4.3 1 1 1 1 1 Rating 4.30 (10 Votes)

Bonne fin de journée, le week-end commence..... ; )))))))

Amitiés,

f.

Google Maven 06 04 2018
Les employés de l'entreprise américaine se révoltent contre un projet militaire pouvant améliorer l'efficacité
des frappes de drones. - Crédits photo : DADO RUVIC/REUTERS

Dans un mouvement de révolte assez rare, plus de 3100 des 72.000 employés de la firme ont écrit à leur PDG pour contester le projet Maven, un programme d'intelligence articielle aux contours flous en collaboration avec le Pentagone.

Les questions d'éthiques planent au-dessus des géants d'Internet. Si Facebook tente de s'extraire de la tourmente du scandale Cambridge Analytica, Google n'est pas en reste. La firme de Mountain View fait face à une mutinerie. Selon le New York Times, une pétition diffusée en interne a déjà collecté plus de 3100 signatures. Son combat ? Demander le retrait du projet Maven, en collaboration avec le Pentagone. Ce programme de recherche, basé sur l'intelligence artificielle, a pour objectif l'analyse d'images vidéo par l'armée afin de faire de la surveillance et planifier des frappes par drones.

Google a annoncé au site Gizmodo début mars sa participation au projet Maven. Selon le Wall Street Journal, le programme lancé en avril 2017 bénéficie d'un budget d'au moins 7,4 milliards de dollars. L'idée est de donner au Pentagone un accès à TensorFlow, un système de deep learning. Basé sur une technologie particulièrement complexe, il permet d'analyser des milliers d'images afin d'isoler, identifier et comparer des portions d'image similaires. Sur des zones de conflits, l'armée américaine pourrait donc détecter automatiquement des véhicules ou des individus à l'aide des images aériennes. À partir de cela, des frappes chirurgicales par drones pourraient être déclenchées. Selon des propos rapportés par Gizmodo, le porte-parole de Google a affirmé cependant que la technologie ne serait employée «qu'à des fins non-offensives».

Les employés de la firme ne sont pas convaincus et craignent les conséquences de cette collaboration avec le Ministère de la Défense américain. «Nous pensons que Google ne devrait pas être impliqué dans des activités guerrières» explique le document interne adressé à Sundar Pichai, PDG de Google. «Le projet va irrémédiablement salir l'image de marque de Google et son attractivité auprès des talents» ajoutent les signataires.

Une note du Ministère américain de la Défense présentant le projet à son lancement reste très évasive quant aux implications d'une telle technologie : le but affiché est d'«intégrer plus efficacement l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique à travers les opérations pour maintenir nos avantages face à des adversaires de plus en plus compétents».

Des technologies au service de l'armée, Google avance en terrain miné

Les dirigeants de Google le savent, mettre les technologies de pointe au service de l'armée «soulève des inquiétudes légitimes». Cependant, l'entreprise ne veut pas céder de terrain sur ce marché. Les collaborations entre la Défense américaine et la firme californienne existent depuis déjà plusieurs années.

Google avait annoncé le 13 décembre 2013 l'acquisition de Boston Dynamics, entreprise spécialisée notamment dans la robotique à usage militaire. La société avait développé l'AlphaDog, en partenariat avec la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), un chien robot capable d'accompagner des soldats sur le terrain pour porter du matériel. Le projet avait été testé en conditions réelles avant d'être réformé. La raison avancée pour ce retrait est l'utilisation d'un moteur à essence jugé trop bruyant pour les missions sur le terrain. Boston Dynamics dit travailler à l'amélioration de cette aide précieuse pour l'armée.

Alphabet, la holding qui chapeaute Google, a néanmoins préféré se séparer de la société jugeant les retours sur investissement lointains et incertains. Cette décision s'explique également par les peurs suscitées par les dernières vidéos sorties par la société. Parmi elles, celle d'Atlas, un robot humanoïde capable, entre autres, de résister à des pressions extérieures en gardant l'équilibre et de se relever. De profondes inquiétudes ont fait surface quant aux progrès de la robotique et à l'emploi de telles technologies sur les missions. 

Nous n'allons pas commenter cette vidéo parce qu'il n'y a pas grand-chose à ajouter et parce que nous ne voulons pas répondre à la majorité des questions qu'elle soulève» avait indiqué Courtney Hohne, la directrice de la communication de Google X (un laboratoire de recherche), dans une note interne révélée par Bloomberg. Boston Dynamics a finalement été racheté par le groupe japonais SoftBank en juin 2017.

S'ils sont peu mis en avant, les liens entre Google et l'armée existent bel et bien. Eric Schmidt, président du conseil d'administration d'Alphabet jusqu'en décembre 2017, est membre depuis 2016 d'un comité spécialisé du Pentagone. Ce dernier étudie les apports des innovations technologiques des entreprises de la Silicon Valley pour la Défense des États-Unis. Même si Eric Schmidt a quitté ses fonctions dirigeantes, il conserve un rôle de «conseiller technique sur la science et la technologie» pour Google.

 

Source : Le Figaro.fr

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : NextAge 06...

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow High Tech Arrow Des milliers de salariés de Google dénoncent un projet d'IA à des fins militaires