5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Les aficionados de ces engins volants téléguidés sont de plus en plus nombreux, et certains d'entre eux ont peut-être trouvé au pied du sapin le drone de leur rêve.

Drone 25 12 2014
(Photo d'illustration) (AFP)

Le Noël 2014 sera celui des drones. Les aficionados de ces engins volants téléguidés sont de plus en plus nombreux, et certains d'entre eux ont peut-être trouvé au pied du sapin le drone de leur rêve. Mais qui dit plus de drones offerts, dit plus de drones dans le ciel, de quoi donner la migraine aux régulateurs. Pour savoir comment utiliser ces systèmes correctement, il faut compter quelques semaines de formation  et pour éviter les accidents, il faut non seulement savoir piloter son drone, mais aussi le configurer correctement, au risque de le voir s'écraser. Une fois qu'il est correctement configuré et que les rudiments du pilotage sont maîtrisés, le ciel est à vous... Mais là encore, certaines règles sont à respecter. Voici celles que l'on peut trouver sur le site du ministère de l'Ecologie :   

La sécurité d'abord :

  • Je ne survole pas les personnes. J’utilise mon drone en veillant à ne pas mettre en danger les personnes et les véhicules à proximité. Je ne les survole pas et conserve une distance minimale de sécurité. Je reste bien éloigné de tout rassemblement de personnes.
  • Je fais toujours voler mon drone à une hauteur inférieure à 150m. Je respecte toujours cette hauteur maximale afin de limiter les risques de collision entre mon drone et un aéronef. Dans tous les cas, je n’entreprends pas un vol ou j’interromps un vol en cours, si un aéronef se trouve à proximité.
  • Je ne perds jamais mon drone de vue. Je conserve mon drone à une distance telle qu’il reste facilement visible à l’œil nu et je le garde à tout instant dans mon champ de vision. Les vols en immersion (FPV) à l’aide de lunettes de vision synthétique sont uniquement possibles lorsqu’une seconde personne conserve le drone dans son champ de vision et est en mesure à tout instant et aisément de reprendre les commandes du drone.
  • Je ne fais pas voler mon drone au-dessus de l’espace public en agglomération. En agglomération, le survol de mon espace privé avec un drone de petite taille et sans présence de public est toléré sous réserve de respecter une vitesse et une hauteur maximale adaptées à l’environnement immédiat (bâtiments, arbres, …) et permettant de limiter les risques en cas de perte de contrôle. Je n’utilise en aucun cas mon drone au-dessus de la voie publique. 
  • Je n’utilise pas mon drone à proximité des aérodromes. Je n’utilise pas mon drone à proximité de tout terrain d’aviation pouvant accueillir avions, hélicoptères, planeurs,ULM, etc. La distance minimale à respecter est de l’ordre de 5 km, et atteint 15 km pour les aérodromes les plus importants (ceux dont la piste dépasse 1 200 m).
  • Je ne survole pas de sites sensibles. Certains sites sensibles et leurs abords sont interdits de survol. Il s’agit par exemple des centrales nucléaires, de terrains militaires, de monuments historiques ou encore de réserves naturelles et parcs nationaux. Je me renseigne sur l’existence de tels sites avant d’entreprendre un vol.
  • Je n’utilise pas mon drone la nuit. Pour assurer la sécurité des aéronefs volant à basse altitude, comme les hélicoptères réalisant des opérations de secours, la réglementation interdit l’utilisation de drones la nuit, même s’ils sont équipés de dispositifs lumineux.

Pas question non plus "d'espionner ses voisins 

  • Je respecte la vie privée des autres. Les personnes autour de moi et de mon drone doivent être informées de ce que je fais, en particulier si mon drone est équipé d’une caméra ou de tout autre capteur susceptible d’enregistrer des données les concernant. J’informe les personnes présentes, je réponds à leurs questions et je respecte leur droit à la vie privée. Je m’abstiens d’enregistrer des images permettant de reconnaître ou identifier les personnes (visages, plaques d’immatriculation …) sans leur autorisation.
  • Je ne diffuse pas mes prises de vues sans l’accord des personnes concernées et je n’en fais pas une utilisation commerciale. Toute diffusion d’image doit faire l’objet d’une autorisation des personnes concernées ou du propriétaire dans le cas d’un espace privé (maison, jardin, etc.) et doit respecter la législation en vigueur (notamment la Loi du 6 janvier 1978 modifiée dite "Informatique et Libertés"). Toute utilisation de drone dont l’objectif est l’acquisition de prises de vues destinées à une exploitation commerciale ou professionnelle est soumise à des exigences spécifiques et nécessite la détention d’autorisations délivrées par la direction générale de l’Aviation civile. Pour plus d‘informations à ce sujet
  • Je me renseigne sur le site de DGAC (direction générale de l’Aviation civile), de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), de la FFAM (Fédération Française d’AéroModélisme), de la FPDC (Fédération Professionnelle du Drone Civil).

 

Source : Tempsreel.nouvelobs.com

Information complémentaire :

Crashdebug.fr : Survols de nos centrales : et si ce n’était pas des drones ?

Doudou777
Doudou777 ; ))))
 
Vous êtes ici : Accueil Arrow High Tech Arrow Vous avez reçu un drone à Noël ? Voici les 10 règles à respecter