1 1 1 1 1 Rating 5.00 (7 Votes)

Rien à l'lnternational cet après-midi, sauf ce billet de Michael Snyder, vous allez me dire ce sont les USA, on s'en fiche. Mais que pensez-vous qu'il va se passer en France, lorsque la pandémie va repartir ?, bref, l'expérience des autres pays est toujours enrichissante.

Sur ce je vous souhaite une bonne soirée ; )

Amitiés,

f.

Ville Bondee New York
Image : shutterstock.com - New York

Les gens riches se précipitent tellement pour quitter les grandes villes que cela crée une sorte de "boom immobilier" dans de nombreuses zones suburbaines, de petites villes et de communautés rurales. La crainte que suscite le COVID-19, l'effondrement de l'économie et la formidable violence urbaine à laquelle nous avons assisté ces dernières semaines se sont combinés pour créer une frénésie d'activité. La semaine dernière, ma femme et moi avons reçu des nouvelles d'un ami de New York qui, tout à coup, veut désespérément déménager dans un autre État, et je ne peux certainement pas lui reprocher de vouloir se relocaliser. Si j'étais à sa place, je voudrais aussi déménager. Mais à ce stade, tant de gens pensent tous la même chose : la demande de logements dans certaines zones menace de dépasser largement l'offre. En fait, un agent immobilier de la région de San Francisco le décrit comme "une course folle pour sortir de la ville"...

    "Il y a une ruée folle pour sortir de la ville", a déclaré Ginger Martin, agent immobilier chez Sotheby's qui se concentre sur les propriétés haut de gamme dans la baie de San Francisco. "Ce que je fais vraiment bien en ce moment, c'est tout ce qui est clé en main."

Malheureusement, les normes en matière de prêts hypothécaires se sont vraiment durcies au cours des derniers mois, ce qui limite le nombre de personnes capables de s'installer avec succès.

Dans ce contexte, ce sont surtout les "gens riches" qui peuvent quitter San Francisco et acheter une nouvelle maison ailleurs...

    La délocalisation, pour l'instant, n'est le fait que des gens riches, qui ont encore la mobilité financière nécessaire pour se déplacer alors que l'économie réelle implose et paralyse les 90% des Américains les plus pauvres. Même avec une bonne cote de crédit, les prêteurs ne préapprouvent plus les gens comme ils le faisaient autrefois. Au fil des ans, de nombreuses personnes ont afflué à San Francisco alors que l'économie était en plein essor et que la technologie était florissante. Aujourd'hui, avec le ralentissement économique, les troubles sociaux et la pandémie, la ville devient trop dangereuse pour élever une famille.

Sur la côte est, la violence est l'un des principaux facteurs de motivation qui poussent les gens à se reprendre en main et à déménager soudainement.

À l'heure actuelle, presque tout le monde a vu des images étonnantes des émeutes et des pillages qui ont eu lieu au cœur de la ville de New York, et il ne faudrait certainement pas grand-chose pour déclencher d'autres épisodes de violence généralisée.

Dans le même temps, le taux de criminalité global à New York est monté en flèche, ce qui contribue à alimenter l'exode vers les "communautés rurales de New York et du New Jersey"...

    En mai, la criminalité globale a diminué par rapport à la même période l'année dernière. Mais selon le département de police de la ville de New York (NYPD), les meurtres dans la ville ont augmenté de 79%, les fusillades ont fait un bond de 64% et les cambriolages ont augmenté de 34%.

    La hausse des crimes violents devrait accentuer la tendance des New-Yorkais à fuir la ville pour se rendre dans les communautés rurales de New York et du New Jersey.

Au centre du pays, la ville de Chicago connaît une violence encore plus grande que celle de New York.

En fait, des dizaines de personnes viennent d'être abattues au cours du week-end de la fête des Pères...

Neuf personnes ont été tuées, dont quatre de moins de 18 ans, et 47 autres ont été blessées lors de fusillades dans tout Chicago le week-end de la fête des Pères, a déclaré la police.

    Deux adolescents, un garçon de 3 ans et une fille de 13 ans font partie des personnes tuées, ont déclaré des responsables à ABC7 à Chicago.

Et il y a quelques semaines à peine, nous avons assisté à la journée la plus violente jamais enregistrée dans la ville venteuse...

    Alors que Chicago a été secouée par une nouvelle journée de protestations et de pillages à la suite du meurtre de George Floyd, 18 personnes ont été tuées dimanche 31 mai, ce qui en fait le jour le plus violent de Chicago depuis six décennies, selon le laboratoire de criminologie de l'université de Chicago. Les données du laboratoire ne remontent pas plus loin que 1961.

