1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Ça fait quelque temps que l'on vous prévient. Édouard Snowden avait vu juste, la pandémie sert de prétexte pour l'instauration de lois liberticides, et cela se fait à la fois en France où le gouvernement est prêt à se mettre hors la loi pour autoriser la reconnaissance faciale en temps réel, en vue des JO de 2024 pour être une 'vitrine technologique' des systèmes sécuritaires et pleins d'autres choses sympathiques...

Et en Europe, il y a toujours le projet Indect (regardez la vidéo pour vous faire une idée).

Bref, comme le dit Nicolas Dupont Aignan "Leur rêve c'est la Chine" et son modèle de crédit social.

Et comprenez que si des systèmes capables de vous identifier en temps réel sont présents dans la rue, et partout, ils permettront de tracer vos moindres faits et gestes, déplacements et plein d'autres choses... (Micro notamment).

On vous dit que c'est pour notre sécurité et contre le terrorisme, mais comme nous vous l'avons souvent relaté c'est un faux prétexte, car nos gouvernements successifs soutiennent des groupes terroristes depuis 1984.

Alors SVP, mobilisez-vous, ce n'est pas inéluctable, certains états aux États-Unis bannissent la reconnaissance faciale. S’il y a une forte mobilisation, ils feront machine arrière, en plus c'est plein de bugs, notamment avec les personnes de couleurs.

La prochaine étape c'est "La police prédictive", on vous arrête avant même que vous ayez fait quoi que ce soit.

Amitiés.

f.

Indect Europe

La Commission européenne présidée par l'Allemande Ursula Von der Leyen n'a guère démontré sa capacité à agir en faveur de la protection des peuples placés sous sa coupe. Le naufrage de la vaccination dans les pays de l'Union le prouve. En revanche, elle se montre beaucoup plus efficace et pro-active dès lors qu'il s'agit de mettre en Œuvre le capitalisme de surveillance, par exemple avec le passeport sanitaire et la reconnaissance faciale à la volée. Tout le monde n'est pourtant pas d'accord au sein de l'Union Européenne pour cette mise des populations sous une surveillance 100% compatible avec le Great Reset.

 

La Commission européenne est-elle la meilleure élève du capitalisme de surveillance tel qu’il se dessine avec l’émergence de Google ? Plusieurs éléments laissent penser qu’Ursula von der Leyen et ses aides de camp ne manquent pas une occasion de puiser dans le Great Reset, de Klaus Schwab, les éléments d’inspiration nécessaires à leur politique. En voici quelques illustrations. 

Commission européenne et passeport sanitaire

Premier élément, survenu très tôt dans la gestion du COVID : la mise en place d’un passeport sanitaire qui permettra de regrouper les données de santé des Européens lors de leurs déplacements. Bien entendu, ce passeport est réputé respecter des normes de confidentialité qui laissent perplexes : dans la pratique, elles consisteront à limiter la centralisation aux États dont les ressortissants ont la nationalité. Les douaniers des autres États pourront les consulter ponctuellement au moment du passage des frontières. 

Petit problème : nul ne sait combien de temps ces données seront archivées, et le projet de la Commission semble bien de maintenir ce système de passeport au-delà de la pandémie. 

Voilà une belle mesure directement tirée du Great Reset : le fichage des mouvements de population pour des raisons sanitaires, mais de façon constante. Ou comment faire croire au citoyen lambda que le fichage se justifie pour sa protection, alors qu’il s’agit simplement de faire accepter sa surveillance permanente sous de faux prétextes. 

Commission européenne et reconnaissance faciale à la volée

Mais le détournement de la protection au service du fichage généralisé ne s’arrête pas au somme toute timide passeport sanitaire supposé entrer en vigueur dès cette année dans l’espace de l’Union. Il intègre aussi un projet « d’encadrement » de l’intelligence artificielle qui ouvre de vastes perspectives, là encore en faisant mine de « protéger » les citoyens de l’Union

Ce projet de règlement prévoit la possibilité de recourir, pour les pouvoirs publics, à la reconnaissance faciale à la volée, c’est-à-dire en temps réel. Autrement dit, il sera loisible aux gouvernements d’installer des caméras sur leur sol et d’identifier chaque mouvement de la population en parfaite violation de la vie privée. Voilà une disposition qui protège !

Là encore, nous retrouvons la pensée du Great Reset, qui propose un « flicage » généralisé des populations, pour des raisons sanitaires, bien entendu. C’est le triomphe de ce que l’on appelle le capitalisme de surveillance, abrité derrière des motifs de protection des populations. 

Rébellion dans les services de la Commission

Ce suivisme de la Commission envers le capitalisme de surveillance en mode Davos est loin de faire l’unanimité au sein même des services de la Commission. Ainsi, le Comité européen pour la protection des données (CEPD), instance créée par le règlement général sur la protection des données, a-t-il publié cette semaine un communiqué de presse réclamant l’interdiction de la reconnaissance faciale en temps réel

« Le CEPD continuera de plaider en faveur d’une approche plus stricte de la reconnaissance automatisée dans les espaces publics des caractéristiques humaines – telles que les visages, mais aussi la démarche, les empreintes digitales, l’ADN, la voix, les frappes, et autres signaux biométriques ou comportementaux – qu’ils soient utilisés dans une publicité ou dans un contexte administratif, ou à des fins d’application de la loi. Une approche plus stricte est nécessaire étant donné que l’identification biométrique à distance, où l’IA peut contribuer à des développements sans précédent, présente des risques extrêmement élevés d’intrusion profonde et non démocratique dans la vie privée des individus. »

Voilà qui méritait d’être dit. Reste à savoir si cette opposition interne (mais autorisée) aux dispositions liberticides prises ou prévues par la Commission suffira à faire obstacle à l’adoption des technologies Great Reset compatibles qui pourraient faire étrangement ressembler notre monde à celui de 1984 et de Big Brother. 

 

Source : Lecourrierdesstrateges.fr

 

Informations complémentaires :

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Great Reset : la Commission européenne, meilleure élève du capitalisme de surveillance ? (CDS)