétie des papes et la fin des temps de Saint Malachie...

La prophétie de saint Malachie ou prophétie des papes est un texte ésotérique de type prophétique et eschatologique qu'une tradition populaire attribue à l'évêque d'Irlande Malachie d'Armagh, et qui aurait été découvert vers 1590. Ce document de cinq pages a été publié pour la première fois en 1595, dans un ouvrage d'un moine bénédictin de Venise, Arnold de Wyon1.
Ce texte ésotérique, qui n'est pris au sérieux par aucun chercheur et n'est pas utilisé par l'Église, donne lieu à de nombreuses interprétations et refait régulièrement surface dans les médias lors de chaque conclave.
Origine du texte
C’est un texte dont les origines remontent en 1595 ou Arnold de Wyon fit publier  un volumineux ouvrage, intitulé « Lignum vitae, Ornamentum et decus Ecclesiae », dont un des passages, dénommé « Prophetia S. Malachiae, Archiepiscopi, de Summis Pontificibus », est la prophétie des papes. Au XVIe siècle, ce passage du texte a été soumis aux commentaires du dominicain Alphonse Ciaconi, spécialiste de la vie des papes et de l'héraldique ecclésiastique qui s'essaie le premier à opérer des rapprochements entre devises, prophétie et certains éléments concernant papes comme leurs noms de famille, leurs armoiries ou leur lieux de naissance.
Ange Manrique, contemporain de Malachie, ne mentionne aucune prophétie dans les papiers de l'évêque irlandais qu'il a eus en sa possession après la mort de ce dernier à l'abbaye de Clairvaux en 1148. Par ailleurs, Jean de Salisbury et Pierre le Vénérable ont travaillé sur l'œuvre de Malachie et n'évoquent pas davantage de prophétie. Bernard de Clairvaux, contemporain et ami de Malachie, a publié la biographie de ce dernier peu de temps après sa mort, sans jamais évoquer les prétendues prophéties qu'il aurait écrites. Enfin, le texte laisse transparaître des connaissances alchimiques et cabalistiques que Malachie ne possédait pas.
Les détracteurs ont fait valoir le fait que les erreurs sur certaines devises de papes ayant régné avant 1595 se retrouvent dans les textes de cette époque, ce qui laisse supposer que les « prophéties » concernant la période antérieure à 1595 seraient un apocryphe du XVIe siècle. Ils prennent notamment l'exemple d'une erreur commise une cinquantaine d'années plus tôt par Onofrio Panvinio, professeur de théologie, qui affirmait que le pape Eugène IV appartenait à l'ordre des Célestins. Selon eux cette mauvaise information se retrouve dans la devise qui lui est attribuée : « Lupa Caelestina » (Louve Célestine), alors que ce pape était Augustinien.
On suppose en général que ces prophéties auraient été rédigées pour le conclave de 1590 afin d'en influencer le résultat, même si le but recherché ne fut pas atteint.
La prophétie « de saint Malachie » a beaucoup fait parler d'elle car on peut observer des rencontres plus ou moins étonnantes entre quelques rares devises postérieures à son édition et les papes auxquels elles sont censées correspondre. Mais, à l'inverse, la plupart des devises restent parfaitement sibyllines et interchangeables, pouvant sans guère de difficultés s'appliquer à de nombreux papes. Comme on le verra ci-dessous, les ésotéristes, pour les justifier, sont souvent obligés de faire laborieusement appel aux armoiries du pape en question, ou à celles de sa famille, ou à celles de sa ville natale, ou à celles d'une ville dont il a été évêque, ou à celles de l'ordre auquel il appartenait, etc. Aussi, indépendamment des conditions très suspectes de sa publication, cette prophétie ne mérite aucune créance. Comme les textes du même genre (notamment les centuries de Nostradamus), son effet prédictif a toujours été nul, c'est-à-dire qu'il n'a jamais permis à l'avance de prévoir ce qui se passerait : c'est toujours après-coup qu'on a établi des rapports entre la prophétie et la réalité.
