5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

En septembre 2010, sur la piste de Mahamudra qui avait assisté à une conférence en Allemagne, nous vous révélions que le physicien nucléaire Konstantin Tschetscherow avait de sérieuses pistes, indiquant que l'accident de Tchernobyl était dû à une réaction d'autodéfense d'activistes américains face à une action locale d'un possible HAARP russe, qui était alimenté par 16 centrales nucléaires, dont Tchernobyl, et que cette contre-mesure avait provoqué l'explosion de cette dernière...

Ceci à mon goût tendait plus à la science-fiction, justement, jusqu'à ce que je trouve la trace de SURA...
Pour ce qui est des capacités de l'installation je rappellerais que l'article date de 2008 ; )

Sura Antennas

Vue du réseau d'antennes sur le site de Sura.

SURA

Le HAARP russe

 

Tout à fait similaire à l'installation américaine. Elle lui est par ailleurs antérieure de plus de 10 ans :

L'installation d'excitation ionosphérique de Sura, située près de la petite ville de Vasilsursk à environ 100 km à l'est de Nijni Novgorod en Russie, est un laboratoire de recherche ionosphère. Sura est capable de rayonner sur environ 190 MW, de puissance apparente rayonnée (ERP), en ondes courtes.

Cette installation est exploitée par l'Institut de recherche radiophysiques NIRFI à Nijni-Novgorod.

L'installation de la SURA a été commandée en 1981.

Grâce à cette installation, les chercheurs russes ont atteint des résultats intéressants concernant le comportement extrême de la  ionosphère et ont découvert l'effet de génération de fréquences à faible émission dus à la modulation de la ionosphère en cours [1].

Au début, la plupart du temps, le département soviétique de la Défense a repoussé du pied l'annonce du projet.

Le Systeme américain de d'excitation ionosphérique HAARP est similaire à l'installation de la SURA.

Le projet HAARP a commencé en 1993.

Haarp27 02
La chambre d'un émetteur à l'installation de SURA. 

Informations techniques

La gamme de fréquence de l'installation d'excitation est de 4,5 à 9,3 MHz.

L'installation se compose de trois émetteurs de radiodiffusion de 250 kW et d'une antenne dipôle-tableau croisé de 144 Kw avec des dimensions de 300 m x 300 m.

Ceci au milieu de la gamme de fréquence de (4,5 à 9,3 MHz) avec un gain maximum qui est atteint au zénith a environ 260 (~ 24 dB) , l'ERP de l'installation est de 190 MW (~ 83 dBW).


Liens

Lieu

  • De l'oblast de Nijni Novgorod Rusia

 

Esp HA1 Small


Les USA et la Russie sont supposés développer en secret des armes météorologiques

du site web English Pravda
 

Le météorologue américain Scott Stevens a récemment apporté des accusations contre la Russie

M. Stevens affirme que les spécialistes militaires russes étaient derrière la fureur de l'ouragan Katrina qui a dévasté la Nouvelle-Orléans. Selon lui, la Russie a construit des équipement secret pour provoquer un effet néfaste sur la façon dont les conditions comme de retour à l'époque soviétique.

Les médias américains ont rapidement propagé ceci dans les nouvelles. La Russie et les États-Unis ont longtemps été sujet à des rumeurs pour avoir été impliqués dans le développement d'armes météorologiques. Mais ces rumeurs semblent trop sauvages pour être à la recherche d'un grain de vérité cachée en-dessous.

Dans l'intervalle, certains hommes politiques russes disent que les expériences ont été menées et le sont toujours de chaque côté de l'océan.

Après la mort et la destruction causées par l'ouragan Katrina, les Américains ont promptement déterré l'entrevue controversée donnée par Vladimir Jirinovski, dans laquelle il a menacé de déclencher des inondations partout aux États-Unis quand «ses scientifiques changeraient légèrement le champ gravitationnel de la Terre. Personne n'a eu peur en regardant le patron ivre du Parti démocratique promettre le jour de la ruine pour les États-Unis.

