1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Puisque au 20 h de France 2, on vous balade et on vous parle des cybers défenses de la France, parlons de ce qui fâche et de cette variante du ver a priori israélien Stuxnet qui attaque la Chine. Sur les 19 centrales nucléaires françaises seule Flamanville semble avoir des centres de contrôles Siemens. Mais comment peut-on laisser tourner des usines sous Windows, cible de 90 % des hackers? ... Linux est gratuit ...

Stuxnet arrive en Chine et ne laisse personne indifférent avec plus de 6 millions de PC infectés et 1000 entreprises qui ont été touchées. Le malware continu de se répandre dans le monde infectant les industries qui utilisent les systèmes de la marque Siemens afin de saboter leurs installations. Aucun problème majeur n’a été reporté par les autorités chinoises et plusieurs se demandent si la France est en danger.

La France ne risque rien

En effet, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a déclaré que seul le réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville dans la Manche utilise des logiciels de contrôle commande Siemens. Toutefois, contrairement à la centrale iranienne, il fonctionne avec une technologie plus ancienne et différente, qui n’est pas visée par Stuxnet


Source :
Logiciel.net

Le Figaro : Iran : un virus informatique aux références bibliques
AFP:
Le virus informatique Stuxnet assorti d'indices impliquant Israël
CRI :
Le ver Stuxnet n'a pas infecté les ordinateurs de la centrale nucléaire de Bouchehr (ministère iranien)

Vous êtes ici : Accueil Arrow Informatique Arrow Sécurité Arrow Après l'Iran, une variante du virus Stuxnet attaque la Chine