(Temps de lecture: 8 - 15 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Bonjour à toutes et à tous, et tous les jours le cauchemar continue, parce que les autorités ont perdu toute logique et ne cherchent plus le bien commun. Mais la totale suprématie de Wall-Street, et des forces cachées derrière la City of London (bref rien de nouveau depuis 50 ans....), et Vladimir Poutine l'a très bien expliqué lorsqu'il a parlé de "l'Empire du Mensonge" lors de son discours expliquant l'intervention en l'Ukraine (pour ceux qui ont pris le temps de l'écouter). Et encore, nous à cette époque, nous n'avions pas l'info sur les Biolabs US en Ukraine. Enfin je ne réexpliquerai pas tout le contexte, mais si vous avez les infos et si vous nous suivez (informations complémentaires), vous comprenez la situation actuelle, et vous comprenez que tout ceci est particulièrement dangereux. Car le fait de livrer des armes à l'Ukraine (comme les canons Caesar) nous place immédiatement de facto militairement comme co-belligérant face à la Russie, les Médias peuvent ne pas en parler, (ou dire le contraire en prenant exemple sur l'Afghanistan), mais c'est la réalité MILITAIRE.

Et puisqu'il n'y a aucune réaction, je rappelle quand même (pour la deuxième fois en 48h) que les États-Unis planifient une frappe nucléaire massive préventive sur la Russie et la Chine depuis 2016, en pensant être protégés des représailles russes par le bouclier antimissile qui encercle la Russie. (V. Poutine a parlé de cette menace latente et des opérations de déstabilisation interne US), mais comme on vous l'a dit tout ceci est complètement obsolète avec les missiles intercontinentaux hypersoniques RS-28 russes.

Bref, quoi qu'il en soit les Américains semblent bien décidé à faire cette guerre sur notre sol, jusqu'au dernier Ukrainien, puis jusqu'au dernier Européen, tout ceci dans l'objectif de nous affaiblir et de rester la seule super puissance qui reste avec la Russie, l'Inde et la Chine dans le Nouveau Monde. Et étant donné que la France est totalement soumise à Washington depuis 50 ans.

Je vous avouerai que je suis très pessimiste sur l'issue de ce conflit (Planifié et exécuté de toutes pièces par les USA).

Et comme personne ne bouge, franchement, si on se mange un RS-28 sur Paris, ça sera la fin de tous ces toquards en une milliseconde.

Nous on n'est pas loin de la capitale, on devrait avoir le temps d'apprécier le spectacle, puis d'être tué par le souffle.

Et ça sera la libération, et la réponse à de nombreuses questions.

Amitiés,

f.

Poutine Rs 28
Le président russe Vladimir Poutine au Kremlin, à Moscou (Russie), le 20 avril 2022.
SPUTNIK / REUTERS

Lors d’une prise de parole à Saint-Pétersbourg, mercredi 27 avril 2022, Vladimir Poutine a assuré que « l’opération militaire spéciale depuis le 24 février sera remplie ». Le président russe a également menacé les pays s’ingérant dans le conflit d’une « frappe de réponse rapide ».Lors d’une prise de parole devant le parlement russe, à Saint-Pétersbourg, retransmise sur BFMTV mercredi 27 avril 2022, le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, a assuré que « l’opération militaire spéciale depuis le 24 février sera remplie », évoquant la guerre en Ukraine.

Selon lui, cette victoire est nécessaire afin « que nous puissions garantir la paix et sécurité des républiques de Donetsk, de Lougansk, de la Crimée russe et de l’ensemble de notre pays ». « Il n’y a pas d’alternative », a-t-il ajouté.

Lire aussi : ENTRETIEN. « Dans cette guerre en Ukraine, Poutine a besoin d’une escalade », selon cette experte

Une guerre qui « coûte cher »

« Cette unité coûte cher et garantit que la Russie peut répondre aux défis les plus difficiles et traverser toutes les épreuves, cela a toujours été le cas et ce sera le cas aujourd’hui », a martelé le président russe.

Lors de cette même prise de parole, Vladimir Poutine a assuré que les sanctions économiques prises par la communauté internationale contre son pays depuis le début de l’invasion de l’Ukraine avaient été vaines.

« Ils ont préparé une guerre économique contre la Russie en utilisant tous les prétextes possibles, ils ont imposé de nouvelles sanctions et les plans d’étouffement économique contre la Russie ont échoué », a-t-il dit.

Selon lui, les états occidentaux auraient « spéculé sur les problèmes de notre passé » dans le Caucase, dans les années 1990 et 2000, « pour démembrer notre pays, pour nous mettre dos au mur ». « Mais ils ne sont pas arrivés à leurs objectifs. »

Des menaces de « frappe de réponse »

Vladimir Poutine a également longuement visé un ennemi sans le nommer, pour qui « notre existence est dangereuse, mais c’est eux la véritable menace pour le monde ».

« Ils transfèrent les problèmes du passé dans notre histoire actuelle afin de stimuler le séparatisme dans notre pays, pour démembrer notre pays, nous mettre dos au mur. Ils ne sont pas arrivés à leurs objectifs. »

Il a aussi rendu hommage à ses soldats qui selon lui « remplissent leur devoir héroïquement », alors que les accusations de crimes de guerre par l’armée russe prolifèrent. Le président russe Vladimir Poutine a enfin tenu à mettre en garde si un pays « souhaite s’ingérer dans les événements. »

« Alors ils doivent savoir qu’ils créeront une menace géopolitique pour nous, et devront savoir qu’il y aura une réponse, une frappe de réponse rapide. Nous avons pour cela des instruments que personne n’a aujourd’hui, et nous utiliserons ces outils si c’est nécessaire, je souhaite que tout le monde le sache », a-t-il dit, faisant possiblement référence à une frappe nucléaire.

France et États-Unis discutent de nouvelles sanctions visant la Russie

Au même moment, mercredi, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’entretenait avec son homologue américain, Antony Blinken, d’« initiatives possibles de nouvelles sanctions visant la Russie » pour l’offensive que celle-ci mène en Ukraine, a rapporté la porte-parole du Quai d’Orsay dans un communiqué.

Jean-Yves Le Drian et Antony Blinken ont évoqué la « coordination étroite et confiante » de la France et des États-Unis sur le conflit ukrainien, a-t-elle indiqué, ajoutant que les deux ministres ont échangé sur le sujet de la sécurité alimentaire.

Il n’existe aucun bilan global des victimes civiles de l’agression russe contre l’Ukraine. Rien qu’à Marioupol, les autorités ukrainiennes parlent de 20.000 morts, en raison des combats mais aussi de l’absence de nourriture, d’eau et d’électricité.

Près de 5,3 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis l’invasion par les troupes russes il y a deux mois, et l’ONU s’attend à ce qu’il y en ait trois millions de plus d’ici la fin de l’année Le HCR demande 1,85 milliard de dollars pour soutenir ses actions et celles de ses partenaires en faveur de ces personnes fuyant leur pays en guerre.

 

Source : Ouest-france.fr

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Ukraine on fire (VOSTFR)