Mais une fois que Katrina a frappé, et que la partie sud des États-Unis se soit noyée, les rumeurs improbables sur les armes météorologiques de la Russie sont venus à la lumière de nouveau. Les météorologues américains ne sont pas les seuls à blâmer leurs voisins pour l'utilisation de "canon à ouragan". Des rapports inégaux et non confirmées sur des expériences douteuses effectuées sur des conditions météorologiques par les États-Unis et l'Union soviétique ont agité un certain nombre de scandales politiques dans de nombreux pays du monde.

Suite à des inondations à grande échelle en Europe en 2002, certains hommes politiques européens ont mis le blâme sur les «militaires américains» en les accusant sciemment de vouloir perturber l'économie de l'Union européene.

En 2002, le Comité pour la Défense de la Douma russe a soulevé la question des effets préjudiciables sur le climat causés par des expériences impliquant une perturbation de la ionosphère de la Terre et de la magnétosphère. Les députés ont concentré leur attention sur le système HAARP qui est encore en construction en Alaska.

Il y a une installation spéciale située dans une installation militaire à quelques 400 km au nord d'Anchorage. Une vaste zone de toundra avec des milliers d'antennes de 25 mètres pointant vers le ciel. L'installation est appelée Active High Frequency Auroral Research Program (H.A.A.R.P.). Les Marines US des États-Unis patrouillent à proximité de la base. Des systèmes de défense aériens Patriot ont été installés autour de la base à la suite des attentats terroristes du 9 / 11.

L'US Navy et l'US Air Force ont conjugué leurs efforts pour la construction de l'installation.

Des sources d'informations libres indiquent que l'installation est utilisée pour provoquer une influence active de la ionosphère de la Terre et la magnétosphère.

Les résultats pourraient être fantastiques, selon les revues scientifiques.

Les revues scientifiques affirment que HAARP est capable de provoquer des aurores boréales artificielles, il peut également brouiller les stations radar ou les systèmes de détection de missiles balistiques, ainsi que de communiquer avec les sous-marins dans l'océan, ou même détecter les complexes souterrains secrets de l'ennemi.

Les émission radio sont capables de percer à travers le sol et d'examiner les cachettes et les tunnels, peuvent brûler de l'électronique ou détruire des satellites spatiaux.

L'équipement peut également avoir un impact dans l'atmosphère et provoquer ainsi des changements de météo.

HAARP serait utilisé pour causer des catastrophes naturelles semblables aux ouragans Katrina et Rita.

Il y a trois ans les députés de la Douma ont tenu une vive discussion sur les questions liées à HAARP.

Ils ont même rédigé un appel au Président Poutine et à l'ONU. Ils ont exigé de mettre en place une commission internationale d'enquête sur les expériences menées en Alaska.

S'adressant à la Nezavissimaïa Gazeta, Valery Stasenko, le spécialiste de l'influence active sur l'atmosphère du Service fédéral d'hydrométéorologie et de surveillance de l'environnement a déclaré que HAARP est une "grave question".


« Ce n'est pas pour rien que le terme « Météorologie spatiale » est devenu très populaire ces derniers temps. Le terme est synonyme de corrélation entre la magnétosphère, l'activité solaire et les perturbations ionosphériques et les développements dans l'atmosphère. Les perturbations dans la magnétosphère et la ionosphère peuvent vraiment avoir un impact sur le climat. En utilisant un équipement puissant pour provoquer délibérément des perturbations, on peut avoir un impact aussi sur les conditions météorologiques, même à l'échelle mondiale. Je crois que les députés ont eu raison de soulever enfin la question concernant les expériences aux États-Unis », a déclaré M. Stasenko.

Les hommes politiques russes aiment éperdument débattre des plans impérialistes américains et de leurs militaires assoiffés de sang, causant des catastrophes causées par l'homme et ses inondations.

Ils ne sont sans doute absolument pas au courant que la Russie a depuis longtemps construit sa propre installation semblable à HAARP...


Sura

L'installation de SURA est aussi puissante que HAARP.