Il n'est pas impossible que le texte de Wyon puisse avoir été conçu dans un but électoraliste car il faut savoir qu'avant même l'apparition de son propre texte, des "roues" avec des gravures et des devises énigmatiques ont circulé qui servirent à influencer plusieurs conclaves. On en trouvera la description dans un ouvrage de Roger Duguet (Abbé Paul Boulin) intitulé Autour de la Tiare, paru chez Sorlot. Cet ouvrage montre du reste à quel point cette pure "propagande" a pu continuer d'enfiévrer les esprits au moment de la dernière guerre mondiale.
C'est une liste en latin qui énumère 111 devises, attribuées aux papes successeurs de Célestin II (1143-1144) et prétendant annoncer la fin du monde, celle-ci arrivant avec le dernier pape annoncé.
Pour chaque pape, une devise latine est donnée qui a suscité des interprétations prophétiques. Le problème de la prise en compte ou non des
antipapes se pose différemment suivant la date à laquelle ce document aurait été rédigé. L'énumération des devises se termine par un texte :
« In psecutione. extrema S.R.E. sedebit. / Petrus Romanus, qui pascet oues in multis tribulationibus : / quibus transactis ciuitas septicollis diruetur,/ & Iudex tremendus indicabit populum suum. Finis

Dans les éditions ultérieures notamment celle de Messinghan de 1624, « psecutione extrema » est remplacé par le plus éloquent « persecutione extrema. » Mais les spécialistes de la langue latine admettent que lorsque la lettre « p » est accompagnée d'un signe « s » elle peut tout autant signifier l'abréviation du préfixe pro- ou per-.
C'est pourquoi des exégètes modernes estiment que le mot psecutione ne doit pas être lu comme persecutione mais comme prosecutione (« dans la suite des temps… »), ce qui fait considérer à certains commentateurs que si Pierre le Romain doit être un successeur de Benoît XVI et être le dernier pape, il ne serait pas son successeur immédiat : d'autres papes pourraient s'intercaler entre ces deux pontifes.
L'interprétation en est controversée : faudrait-il y voir l'annonce du dernier pape « Pierre le Romain », durant le règne duquel Rome et la chrétienté seraient détruites, ou l'annonce d'un nouveau prophète ?
La fonction de prophétie s'attacherait évidemment aux papes postérieurs à 1595 dont la devise correspondrait plus ou moins à un caractère de leur pontificat ou de leur vie. La 78e devise, qui correspondrait au pape Léon XI élu en 1605, entame donc la partie prophétique du document. Le 110e pape de la liste correspondrait au pape Jean-Paul II et la devise correspondante est « De Labore Solis » (de l'éclipse du soleil, cf. Virgile, Géorgiques, 1, 478) tandis que celle correspondant à son successeur Benoît XVI est « Gloria olivae » (la gloire de l'olivier/l'olive). Il s'agit de la dernière devise avant celle de Petrus Romanus qui clôt la liste.
Liste des devises
Les interprétations des devises et les indices visant à faire concorder devise et papes sont extrêmement variables suivant les sources. A l'instar des prophéties de Nostradamus, il est possible de trouver, dans la vie d'une personne, un fait permettant de donner une signification à la devise.
  • 1. Ex castro Tiberis (du château du Tibre) Célestin II (1143-1144). Il est né à Città di Castello, anciennement appelée Tiphernum (même racine que pour le mot Tibre).
    2. Inimicius expulsus (l'ennemi chassé)
    Lucius II (1144-1145). Il est chassé de Rome par le sénat romain.
    3. Ex magnitudine montis (issu de Montemagno)
    Eugène III (1145-1153). Il est né à Montemagno, près d'Asti.
    4. Abbas suburranus (l'abbé de Suburre)
    Anastase IV (1153-1154). Il est né à Rome dans le quartier de la Suburra.
    5. De rure albo (d'une blanche campagne)
    Adrien IV (1154-1159). Ce pape d'origine anglaise est le fils d'un paysan et est né dans une ferme dépendant de l'église Saint-Albans. Avant d'être pape, il fut également évêque d'Albe.
    6. Ex tetro carcere (d'une horrible prison)
    Victor IV, antipape (1159-1164). Soutenu par l'empereur Frédéric Ier, il fit jeter en prison le véritable pape Alexandre III.
    7. Via Transtiberina (la voie au-delà du Tibre)
    Pascal III, antipape (1164-1168). Il était cardinal de Sainte-Marie au Transtevere (Tibre se dit Tevere en italien).
