Du pétrole sur le littoral de la Louisiane

(Temps de lecture: 3 - 5 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

DELTA DU MISSISSIPPI (AP) — Des vents violents et de fortes vagues compliquaient vendredi les efforts destinés à contenir la gigantesque marée noire dans le golfe du Mexique, alors que des premiers fragments de pétrole ont atteint jeudi soir le littoral de la Louisiane, où l'état d'urgence a été déclaré comme en Floride sur fond de mobilisation.

Avec le secours des militaires et le soutien des autorités, des équipes s'emploient à endiguer ce qui pourrait devenir la pire catastrophe écologique aux Etats-Unis depuis des décennies.

Barack Obama a promis vendredi qu'aucun nouveau forage pétrolier ne serait autorisé avant que les autorités américaines aient déterminé les causes de l'explosion du 20 avril sur la plate-forme Deepwater Horizon, propriété de la société Transocean et exploitée par BP. Onze employés de la plate-forme de forage qui a sombré deux jours après le drame sont portés disparus et présumés morts.

Le président américain avait annoncé le 31 mars un plan pour autoriser de nouveaux forages gaziers et pétroliers pour nombre de zones offshore. Il a précisé qu'il avait demandé au secrétaire à l'Intérieur Ken Salazar d'examiner les causes de l'accident et de rendre un rapport sous 30 jours. Des plates-formes pétrolières dans le golfe du Mexique sont actuellement inspectées par le Département de l'Intérieur.

Barack Obama a également assuré que le gouvernement fédéral était "entièrement préparé" à assumer ses responsabilités envers les communes de la côte et les aider. Une façon de contrer toute critique sur une éventuelle réponse trop tardive des autorités fédérales.

Alors que du pétrole a commencé à atteindre le rivage de la Louisiane jeudi soir, le Service national météorologique a annoncé des vents et de fortes vagues jusqu'à dimanche, un phénomène qui pourrait pousser le mélange d'hydrocarbures plus profondément dans les anses, les étangs et les lacs du sud-est de la Louisiane.

Des bateaux patrouillaient dans les marécages côtiers vendredi matin pour rechercher des zones où le pétrole s'est engouffré, selon les garde-côtes. Ces derniers travaillaient avec BP pour déployer des barrages flottants, user de dispersants chimiques, et déclencher des incendies contrôlés pour brûler le pétrole.

Parallèlement, le secrétaire à la Défense Robert Gates a approuvé la mobilisation de deux avions cargos C-130 Hercules de l'armée de l'air afin de larguer des produits chimiques sur la nappe de pétrole, mission dans laquelle sont déjà engagés des avions civils.

La Marine a elle envoyé des équipements et décidé de faire de deux ses bases dans le Mississippi et en Floride des zones de transit.

La Garde nationale se préparait vendredi à envoyer des équipements pour participer aux opérations. Et des volontaires sont arrivés à Venice, en Louisiane.

Le gouvernement fédéral s'attache actuellement à déterminer le rôle que doit jouer l'armée dans les opérations de nettoyage, dont le coût incombera entièrement à BP, ainsi que l'a souligné jeudi le président Obama. Ce dernier a envoyé sur place trois membres de son administration, dont la secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano, pour superviser les opérations.

Mme Napolitano a précisé vendredi à La Nouvelle-Orléans que les autorités fédérales continueraient à pousser BP à réagir fortement.

De son côté, le Département de la Justice a annoncé l'envoi d'avoués pour rencontrer les équipes engagées dans les opérations et surveiller la marée noire. "La marée noire de British Petroleum a déjà coûté des vies et causé un incident majeur sur le plan de l'environnement", a souligné le ministre de la Justice Eric Holder, assurant que ses services se tenaient prêts à user de "toutes les ressources à leur disposition pour faire appliquer avec vigueur les lois qui protègent les gens qui travaillent et résident près du golfe, la vie sauvage, l'environnement et les contribuables américains".

La nappe qui avance vers les côtes est cinq fois plus importante que ce qui avait été estimé initialement. Selon des responsables du gouvernement, le puits, qui se trouve à 65km au large, déverse environ 795.000 litres par jour, dans les eaux du golfe du Mexique.

A ce rythme, la catastrophe pourrait éclipser la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis: en mars 1989, 42 millions de litres de brut s'étaient déversés dans les eaux du détroit du Prince William en Alaska à la suite du naufrage de l'''Exxon Valdez".

Jeudi, la nappe s'étendait sur une surface d'environ 113km sur 210km. Forer un puits de secours et boucher celui d'où s'échappe le pétrole à 1.500m de profondeur pourrait prendre trois mois.

Après son homologue de Louisiane, le gouverneur de Floride Charlie Crist a décrété vendredi l'état d'urgence dans plusieurs comtés côtiers de l'ouest de l'Etat (Escambia, Santa Rosa, Okaloosa, Walton, Bay et Gulf).

Les Etats-Unis pourraient être confrontés à la plus grande catastrophe écologique depuis des décennies, la marée noire mettant en péril des centaines d'espèces de poissons, d'oiseaux et l'ensemble de l'écosystème côtier.

Des secouristes ont commencé à nettoyer le premier oiseau découvert au large et dont les ailes étaient souillées.

Des habitants de la Louisiane, qui ont en mémoire la catastrophe provoquée par le passage de l'ouragan Katrina à l'été 2005, ont à nouveau le sentiment d'avoir été "oubliés".

"Ils nous ont menti. Ils nous ont dit que la nappe équivalait 1.000 barils alors qu'ils savaient pertinemment que c'était bien plus. Et ils sont restés les bras croisés", a accusé Cade Thomas, un guide de pêche de Venice (Louisiane), qui craint pour son avenir et ne sait s'il doit incriminer l'administration Obama, les garde-côtes ou BP. AP


Source : Le Nouvel Obs


Informations complémentaires :


Romandie.com : Alabama et Mississipi décrètent à leur tour l'état d'urgence
La Tribune.fr : Le gouvernement américain appelle BP a agir davantage contre la marée noire
Le Monde.fr : Les Etats-Unis tentent par tous les moyens d'endiguer la marée noire