Elle est située dans la zone centrale de la Russie, dans un lieu éloigné et désolé, à environ 150 km de la ville de Nijni Novgorod.

L'un des principaux instituts de recherche scientifique de l'URSS, l'Institut de recherche des études radiophysique, est propriétaire de l'installation.

«Il n'y a que trois installations de ce genre dans le monde, une est en Alaska, HAARP lui-même, une en Norvège, et une autre en Russie», a déclaré Nikolaï Snegirev, directeur de l'institut ci-dessus.

L'installation a été commandée en 1981.

«Grâce à cette installation unique, les chercheurs ont atteint des résultats extrêmement intéressants concernant le comportement de la ionosphère.
»

Ils ont découvert l'effet de la génération de fréquence à faible émission pendant la modulation de la ionosphère en cours.

Au début, la plupart du temps, le Département soviétique de la défense a repoussé du pied l'annonce de ces recherches. Hélas, depuis aucune recherche comme celle-ci n'a été effectuée sur l'installation depuis l'effondrement de l'Union soviétique.

De nos jours, nous sommes impliqués dans les projets internationaux de recherche de la ionosphère, a déclaré M. Snegirev.

SURA semble tout à fait chevronné mais un peu rouillé.

Mais contre toute attente, il fonctionne toujours !

Il y a des lignes droites d'antennes de 20 mètres debout sur une superficie de 9 hectares. Un émetteur géant se trouve dans le centre du champ, l'émetteur est utilisé pour étudier l'évolution acoustiques dans l'atmosphère.

Les chercheurs de SURA ne peuvent pas encore éviter les ouragans semblables à Katrina et Rita.

Au moins, ils disent qu'ils ne peuvent pas. Cependant, ils effectuent des recherches (sur une échelle plus petite que dans les États-Unis) d'interrelation entre les catastrophes naturelles et les perturbations dans l'ionosphère et la magnétosphère.

"Il est possible d'impacter la météorologie."

Cependant, ni les Russes ni les Américains ne sont capables pour le moment de créer quelque chose comme les ouragans Katrina ou Rita. La capacité des installations est trop faible.

Les Américains vont cependant passer HAARP dans sa capacité nominale. Pourtant, cela ne sera pas encore suffisant pour provoquer des catastrophes naturelles de manière efficace, a déclaré Iouri Tokarev, chef du département des relations solaires et terrestres de l'Institut de recherche des études radiophysiques.

Les technologies des instituts de recherche secrets, qui devaient être classées et inaccessibles, deviennent disponibles pour les chercheurs non-militaires.

L'un des appareils a été testé récemment grâce au soutien de l'Académie russe des sciences naturelles.

«Nous avons produit beaucoup de résultats intéressants pendant le premier essai du générateur ionique», a déclaré l'académicien Mikhaïl Shahramanyan.


«Un flux d'ions oxygène a monté et pourrait soit aboutir à une rupture locale des nuages ou à faire ressortir un ciel couvert, en fonction du mode de travail de l'appareil.»

Nous avons réussi à former un ciel couvert de cumulonimbus sur Erevan en avril 2004.

Nous avons utilisé deux appareils de type GIONK lorsque le ciel était clair.

Selon les protocoles vérifiés par des observateurs indépendants, entre les 15 avril et 16 avril, les précipitations qui ont atteint Erevan étaient dans les 25 mm à 27 mm, a déclaré l'académicien Shahramanyan.

 
Forme expérimentale de Transmission 9 MHz Vasil'sursk en Russie


à l'engin spatial de la NASA WIND
Par
CGM van 'Klooster van - Division de l'électromagnétisme, l'ESTEC
Yu. Belov et Yu. Tokarev - NIRFI Tokarev - NIRFI
B. Bougeret Jl et B. Manning - Observatoire de Meudon

M. Kaiser - NASA GSFC-
Les enquêteurs :
NIRFI (Rus), ESA-ESTEC, Observatoire de Meudon (F), la NASA GSFC-(USA)

Préparation pour le vol avenir. 5 No. 4 5,
Publié en décembre 1995

Publications Site Web ESA

Introduction

Il y a plusieurs radiotélescopes adaptés à l'observation des fréquences inférieures à 100 MHz, situés à différents endroits dans le monde entier, y compris en Australie, USA, Canada, Europe et en Inde.