    8. De Pannonia Tusciae (de la Hongrie à la Toscane)
    Calixte III, antipape (1170-1177). Cet antipape, originaire de Pannonie (ancien nom de la Hongrie), a été opposé au pape Alexandre III, né en Toscane.
    9. Ex ansere custode (grâce à l'oie protectrice)
    Alexandre III (1159-1181). À l'image des oies du Capitole qui sauvèrent Rome des Gaulois, Alexandre III finit par battre l'empereur Frédéric Ier avait qui il avait lutté pendant 18 ans et qui lui opposa trois antipapes.
    10. Lux in ostio (la lumière à l'embouchure)
    Lucius III (1181-1185). Il est né à Lucques (Luca en latin) et a été évêque d'Ostie, port situé à l'embouchure du Tibre (ostium en latin).
    11. Sus in cribro (le cochon contre un crible)
    Urbain III (1185-1187). Issu de la famille des Crivelli (crivellum est le diminutif de cribrum, crible), il doit lutter contre l'empereur Frédéric Ier (le cochon) qui s'est à nouveau révolté contre le pouvoir temporel du pape.
    12. Ensis Laurentii (l'épée de Laurent)
    Grégoire VIII (1187). Ce pape avait été cardinal avec le tire de Saint-Laurent. Son blason comporte deux épées en sautoirs. Enfin, il exhorte la Chrétienté à reprendre l'épée contre Saladin qui vient de reprendre Jérusalem.
    13. De Schola exiet (il sera issu de Schola)
    Clément III (1187-1191). De son vrai nom, Paolo Scolari.
    14. De rure bovensi (de la campagne des Bobo)
    Célestin III (1191-1198). Issu de la famille des Bobo-Orsini, il est né dans la campagne romaine.
    15. Comes signatus (Le comte de Segni)
    Innocent III (1198-1216). Ce pape est appartient à la famille des comtes de Segni.
    16. Canonicus ex latere (Chanoine conforme à Latran)
    Honorius III (1216-1227). Cet ancien chanoine de Sainte-Marie-Majeure poursuivit les travaux initiés par son prédécesseur au concile du Latran .
    17. Avis ostiensis (L'oiseau d'Ostie)
    Grégoire IX (1227-1241). Neveu du pape Innocent III, cet évêque d'Ostie portait un aigle sur son blason.
    18. Leo Sabinus (Le lion sabin)
    Célestin IV (1241). Cardinal-prêtre du titre de Saint-Marc (le lion de Saint-Marc) puis évêque de la province de Sabine, il est issu de la famille de Castiglione dont les armes portent un lion.
    19. Comes Laurentius (Le comte de Saint-Laurent)
    Innocent IV (1243-1254). Issu de la famille des comtes de Lavagna, il est cardinal-prêtre de Saint-Laurent in Lucina.
    20. Signul Ostiense (Segni d'Ostie)
    Alexandre IV (1254-1261). Neveu du pape Grégoire IX, il est issu de la famille des comtes de Segni et sera évêque d'Ostie.
    21. Jerusalem Campaniae (Jérusalem de Champagne)
    Urbain IV (1261-1264). Ce pape français est né à Troyes en Champagne et a été patriarche de Jérusalem.
    22. Draco depressus (Le dragon ruiné)
    Clément IV (1265-1268). Le pape, aidé par Charles d'Anjou, est soutenu par le parti guelfe dans sa lutte contre l'empereur Manfred. Les armes des Guelfes portent un aigle pressant de ses serres un dragon. Charles d'Anjou battra Manfred (le dragon).
    23. Anguineus vir (L'homme au serpent)
    Grégoire X (1271-1276). Charles d'Anjou, nouveau roi de Sicile, se révélant un homme cruel et ambitieux (le serpent), Grégoire X est contraint à renverser ses alliances et à soutenir le parti gibelin.
    24. Concionator Gallus (Le prédicateur de France)
    Innocent V (1276). Il occupa la chaire de théologie à Paris en remplacement de Saint Thomas d'Aquin.
    25. Bonus comes (Le bon comte)
    Adrien V (1276). Neveu d'Innocent IV, il est issu de la famille des comtes de Lavagna.
