Goodyear : la direction rejette le projet de coopérative pour le site d'Amiens

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
5 of 5 (2 Votes)

Je vous l’ai dit, les seules choses qui arrivent toutes seules ce sont les mauvaises nouvelles. Néanmoins il ne faut pas rester sur cet échec, des reprises d’entreprises par les employés réussies, il y en a en France comme « Sea France »

Dans le cas présent c’est Goodyear qui continue à leur mettre la misère, là aussi comme pour Pétroplus, l’État pourrait jouer un rôle actif en reprenant l'activité pour proposer des pneus de qualité à prix compétitif aux Français…

Le marché est là, eux ils ont l'outil de production et ne demandent qu'à travailler... Il suffit de réorienter la fabrication pour être en phase avec les besoins en pneumatiques des Français, ça doit pas être si impossible que ça quand même ?

Merci à Maître Conficius pour les infos, car il y en a d’autres…

goodyear_amiens_26_04_2013.jpg
Manifestation le 22 mars 2013 devant le siège de Goodyear à Rueil-Malmaison

La direction de Goodyear a estimé vendredi que le projet de Scop (coopérative) de la CGT, destiné à maintenir la production de pneus agricoles de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord (1.175 salariés) menacée de fermeture, n'était "pas une solution de reprise viable".

"Ce projet de Scop n'est pas une solution de reprise viable des activités agricoles de Goodyear dans la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA)", écrit la direction Goodyear dans une lettre adressée aux salariés dont l'AFP a obtenu copie.

La direction motive son rejet en expliquant qu'"alors que la lettre d'intention du 19 mars adressée par la CGT Goodyear Amiens Nord parlait d'une reprise de l'ensemble des activités agricoles de la zone, le projet se limite en réalité à la seule activité de production de pneumatiques agricoles de l'usine".

Elle fait valoir qu'"aucune garantie d'emploi n'est par ailleurs offerte".

Ce projet exigerait, selon la lettre de la direction, que le groupe poursuive son activité de Recherche et Développement agricole, une "approche qui n'est pas envisageable, Goodyear ayant clairement exprimé son intention d'arrêter son activité qui génère une perte annuelle de près de 20 millions d'euros".

Pour elle, la solution proposée par la CGT, syndicat majoritaire à l'usine d'Amiens (nord de la France), "consiste en réalité en une simple activité de sous-traitance de production pour le compte de Goodyear" et "n'apporte donc pas de solution au problème des pertes récurrentes de l'activité".

Le projet de Scop avait été présenté mardi à la direction sous la forme d'un document confidentiel de 40 pages.

 

Source : Boursorama.com avec Afp via Maître Conficius

Informations complémentaires :

 


Inscription à la Crashletter quotidienne

Inscrivez vous à la Crashletter pour recevoir à 17h00 tout les nouveaux articles du site.

Sites ami(e)s