Les mesures de radio-astronomie sont limitées par la ionosphère et par le bruit que fait l'homme au détriment des observations à des fréquences inférieures, généralement ceux en-dessous de 10 MHz.

Le relativement haut niveau de bruit radio émis par la Terre aux basses fréquences, a été observé il y a des décennies par des engins spatiaux tels que le RAE-2 lancé par les États-Unis *. (* Kassim, N., Weiler, K., Low Frequency Astrophysique de l'espace, Lecture Notes in Physics, 362 Springer-Verlag, 1990.)

Dans le cadre d'un programme lunaire candidat, l'ESA a lancé une étude de la faisabilité de la localisation d'un télescope radio sur la Lune. L'avantage d'une localisation lunaire est l'absence d'effets de la ionosphère et du bruit radio terrestre. (Kassim, N., Weiler, K., basse Frequence Astrophysique de l'espace, Lecture Notes in Physics, 362 Springer-Verlag, 1990.)

Cet article est un rapport préliminaires des travaux expérimentaux effectués à l'aide de l'installation à Vasil'sursk (Russie), initialement destinés à la recherche sur l'excitation de la ionosphère par la transmissions radio à haut pouvoir.

Il peut fonctionner à des fréquences inférieures à 10 MHz ou dans un mode de transmission-réception (radar) ainsi que dans un seule mode de réception.

Lors d'une réunion de l'équipe scientifique concernée par l'étude radiotélescope mentionnée ci-dessus, il a été suggéré de transmettre des signaux provenant de l'installation de Vasil'sursk et d'essayer de recevoir celle-ci avec le satellite WIND, qui avait été lancé par l'administration aéronautique spatiale nationale des Etats-Unis

L'objectif était d'en apprendre davantage sur l'effet par lequel le chemin de propagation passe, et les caractéristiques des éléments matériels impliqués dans la liaison (à la fois sur Terre et dans l'espace).

WIND a été lancé le 1er novembre 1994.

Wind

Il se déplace actuellement en orbite terrestre à proximité du plan de l'écliptique, son apogée pointant vers le Soleil.

Le satellite tourne à environ 20 tr/min.

Pour l'expérience des vagues, il emporte un récepteur sensible qui balaye le spectre des fréquences radio entre 1,075 et 13,825 MHz en utilisant 256 canaux à 20 kHz avec 50 kHz de séparation.


Ceci en prenant une série d'échantillons dipôles longs du champ électrique de ces fréquences le long de chacun des trois axes cartésiens.

(Vagues : La radio et d'enquête onde de plasma de l'engin spatial Wind, les commentaires des sciences spatiales, 71, pp 231-263, Kluwer 1995)

 

Le laboratoire a été fondé en 1965 à Vasil'sursk situé à 56N07 latitude, longitude 46E00, à environ 140 km à l'est de Nijni Novgorod.

L'installation de basse fréquence a un réseau d'antennes, comprenant trois sections.

La figure 1 montre le système de 12 par 12 d'éléments dipôles croisés, qui couvre une superficie de 300 mètres par 300 mètres.

Sura Alim2

Chacune des trois sections a un ensemble de 4 à 12 éléments, et chaque section peut être pointée de manière indépendante.

Les poutres peuvent être orientées manuellement ou électriquement, par étapes de trois degrés, à des angles compris entre 12 et 85 degrés.

Sura Alim1

Chaque section dispose d'ouverture de 300 m et son diagramme de rayonnement se rapproche d'une forme de : sin (x) / x.

   Sura Alim4   

Les émissions de signaux sont polarisés circulairement.

Vasil Panorama

Figure 1.