    26. Piscator Tuscus (Le pécheur toscan)
    Jean XXI (1276-1277). Le prénom de ce pape était Pierre (Saint Pierre était pécheur). Il fut évêque de Tusculum.
    27. Rosa composita (La rose en bon ordre)
    Nicolas III (1277-1280). Les armes de ce pape portent une rose.
    28. Ex telonio liliacei Martini (du bureau du percepteur de Martin des lis)
    Martin IV (1281-1285). Avant d'être élu pape, il fut trésorier de l'église Saint-Martin de Tours puis légat du pape en France (le pays des lis).
    29. Ex rosa leonina (de la rose du lion)
    Honorius IV (1285-1287). Ses armes portent deux lions et une rose.
    30. Picus inter escas (d'Ascoli Piceno)
    Nicolas IV (1288-1292). Il est né à Ascoli Piceno.
    31. Ex eremo celsus (élevé à partir de la solitude)
    Célestin V (1294). Il vivait comme un ermite dans la solitude des Abruzzes. Élu pape, il démissionna au bout de quelques mois pour retourner à sa vie d'ermite.
    32. Ex undarum benedictione (de Benoît des ondes)
    Boniface VIII (1294-1303). Les armes de ce pape, nommé Benedetto Caetani, portent deux bandes ondées d'azur. En 1300, il institua le jubilé du siècle qui vit des flots de pélerins se rendre à Rome pour recevoir la bénédiction papale.
    33. Concionator Patareus (Le prédicateur de Patara)
    Benoît XI (1303-1304). Appartenant à l'ordre des frères prêcheurs, ce pape se prénommait Niccolo (Saint Nicolas était originaire de Patara en Lycie).
    34. De fasciis Aquitanicis (des fasces d'Aquitaine)
    Clément V (1305-1314). Il était issu d'une noble famille de Gascogne dont les armes étaient "d'or à trois fasces de gueules".
    35. De sutore osseo (du cordonnier d'Ossa)
    Jean XXII (1316-1334). Jacques Duèze (ou d'Ossa) était le fils d'un cordonnier de Cahors.
    36. Corvus schismaticus (Le corbeau schismatique)
    Nicolas V, antipape (1328-1330). Il est né dans le village de Corberia et son élection provoque un schisme dans la Chrétienté.
    37. Frigidus abbas (le froid abbé)
    Benoît XII (1334-1342). Il fut abbé de Fontfroide dans le diocèse de Narbonne.
    38. Ex rosa Atrebatensi (de la rose d'Arras)
    Clément VI (1342-1352). Il fut évêque d'Arras, capitale de l'Artois (peuplé par les Atrébates à l'époque romaine), et son blason portait six roses.
    39. De montibus Pammachii (Le lutteur des monts)
    Innocent VI (1352-1362). Il est né à Mont dans le Limousin et fut évêque de Clermont. Il fut également évêque d'Ostie où un certain Saint Pammaque fonda un hospice.
    40. Gallus videcomes (L'aristocrate français)
    Urbain V (1362-1370). Ce pape d'origine française était issu de la famille des barons de Grisac.
    41. Novus de virgine forti (fort de Sainte-Marie nouvelle)
    Grégoire XI (1370-1378). De son vrai nom, Pierre-Roger de Beaufort, il fut nommé cardinal au titre de Santa-Maria-Nuova.
    42. De cruce aspotolica (de la croix des apôtres)
    Clément VII, antipape (1378-1394). Le graphisme de ses armes dessine une croix et il fut nommé cardinal au titre des douze apôtres.
    43. Luna Cosmedina (la lune de Cosmedin)
    Benoît XIII antipape (1394-1424). De son vrai nom, Pedro de Luna, il fut nommé cardinal au titre de Sainte-Marie in Cosmedin.
    44. Schisma Barcinonum (le schisme de Barcelone)
    Clément VIII, antipape (1424-1429). Originaire de Barcelone, il fut comme tous les antipapes à l'origine d'un schisme dans la Chrétienté.
    45. De inferno Praegnanti (de l'enfer de Pregnani)
    Urbain VI (1378-1389). De son vrai nom, Bartolomeo Prignano, il est né dans un faubourg de Naples appelé Inferno.
