1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)
IA 18 03 2019
Un turc mécanique - Crédits photo : Flickr/CC/WOCInTechChat

VIDÉO - Alors que le nombre de start-up d'intelligence artificielle augmente en Europe, une étude d'un cabinet d'investisseurs révèle que bon nombre des technologies n'ont en fait rien à voir avec ces techniques de pointe.

Un leurre, joliment enrobé. Deux cinquièmes des start-up européennes d'intelligence artificielle n'utilisent en fait aucune technologie assimilable à de l'intelligence artificielle, d'après le rapport «The State of Ai» (l'état de l'IA) de la société d'investissement londonienne MMC Ventures. L'entreprise a mené l'enquête auprès de 2830 start-up européennes prétendant être spécialisées dans le domaine, en cherchant à en savoir plus sur les programmes d'intelligence artificielle utilisés à travers les entretiens avec leurs dirigeants et des recherches sur leurs sites Internet. Mais ils n'ont trouvé de preuves de l'utilisation réelle de ces technologies que pour 1580 d'entre elles. Malgré le manque d'intelligence artificielle dans leurs produits, 40% prétendent développer des programmes d'apprentissage automatique, utiliser des réseaux neuronaux ou encore faire de la reconnaissance d'image, note le Financial Times, qui rapporte l'étude.

Par exemple, Skyscape, une start-up londonienne, affirme «utiliser l'intelligence artificielle pour analyser les toits et identifier les opportunités pour relever des défis urbains», ou plus clairement, trouver un espace inutilisé pour les atterrissages de drones, les fermes urbaines et autres projets innovants. Il s'avère finalement que l'entreprise n'utilise pas l'apprentissage automatique et la reconnaissance d'image grâce à l'intelligence artificielle, mais plutôt des logiciels d'analyse de données plus classiques.

Fourre Tout

Si ces jeunes entreprises tiennent toutefois à être qualifiées de «start-up en intelligence artificielle», c'est notamment car le terme leur permet d'attirer l'attention des investisseurs. Et leur portefeuille. Les entreprises considérées comme des sociétés d'intelligence artificielle mobilisent des fonds plus importants et obtiennent des valorisations plus élevées que celles vendant des logiciels classiques. La recherche de MMC a montré que le financement médian d'une start-up en intelligence artificielle était d'environ 15% supérieur à celui d'une start-up en développement logiciel de base. Toujours selon l'étude, près de 8% des nouvelles entreprises européennes créées l'an dernier étaient des sociétés d'intelligence artificielle, contre 3% environ en 2015.

» LIRE AUSSI : Du parfum à la voiture, l'intelligence artificielle sert à vendre de tout

Cet élan global autour de l'intelligence artificielle est notamment soutenu par les personnalités politiques européennes, qui vantent les promesses de la technologie et créent des fonds pour le secteur. Tout comme la conquête spatiale dans les années 1970, l'intelligence artificielle est au cœur d'une compétition mondiale conduisant à une certaine surenchère. Les chercheurs dans le domaine parlent même de «moment Sputnik». L'intelligence artificielle est aussi une technologie dont les contours restent relativement flous, comme le rappellent les Échos. La définition originelle de Marvin Minsky suggère ainsi qu'il s'agit de «programmes informatiques qui s'adonnent à des tâches qui sont, pour l'instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que : l'apprentissage perceptuel, l'organisation de la mémoire et le raisonnement critique».

Mais comme le rappelle le sociologue français Antonio Casilli dans son ouvrage, «En attendant les robots» (Seuil), la technologie sert aujourd'hui à un véritable «bluff technologique», auquel une foule d'acteurs voudrait bien laisser croire… pour mieux masquer la réalité d'une transformation profonde du monde du travail. Derrière les programmes d'intelligence artificielle, on retrouve encore bien souvent des humains, explique le sociologue. C'est ainsi le cas pour le difficile travail de la modération des contenus violents sur Internet. Même si les progrès en reconnaissance informatique des images permettent de détecter des contenus pédopornographiques ou terroristes, ce sont encore bien souvent des milliers d'humains qui doivent vérifier que lesdits contenus méritent bien d'être supprimés des plateformes. On estime aujourd'hui qu'entre 45 et 90 millions de personnes sont de ces «ouvriers du clic» réguliers, c'est-à-dire une main-d'œuvre invisible, payée à la tâche et essentielle au fonctionnement de l'économie numérique.

»LIRE AUSSI : Ces millions de travailleurs invisibles du numérique

C'est d'ailleurs ce qui explique le nom d'Amazon Mechanical Turk, l'un des plus importants services de travailleurs du clic : au XVIIIe siècle, le «Turc mécanique» était présenté comme un automate joueur d'échecs dans les foires. En réalité, c'était un humain caché derrière les mécanismes qui activait le faux robot.

 

Source : Le Figaro.fr

Vous êtes ici : Accueil Arrow High Tech Arrow 40% des start-up européennes d'intelligence artificielle n'utilisent pas d'intelligence artificielle (Le Figaro)