Indemnité carburant : la nouvelle aide ciblée concernera la moitié des Français, selon leurs revenus (Le Figaro.fr)

(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
5 of 5 (1 Vote)

Bien sûr, les gens 'normaux' n'auront droit à rien....

aide essence

Un premier versement de l'aide sera effectué dès le début de l'année 2023. Crédit : AdobeStock

La remise gouvernementale, qui est passée de 30 à 10 centimes mercredi, sera remplacée par une aide plus ciblée au 1er janvier 2023.

Alors que la remise gouvernementale de 30 centimes par litre de carburant a été abaissée à 10 centimes, ce mercredi, et prendra fin au 31 décembre, elle sera remplacée par un nouveau dispositif plus ciblé. La Première ministre, Élisabeth Borne, en a dessiné les premiers contours dans une interview accordée ce vendredi aux Échos.

Nommée « indemnité carburant travailleurs », cette aide « bénéficiera aux ménages se situant dans les cinq premiers déciles de revenus, soit la moitié des ménages » précise la première ministre. Ils bénéficieront d'un premier versement dès le début de l'année.

Le gouvernement travaille encore à la définition précise du barème, mais Élisabeth Borne affirme avoir « la volonté d'aider significativement ceux qui effectuent un trajet long pour aller au travail. » Une aide qui devrait être bel et bien versée quelle que soit l'évolution des prix des carburants. « On pourrait se poser la question si les cours du pétrole s'effondraient, mais c'est quand même peu probable ! », affirme-t-elle.

À VOIR AUSSI - «Pour certains c'est vital» : la baisse des remises sur le carburant inquiète.

« Les gros rouleurs et les gros bosseurs »

Plus précisément, cette aide plus ciblée doit concerner «les gros rouleurs et les gros bosseurs», avait précisé mi-octobre Gabriel Attal, ministre délégué aux Comptes publics. Elle «ressemblera beaucoup» à l'«indemnité carburant travailleurs», prévue par le gouvernement cet été. Celle-ci avait été à l'époque finalement abandonnée pour être remplacée par la remise que l'on connaît aujourd'hui. L'été dernier, l'exécutif imaginait une aide de 100 à 200 euros, en fonction des revenus des personnes. Elle devait concerner les salariés, apprentis, agents publics et indépendants, et devait être versée uniquement aux plus modestes. Le gouvernement prévoyait d'y assortir un bonus pour les gros rouleurs, de 50 ou 100 euros.

Si les modalités précises de cette future aide ciblée restent donc à définir, elle «sera conditionnée à plusieurs critères», a détaillé Gabriel Attal sur LCI : «le fait de travailler», «avoir une voiture et avoir un numéro de carte grise à déclarer» et «être dans des catégories populaires ou de classe moyenne». Pour y avoir droit, il faudra se rendre sur un site internet dédié et rentrer ses informations personnelles, et l'aide sera ensuite versée «en quelques jours» sur le compte bancaire de chaque bénéficiaire, avait ajouté le ministre. Une enveloppe entre 1,5 et 1,6 milliard d'euros a été allouée à la mesure dans le budget 2023, a fait savoir Gabriel Attal.

Sur le même sujet, la première ministre rappelle également que pour 2022 et 2023, le gouvernement a doublé le plafond de l'aide défiscalisée que les employeurs peuvent proposer à leurs salariés qui utilisent leur véhicule pour travailler. La voiture reste en effet un mode de déplacement privilégié pour les Français. En 2017, les trois-quarts des 24,6 millions d'actifs en emploi étudiés par l'Insee l'utilisaient.

 

Source : Le Figaro.fr

 

 

 


Inscription à la Crashletter quotidienne

Inscrivez vous à la Crashletter pour recevoir à 17h00 tout les nouveaux articles du site.

Sites ami(e)s