    46. Cubus de mixtione (un cube hors de son élément)
    Boniface IX (1389-1404). Lorsqu'il fut élu pape, régnait l'antipape Clement VII, ce "cube" (pierre) sur lequel repose l'Église et qui s'était mis hors de son élément en provoquant le Grand Schisme d'Occident.
    47. De meliore sidere (de l'étoile de Melior)
    Innocent VII (1404-1406). Il appartient à la famille Migliorati dont les blasons portent toujours un astre (étoile ou comète).
    48. Nauta de Ponte-Nigro (le nautonnier de Négrepont)
    Grégoire XII (1406-1415). Il est né à Venise, ville où on se déplace en bateau, et fut évêque de Chalcidique (dont dépendait Négrepont).
    49. Flagellum solis (le fléau du soleil)
    Alexandre V, antipape (1409-1410). Son blason porte un soleil.
    50. Cervus sirenae (le cerf de Naples)
    Jean XXIII, antipape (1410-1419). Ce pape est né à Naples (anciennement appelé Parthénope, nom d'une sirène dont le corps fut trouvé à l'endroit où on fonda la ville). Il fut cardinal de Saint-Eustache (Saint Eustache se convertit au christianisme après avoir vu une croix au milieu des cornes d'un cerf).
    51. Corona veli aurei (la couronne du voile d'or)
    Martin V (1417-1431). Oddo Colonna. De la famille Colonna, cardinal-diacre de St Georges au voile d'or (les armes des Colonna représentaient une couronne).
    52. Lupa coelestina (la louve célestine)
    Eugène IV (1431-1447). Ermite de Saint Augustin, Gabriel Condulmer. Vénitien, d'abord chamoine régulier célestin et évêque de Sienne (les armes de cette ville représentaient une louve).
    53. Amator crucis (l'amant de la croix)
    Félix V, antipape (1439-avril 1449). Duc Amédée VIII de Savoie. Qui fut appelé Amédée (Amadeus, aime-dieu) duc de Savoie, dont les armes représentaient une croix.
    54. De modicitate Lunae (la petite lune).
    Nicolas V (6 mars 1447-1455). Tommaso Parentucell. De la Lunégiane de Sarzane, né de parents modestes.
    55. Bos pascens (le boeuf paissant)
    Calixte III (1455-1458). Alonzo de Borgia. Espagnol, dont les armes représentaient un boeuf paissant.
    56. De capra et albergo (la chèvre et l'auberge)
    Pie II (1458-1464). Enée Piccolomini. Siennois, qui fut secrétaire des cardinaux Capranica (capra signifie chèvre) et Albergati (alberga signifie auberge).
    57. De cervo et leone (le cerf et le lion)
    Paul II (1464-1471). Pietro Barbo, cardinal de Saint-Marc et nommé évêque de Cervia. Vénitien, qui fut commendataire de l'église de Cervie et cardinal du titre de St Marc (dont le symbole est un lion). Il avait un lion dans ses armes).
    58. Piscator Minorita (Le pêcheur mineur)
    Sixte IV (1471-1484). Francesco della Rovere, élévé par les frères mineurs, fils de pêcheur, franciscain (ordre mineur).
    59. Praecursor Siciliae (Le précurseur de Sicile)
    Innocent VIII (1484-1492). le cardinal Jean-Baptiste Cibo, évêque de Malfetta Qui fut appelé Jean-Baptiste (nom du précurseur du Christ) et qui vécut à la cour l'Alphonse, roi de Sicile.
    60. Bos Albanus in porta (Le boeuf d'Albano au port).
    Alexandre VI (1492-1503). Rodrigo Borgia de Valence, évêque de Portus, Cardinal-évêque d'Albano et Porto (signifie port) dont les armes représentaient un boeuf.
    61. De parvo homine (Du petit homme).
    Pie III (1503-1503). le cardinal Francesco Todeschini Piccolomini, Siennois, de la famille Piccolomini (piccolo signifie petit; uomini, hommes).
    62. Fructus Jovis juvabit (Le fruit de Jupiter aidera).
    Jules II (1503-1513). le cardinal Giuliano della Rovere, Ligurien, ses armes représentaient un chêne, arbre de Jupiter.