Le système d'antenne de transmission à Vasil'sursk    

Un émetteur distinct de 250 kW est relié à chacune des trois sections d'antenne.

Les fréquences d'émission sont stables à une partie en 10 (exp 7).

L'amplitude ou la modulation de phase (ou les deux ensembles) sont disponibles, et la synchronisation externe est possible.

Les émissions peuvent être continues ou sur base d'une émission pulsée plus courte dont le pouls est de 50 millisecondes.

La gamme de fréquence de fonctionnement est 4.6 à 9.3 MHz.

Le tableau 1 et tableau 2 donnent les paramètres d'une section d'antenne dont le faisceau pointe à un angle zénithal de 34 degrés (la position du Soleil en juillet) et la transmission est de 250 kW.

TABLEAU 1
------- -------

Temps de faisceau à mi-puissance calculé avec le Soleil
--------- ------------------ --------------- --------- ------------------ ---------------
9.05 MHz 6.3 by 22.8 deg. 9,05 MHz 6,3 de 22,8 degrés. 18.5 minutes 18.5 minutes
9.31 MHz 6.1 by 22.1 deg. 9,31 MHz 6,1 par 22,1 degrés. 18.0 minutes 18.0 minutes

TABLEAU 2
------- -------

Mesure de la fréquence-Gain Eff. area Eff. zone Eff. rayonnée
                 En utilisant la puissance de la Lune
---------- ------------ --------- ------------- ---------- ------------ --------- -------------
9.05 MHz 77 (±10%) 6700 sq m 19.2 MW (±1dB) 9,05 MHz 77 (± 10%) 6700 m² 19,2 MW (± 1 dB)
9.31 MHz 77 (±10%) 6400 sq m 19.2 MW (±1dB) 9,31 MHz 77 (± 10%) 6400 m² 19,2 MW (± 1 dB)


Haarp27 04
Figure 2.
Enregistrement du signal de 9,125 MHz reçus dans le spin-plan du satellite WIND 

 

Texte Russe

Traduction par Alain Lecoq-Stepanov : Le domaine de la physique de l'espace cosmique, de l'atmosphère, de l'écorce terrestre et de la diffusion des ondes radio est basé sur l'utilisation de l'ensemble radio polyvalent СУРА (SURA), installation expérimentale unique dans la Fédération de Russie.

Le projet ЦКП СУРА (CKP SURA) est dirigé par l'Institut de Recherche Radiophysique (НИРФИ) avec une large coopération des savants de l'école supérieure et des instituts de l'Académie des Sciences de la Russie. Les études scientifiques sur la base ЦКП СУРА (CKP SURA) seront réalisées en commun avec les savants de Nijni-Novgorod, Moscou, Kazan et Ioushar-Oli.


A propos de de la ionosphère

L'atténuation ionosphérique croisée des ondes radio est principalement causée par la réfraction à grande échelle des gradients de la ionosphère, par l'absorption ionosphérique et par la diffusion due au hasard d'irrégularités de petites échelles dans la concentration d'électrons. La scintillation ionosphérique module le signal. En présence de rayonnement cosmique de fond élevé, une haute puissance effective est nécessaire pour établir un lien avec le satellite WIND, dont des antennes de réception sont à faible gain. L'utilisation d'une telle puissance élevée peut entraîner des instabilités induites dans l'ionosphère et donc une diffusion ultérieure de ces instabilités.

Plusieurs effets ont été prévus lors de l'utilisation d'un signal de 9 MHz. Des rayons réfractés par une ionosphère sphériques subiraient une sortie d'angle qui diminurait par rapport à la direction de transmission prise en charge par l'antenne.

Avec une fréquence critique de 5 MHz, et les capacités de balayage du faisceau, la variation de l'angle peut être aussi élevée que 10 à 15 degrés.


Sura Alim3

La présence du champ magnétique de la Terre complique les calculs et les signal circulairement polarisés qui doivent être vers le nord (à l'égard de la direction du champ magnétique) ou vers le sud, si la polarisation circulaire a été dans le sens opposé.

