(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

 

Labarge

Nous ne sommes qu’au début du XXIe siècle et avons déjà subit plusieurs guerres, crises financières, crises économiques et soulèvements des peuples. L’effondrement des places financières a pu être stoppé grâce aux milliards que nos dirigeants ont injecté dans un système hautement spéculatif. Mais ce sauvetage des banques a accentué l’endettement des États. Il nous est, pour le moment, impossible de savoir exactement quelles en seront les conséquences sociales et économiques. C’est pourquoi OTVQTV a décidé de réunir 4 personnalités aux idées bien tranchées pour aborder ce thème inquiétant.

Le constat est accablant, la moitié des pays membre de l’OCDE (Organisation de Coordination et de Développement Économique) sont endettés à plus de 50 % de leur PIB. Dont le Japon 225 % du PIB, les USA 100 %, la France à 86 % ou l’Allemagne à 81 % ! Cette situation est plus que préoccupante quand on sait que la Chine détient une partie de la dette des USA ce qui rend les relations diplomatiques très tendues entre les deux États, surtout sur la question de l’Iran qui, ont le sait, est soutenu par la Chine. C’est dire si les enjeux géostratégiques des USA sont dépendants de la politique étrangère chinoise.

Laurent Artur du Plessis, journaliste spécialisé en géopolitique, est convaincu que cette crise économique planétaire nous mène droit à la troisième guerre mondiale car les grandes nations de ce monde ne pouvant plus assumer leurs dettes seront forcées de créer une relance économique en faisant marcher l’industrie de l’armement. Les grandes puissances militaires de notre planète cachent souvent une situation économique désastreuse, comme les USA par exemple. Ce pays qui a longtemps été la nation la plus prospère de la planète ne tient actuellement que sur son pilier militaire. C’est du moins ce qu’en pense la rédactrice en chef adjointe du magazine économique « Bilan », Myret Zaki, pour qui les USA sont techniquement en faillite depuis des années mais le cache au monde entier en refusant des audits.

Piero San Giorgio, auteur de « Survivre à l’effondrement économique », est certain qu’une reprise est impossible dans le contexte actuel qui ne va que s’aggraver notamment à cause de la raréfaction des matières premières. Sans relance, les États devront renoncer à certains services publics ce qui va créer des zones entières sans électricité, eaux et transports. C’est un scénario qui est totalement exagéré et facile par les temps qui courent, c’est ce qu’en pense Philippe Manière, ancien directeur de l’institut Montaigne et fondateur de Footprint consultant, qui est beaucoup plus optimiste et pense que depuis la nuit des temps nous avons su nous remettre des situations économiques gravissimes car l’Homme est malin et capable de créer de la richesse quelle que soit la gravité de la crise qu’il traverse.

Tout ce beau monde s’est retrouvé sur la péniche de OTVQTV, dans une nouvelle émission nommée « La Barge » pour une conversation détendue dans un cadre reposant et avec une réalisation léchée.

 

 

Source : Mecanopolis, La Barge