    63. De craticula Politiana (Du gril de Politien).
    Léon X (1513-1521). Le pape né Jean de Médicis était fils de Laurent de Médicis (saint Laurent ayant eu comme insigne un gril) et fut élève de Politien.
    64. Leo Florentius (Le lion de Florent).
    Adrien VI (1522-1523). Adrien Florenz, évêque de Tortosa, Fils de Florent, dont les armes représentaient un lion.
    65. Flos pilaei aegri (La fleur du globe malade).
    Clément VII (1523-1534). Les armes du Florentin Jules de Medicis représentaient des boules, dont l'une était surmontée d'un lys. Le mot malade figurant dans la devise peut se rapprocher du jeu de mot sur le nom Médicis, médecin).
    66. Hiacynthus Medicorum (La jacinthe des médecins).
    Paul III (1534-1549). Alexandre Farnèse portait des lis bleus (ou hyacinthes) dans ses armes, et fut cardinal de saint Côme et saint Damien, deux médecins martyrs.
    67. De corona montana (La couronne du mont).
    Jules III (1550-1555). Jean Marie del Monte (du Mont) avait deux couronnes dans ses armes.
    68. Frumentum floccidum (Le froment prêt à tomber).
    Marcel II (9 avril 1555 - 1er mai 1555). Le cardinal Marcel Cervini, dont les armes représentaient un cerf et du froment (épis de blé), prêt à tomber car le règne de ce pape fut très court.
    69. De fide Petri (De la foi de Pierre).
    Paul IV (1555-1559). Le cardinal Pierre Carafa, carafe signifiant foi.
    70. Aesculapi pharmacum (Le remède d'Esculape).
    Pie IV (1559-1565). Giovanni Angelo de Medici avait étudié la médecine, puis le droit, (jeu de mot sur le nom de famille, Esculape étant le dieu de la médecine). 71. Angelus nemorosus (L'ange des bois) Pie V (1566-1572). Michel Ghisleri (Michel est le nom d'un ange) était né à Bosco (signifiant bois) en Lombardie, en 1504.
(...)
  • 80. In tribulatione pacis (Dans la tribulation de la paix) Grégoire XV (9 février 1621-1623). Mort le 8 juillet. Alessandro Ludovisi avait étudié le droit (Alexandre Ludovisi) Institua la Propagande, rédigea la Contitution sur la législation des Conclaves et réforma les ordres religieux dans le but de rendre la paix au monde chrétien si troublé par la guerre de Trente ans.
    81. Lilium et Rosa (Le lis et la rose)
    Urbain VIII (6 août 1623-1644). Mort le 29 juillet. Maffeo Barberini (Maeffeo Barberini) Le pontificat fut marqué par l'alliance de la rose de l'Angleterre protestante avec le lis de la France catholique au cours de la guerre de Trente ans, alliance désastreuse pour la Papauté.
    82. Jucunditas crucis (La joie de la croix)
    Innocent X (16 septembre 1644-5 janvier 1655). Mort le 7 janvier. Giambattista Pamfili (Jean-Baptiste Pamphili) Elu le jour de l'Exaltation de la croix (14 Septembre).
    83. Montium custos (Le gardien des monts) Alexandre VII (7 avril 1655-1667). Mort le 22 mai. Fabio Chigi (Fabius Chigi) De la famille des Chigi dont les armes représentaient des montagnes que domine une étoile.
    84. Sidus olorum (L'astre des cygnes) [Clément IX] (20 juin 1667-1669). Mort le 9 décembre. Giulio Rospigliosi (Jules Rospigliosi) Naquit près de la rivière Stellata (stella signifie étoile) et au conclave où il fut élu il occupait la chambre des cygnes, appatement du vatican appelé ainsi en raison des peintures représentant ces oiseaux.
    85. De flumine magno (Du grand fleuve) Clément X (29 avril 1670-1676). Mort le 22 juillet. Emilio Altieri (Emilio Altieri) De la famille des Altiéri dont les armes représentaient la constellation de Cassiopée, qui est traversée par la voie lactée appelé jadis le grand fleuve. Autre interprétation il naquit sur les bords du Tibre, le grand fleuve de Rome, qui déborda le jour de sa naissance, et il fut sauvé des eaux, comme Moïse, alors que son berceau flottait déjà à la dérive.