Les irrégularités de grandes échelle telles que les déplacements des perturbations ionosphériques, contribueraient à des diffractions irrégulières, estimées à environ 2 degrés.

L'absorption ionosphérique a été estimée à environ 2 à 3 dB à un angle zénithal de zéro pendant la journée. Des irrégularités à petite échelle causeraient des effets de scintillation typique de l'ordre de 1 minute de durée et un indice de scintillation d'un maximum de 0,5 0,7 pour les angles à 40 degrés par rapport au zénith.


Les résultats préliminaires

Un programme de transmissions de Vasil'sursk a été mené pendant plusieurs heures, chaque jour du 9 au 13 août 1995. Pendant ce temps, WIND était proche de son apogée, à environ 500 000 km de la Terre. Chaque section d'émetteur émet une fréquence différente : 9,025, 9,075 et 9,125 MHz.

Chaque section d 'antenne a été défini dans une direction légèrement différente, espacée d'environ 12 degrés sur le plan Nord-Sud, avec la troisième section la plus proche pointant vers WIND.

Cela a été fait pour surmonter les effets de réfraction qui ont été mentionnés précédemment et qui sont difficiles à quantifier. Les signaux transmis étaient polarisés circulairement.

Les fréquences des trois signaux transmis ont été détectés à bord de Wind, par ses trois antennes dipôles polarisées linéairement.

Les récepteurs sont reliés à deux antennes-S placées dans le plan de rotation de l'engin spatial et une antenne-Z perpendiculaire au plan de rotation

Les signaux reçus par les deux antennes peuvent être mesurés séparément ou peuvent être résumés, avec ou sans l'introduction d'un degré de déphasage de 90, pour permettre l'enquête de direction et des mesures de polarisation.

Les données mesurées sont encore à l'étude, mais les premiers résultats, pour les 9 et 11 août, peuvent être montrés.

Les amplitudes de signal qui sont relatives (et non absolues), donnent déjà des résultats intéressants.

La figure 2 montre des signaux de 9,125 MHz enregistrés par le récepteur-S, dans lequel il n'y a pas d'indication claire d'un motif régulier.

La figure 3 montre un enregistrement pris deux jours plus tard à une fréquence de 9,125 MHz.

La courbe supérieure représente la sortie du récepteur-S et la seconde courbe de la sortie de l'antenne-Z seule.

Les (relativement) bien élevés niveaux de réponse, indiquent clairement les motifs sin (x) / de l'antenne à Vasil'sursk, ce qui n'a pas été observé au cours des autres jours de l'expérience.

          Haarp27 05       

Figure 3. 
  


Les enregistrements des signaux dans le plan de, et parallèle à l'axe de rotation, et le ratio de ces deux.  Les courbes montrent les données obtenues.

La séquence de données commence à 05: 07 hrs.

L'angle entre la direction de pointage du faisceau et le chemin vers le satellite dans le plan azimutal peut être calculé ; par un incrément de temps correspond à 0,0672 degrés.

Le temps total de diffusion de deux heures est équivalent à un changement d'angle de 30 degrés.

Une grossière indication préliminaire de l'état de polarisation peut être obtenue en comparant les réponses de  «S» et «Z», ce qui est donné dans la courbe inférieure de la figure 3.

Il montre une réponse périodique, peut-être liée à l'échantillonnage en combinaison avec le fait que le vaisseau spatial est en rotation.

Conclusions

Les signaux transmis par l'installation de Vasil'sursk en Russie ont été reçues par le vaisseau spatial WIND.

Pendant seulement un jour on a pu observer (le relatif) diagramme directif de la masse de l'antenne.

En d'autres jours, les influences ionosphériques empêchent cela.

La poursuite des travaux est clairement nécessaire pour acquérir une meilleure compréhension des données et du comportement du moyen le long du chemin de la propagation.

 

à partir du site Web de Wikipedia

Source : Bibliotecapleyades.net, Blog Jean Pierre Petit

Information complémentaire :

 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Dossiers Arrow SURA, le HAARP russe...