Si les problèmes auxquels nous sommes confrontés n'étaient que de nature très temporaire, la plupart des gens seraient probablement prêts à les surmonter.

Malheureusement, il semble que les choses ne vont pas s'améliorer de manière significative dans un avenir proche.

Maintenant que les mesures de confinement ont pris fin, le nombre de cas COVID-19 confirmés aux États-Unis commence à augmenter de nouveau. Vendredi, nous avons assisté à plus de 30.000 nouveaux cas confirmés aux États-Unis pour la première fois depuis de nombreuses semaines, et c'était en fait la pire journée jusqu'à présent pour les cas nouvellement confirmés dans le monde entier.

En d'autres termes, la pandémie de coronavirus s'aggrave. Que vous vouliez l'appeler "la première vague" ou "la deuxième vague", la vérité est que les cas se multiplient et que cela pourrait avoir de très graves conséquences pour les mois à venir.

En attendant, l'économie américaine continue de se détériorer très rapidement. Près de 46 millions d'Américains ont déposé de nouvelles demandes d'allocations de chômage depuis le début de cette pandémie, plus de 100.000 entreprises ont fermé leurs portes de façon permanente et les consommateurs américains ont omis de payer plus de 100 millions de prêts. Il s'agit d'un effondrement économique d'une ampleur et d'une portée sans précédent, et de nombreux autres mois de douleur économique extrême nous attendent.

Par-dessus tout, nous sommes dans une année électorale, et même une toute petite étincelle pourrait déclencher davantage d'émeutes, de pillages et de violence.

À l'heure actuelle, les tensions sont si fortes dans ce pays qu'un récent sondage a révélé que 34% de tous les Américains pensent qu'il pourrait y avoir une "guerre civile" dans les cinq prochaines années...

    Le dernier sondage national par téléphone et en ligne de Rasmussen Reports révèle que 34% des électeurs américains pensent que les États-Unis connaîtront une seconde guerre civile au cours des cinq prochaines années, mais cela ne comprend que neuf pour cent (9%) qui disent que c'est très probable.

Je n'ai jamais vu notre nation aussi profondément divisée de toute ma vie, et cela me rend incroyablement triste.

À un moment où nous devrions nous rassembler comme jamais auparavant, nous laissons les conflits, la discorde, la colère et la haine nous diviser encore plus profondément.

Une maison qui est divisée tombera sûrement, et l'avenir de l'Amérique semble extrêmement sombre si nous continuons sur cette voie.

En tant qu'individu isolé, vous ne pouvez pas faire grand-chose pour arrêter ce qui arrive, mais vous pouvez au moins essayer de vous rendre dans un endroit sûr avant que tout ne s'écroule.

Mais si vous devez déménager, vous devriez le faire rapidement, car comme je l'ai dit dans cet article, beaucoup d'autres personnes pensent exactement la même chose.

À propos de l'auteur : Je suis une voix qui réclame des changements dans une société qui semble généralement se contenter de rester endormie. Je m'appelle Michael Snyder et je suis l'éditeur du blog The Economic Collapse, de End Of The American Dream et de The Most Important News, et les articles que je publie sur ces sites sont republiés sur des dizaines d'autres sites web importants dans le monde entier. J'ai écrit quatre livres qui sont disponibles sur Amazon.com, dont The Beginning Of The End, Get Prepared Now et Living A Life That Really Matters. (#CommissionsEarned) En achetant ces livres, vous contribuez à soutenir mon travail. J'autorise toujours librement et volontiers les autres à republier mes articles sur leur propre site web, mais en raison de la réglementation gouvernementale, j'ai besoin que ceux qui republient mes articles incluent cette section "À propos de l'auteur" avec chaque article. Afin de me conformer à cette réglementation, je dois vous dire que les opinions controversées exprimées dans cet article sont les miennes et ne reflètent pas nécessairement celles des sites web où mon travail est republié. Cet article peut contenir des opinions sur des questions politiques, mais il n'est pas destiné à promouvoir la candidature d'un candidat politique en particulier. Le contenu de cet article est uniquement destiné à des fins d'information générale et les lecteurs doivent consulter des professionnels agréés avant de prendre des décisions d'ordre juridique, commercial, financier ou sanitaire. Les personnes qui répondent à cet article en faisant des commentaires sont seules responsables de leurs points de vue, et ces points de vue ne représentent pas nécessairement ceux de Michael Snyder ou des opérateurs des sites web où mon travail est republié. Je vous encourage à me suivre sur les médias sociaux sur Facebook et Twitter, et toute façon de partager ces articles avec d'autres est d'une grande aide.

Source : Endoftheamericandream.com

 

 

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow En ce moment, il y a une « ruée folle » pour sortir des villes (Michael Snyder)