    86. Bellua insatiabitis (La bête insatiable). Innocent XI (21 septembre 1676-1689). Mort le 12 août Benedetto Odescalchi (Benoît Odescalchi) Les armoiries représentaient un aigle et un lion, deux bêtes insatiables.
    87. Poenitentia gloriosa (La pénitence glorieuse). Alexandre VIII (6 octobre 1689-1 février 1691). Mort le 1 septembre
Pietro Ottoboni (Pierre Ottoboni) Elu en la fête de St Bruno, fondateur de l'ordre de pénitents très sévère des Chartreux (6 Octobre).
  • 88. Rastrum in porta (Le rateau à la porte). Innocent XII (12 juillet 1691-1700). Mort le 27 septembre. Antonio Pignatelli (Antoine Pignatelli) De la famille Pignatelli del Rastello (du Rateau) qui habitait aux portes de Naples, le grand port Italien.
    89. Flores circumdati (Des fleurs tout autour).
    Clément XI (23 novembre 1700-1721). Mort le 19 mars. Le cardinal Gian Francsico Albani (François Albani) Né à Urbin, ville dont les armes représentaient une couronne de fleurs.
    90. De bona religione (De bonne religion).
    Innocent XIII (8 mai 1721-7 mars 1724). Le cardinal Michelangelo dei Conti (Michel-Ange Conti) De la famille des Conti dei Segni, la seule qui a donné neuf papes à l'Eglise et qui était donc bien "de bonne religion".
    91. Miles in bello (Le soldat en guerre).
    Benoît XIII (29 mai 1724-1730). Mort le 21 février Pietro Francesco Orsini (VVincent Orsini)De la famille des Orsini, fort connus au moyen âge pour leur audace et leur héroïsme guerrier.
    92. Columna excelsa (La colonne élevée)
    Clément XII (12 juillet 1730-1740). Mort le 8 février. Le cardinal Lorenzo Corsini (Laurent Corsini) Il s'occupa beaucoup d'architecture; il fit décorer de colonnes monumentales le portique principal de St Jean de Latran à Romme et créa au Capitole l'Ecole d'architecture.
    93. Animal rurale (L'animal des champs)
    Benoît XIV (20 août 1740-1758). Mort le 3 mai. Le cardinal Propero Lambertini (Prosper Lambertini) Par sa lutte constante, opiniâtre et patiente contre la philosophie impie et amorale de son siècle, il rappelle le boeuf, animal des champs, et justifie cette qualification au même titre que St Thomas et Bossuet.
    94. Rosa Umbriae (La Rose de l'Ombrie)
    Clément XIII (1758-1769). Il fut gouverneur de Rieti, ville de l'Ombrie connue pour les roses qui la parfument.
    95. Visus velox (la vue perçante) (et non pas Ursus velox (l'ours véloce) comme le donnent par erreur la plupart des sources)
    Clément XIV (1769-1774). La maison paternelle de ce pape avait comme enseigne un ours à la course. La devise « modifiée » tombe ici bien mieux que l'originale...
    96. Peregrinus apostolicus (Le voyageur apostolique)
    Pie VI (1775-1799). Ce pape fit deux voyages à l'étranger, c'était la première fois, depuis des siècles, qu'un pape quittait l'Italie.
    97. Aquila rapax (L'aigle rapace ou l'aigle ravisseur)
    Pie VII (1800-1823). Il fut emprisonné à Savone puis à Fontainebleau par Napoléon Ier, le 19 juin 1812, l'aigle rapace, qui le séquestra et l'obligea de signer le Concordat le 25 janvier 1813.
    98. Canis et Coluber (Le chien et la couleuvre)
    Léon XII (1823-1829). Ce pontificat est marqué par l'efflorescence des sociétés secrètes, caractérisées par le cynisme et la traîtrise.
    99. Vir religiosus (L'homme religieux)
    Pie VIII (1829-1830). Ce pontificat très court est signalé par une seule encyclique, et elle attaque les erreurs et l'indifférence moderne en matière de religion.
