Hillary Clinton prône des liens économiques Pakistan-Afghanistan

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Hillary_clinton.jpg

J'adore la périphrase, pour dire que l'un des deux soutient à demi mot les talibans... "et des objectifs divergents dans ce conflit divisent les deux alliés"... Garde ton ami près de toi et ton ennemi encore plus près...

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a plaidé dimanche à Islamabad pour de nouveaux partenariats économiques entre Pakistan et Afghanistan que Washington juge cruciaux dans la lutte contre les taliban implantés de chaque côté de la frontière entre les deux pays.

Au cours de sa visite de deux jours, Clinton doit rencontrer de hauts responsables militaires et civils et devrait renouveler les promesses d'aide économique afin de convaincre une opinion sceptique de la fiabilité des Etats-Unis en tant qu'allié.

Le Pakistan et l'Afghanistan ont signé un accord commercial attendu de longue date et dont les Etats-Unis espèrent qu'il relancera la coopération entre les deux pays.

Les détails de ce déplacement ont été maintenus secrets jusqu'à l'arrivée de la chef de la diplomatie américaine en raison d'inquiétudes en matière de sécurité, après une série d'attaques et d'attentats suicides sur le sol pakistanais.

Cette visite précède la conférence internationale sur l'Afghanistan, qui vise à donner corps à l'engagement du président afghan Hamid Karzaï d'assumer, avec son gouvernement, davantage de responsabilités en matière de sécurité et d'améliorer la gouvernance avant le début du retrait américain prévu pour juillet 2011. Hillary Clinton y participera.

L'administration Obama considère le Pakistan comme un pivot de la lutte contre les groupes islamistes qui opèrent à la fois sur le sol pakistanais et en Afghanistan, mais une certaine méfiance et des objectifs divergents dans ce conflit divisent les deux alliés.

AIDE MASSIVE

Des sondages montrent que la population pakistanaise doute de l'engagement à long terme des Etats-Unis. De son côté, Washington observe de près le rôle d'Islamabad en Afghanistan et estime que les Pakistanais doivent s'engager plus avant dans la lutte contre les taliban implantés sur leur territoire.

"Nous demandons et nous attendons des Pakistanais qu'ils prennent des mesures supplémentaires. Mais il n'y a aucun doute que s'il est établi qu'une attaque menée contre les Etats-Unis a été fomentée au Pakistan, cela aurait un impact désastreux sur nos relations", a prévenu Clinton sur la BBC.

Richard Holbrooke, émissaire spécial de Barack Obama dans la région, dit avoir noté une "accélération spectaculaire" de la coopération entre les deux gouvernements, mais reconnaît que l'opinion publique demeure difficile à convaincre.

"Nous n'avons que de faibles indications de progression dans les sondages, mais des exemples significatifs d'améliorations pour les gouvernements", a-t-il dit à la presse.

"Ce changement est d'une importance stratégique parce qu'il nous permet de mettre en oeuvre nos efforts supplémentaires dans le contre-terrorisme."

Les entretiens de Clinton avec le président Asif Ali Zardari et le chef de l'armée, le général Ashfaq Kayani, seront fondés sur les discussions tenues à Washington en mars dernier, afin d'accélérer le flux d'informations militaires et de milliards de dollars d'aide.

Les Etats-Unis comptent sur une aide massive et très large - de l'eau à l'électricité en passant par les droits des femmes - pour s'attirer les faveurs de l'opinion.

A ce jour, seul un Pakistanais sur cinq a un avis positif sur les Etats-Unis, malgré le triplement de l'aide civile pour la porter à 7,5 milliards de dollars dans les cinq ans à venir.

La présence de Clinton, qui n'a jamais caché un attachement profond à ce pays et devrait se rendre à de nombreuses réunions publiques, pourrait favoriser cette entreprise de séduction.

Grégory Blachier et Marine Pennetier pour le service français


Source : L'Express