    100. De balneis Etruriae (De Balnes en Etrurie)
    Grégoire XVI (1831-1846). Ce pape appartenait à l'ordre des Camaldules, fondé par Saint Romuald à Balnes en Étrurie, et créa le musée étrusque au Vatican.
    101. Crux de cruce (La croix (venant) de la croix)
    Pie IX (1846-1878). Ce pape eut à supporter la croix de la persécution lors de la révolution italienne (le Risorgimento) et cette révolution était dirigée par la Maison de Savoie qui porte une croix dans ses armoiries.
    102. Lumen in caelo (La lumière dans le ciel)
    Léon XIII (1878-1903). Ce pape appartenait à la famille des Pecci dont les armes représentent une comète dans un ciel d'azur.
    103. Ignis ardens (Le feu ardent)
    Pie X (1903-1914). Élu en la fête de St Dominique (4 Août) dont l'ordre porte en chef une torche ardente et il était cardinal du titre de St Bernard-aux-Thermes.
    104. Religio depopulata (La religion dépeuplée)
    Benoît XV (1914-1922). Il fut pape pendant la guerre mondiale 1914-18, la grippe espagnole et la révolution communiste, qui dépeuplèrent vraiment les temples de la chrétienté.
    105. Fides intrepida (La foi intrépide)
    Pie XI (1922-1939). Le pape des missions et de l'action catholique, preuves d'une foi intrépide.
    106. Pastor angelicus (Le pasteur angélique)
    Pie XII (1939-1958). Eugenio Pacelli, pasteur angélique, saint pape, est appelé le "pape de Fatima", the last prince of God.
    107. Pastor et nauta (Le pasteur et nautonnier)
    Jean XXIII (1958-1963). Il fut patriarche de Venise, qui est la ville des navigateurs. Il fut, tel un pasteur, à la source de la grande étape du Concile Vatican II.
    108. Flos florum (La fleur des fleurs)
    Paul VI (1963-1978). Le lys, surnommé « la fleur des fleurs », est présent sur ses armes (formées de trois lys).
    109. De mediate lunae (de la moitié de la lune ou du temps moyen d'une lune)
    Jean-Paul Ier (1978-1978). Jean-Paul Ier mourut 33 jours plus tard ce qui donna lieu à beaucoup d'interprétations.
    110. De labore solis (de l'éclipse solaire, du labeur du soleil)
    Jean-Paul II (1978-2005). Certains y ont vu, parmi d'autres interprétations, une corrélation avec une éclipse solaire le jour de sa naissance. S'il y eut bien une éclipse partielle de soleil le 18 mai 1920, comme cela se produit de deux à cinq fois par an, elle n'était visible qu'en Australie et sur une partie de l'Antarctique et donc pas en Pologne2.
    111. (De) gloria olivae ((de) la gloire de l'olivier/de l'olive
    3). Benoît XVI (2005-).
    112. Petrus Romanus (Pierre le Romain). Cette dernière prophétie apparaît pour la 1re fois dans l'édition princeps d'
    Arnold de Wyon du "Lignum Vitae" de 1595. Dans cette édition, elle est rédigée ainsi :
In psecutione. extrema S.R.E. sedebit. / Petrus Romanus, qui pascet oues in multis tribulationibus : / quibus transactis ciuitas septicollis diruetur,/ & Iudex tremendus indicabit populum suum. Finis.
 
"Dans la dernière persécution de la sainte Église romaine siègera Pierre Romain, qui paîtra ses brebis au milieu de nombreuses tribulations. Ces tribulations passées, la ville aux sept collines sera détruite et le juge redoutable jugera son peuple.", traduction laissant à penser que Petrus Romanus succèderait immédiatement à Gloria Olivae, autrement dit à Benoît XVI, élu en 2005.
C’est un texte bien mystérieux auquel on peut porter du crédit ou pas, mais en tout cas il sonne, hélas !, dans l'air du temps…
Pour ceux que cela intéresse, Pierre en parle plus précisément dans Notre-Dame de l'Apocalypse ou le 3e Secret de Fatima, vous trouverez tout cela sur le site de Pierre, accessible via La Revue de Presse Internationale de P.Jovanovic
 
 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Dossiers Arrow La Prophétie de saint Malachie