Revue De Presse 02 12 2015
Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce dimanche 21 janvier 2018 (Maj)

 Bonjour à toutes et à tous, ce matin Spartou est allé partager la galette de l'amitié, mais il m'avait envoyé avant sa partie de la Revue de presse....

Sondage BFMTV - Notre-Dame-des-Landes : 3 Français sur 4 approuvent la décision du gouvernement
Sondage BFMTV - Notre-Dame-des-Landes : 3 Français sur 4 approuvent la décision du gouvernement

Personnellement, j'approuve la décision du gouvernement, et concernant les pénalités dues à Vinci, je pense qu'ils seront compréhensifs, s'ils veulent...

22 millions de Yéménites ont besoin d'aide...
22 millions de Yéménites ont besoin d'aide...

Cela représente 76 % de la population. D'après les chiffres de l'ONU, le risque de famine est en hausse, il concerne 8,4 millions de personnes. Plus...

Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce jeudi 18 janvier 2018 (Maj)
Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce jeudi 18 janvier 2018 (Maj)

 Bonjour à toutes et à tous, nous sommes le jeudi 18 janvier 2018 et voici les nouvelles du jour. En complément, la Defcon Room (toute relookée) se tient...

PSA : la suppression de 1300 postes validée par une majorité des syndicats
PSA : la suppression de 1300 postes validée par une majorité des syndicats

- LIONEL BONAVENTURE / AFP Le projet de rupture conventionnelle collective proposé par la direction du groupe automobile PSA a reçu ce jeudi 18 janvier l'aval de la...

Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce vendredi 19 janvier 2018
Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce vendredi 19 janvier 2018

 Bonjour chèr(e)s ami(e)s, j'espère que vous allez bien. Nous sommes le vendredi 19 janvier et c'est enfin la fin de semaine... Ce matin, une actualité assez...

Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce mercredi 17 janvier 2018
Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce mercredi 17 janvier 2018

 Bonjour chèr(e)s ami(e)s, désolé pour cette Revue de presse tardive, mais je ne sais même pas si cet exercice matinal sert à quelque chose... Aussi, je vous...

La Grande-Bretagne nous paie pour que nous gérions, sur notre territoire, son immigration
La Grande-Bretagne nous paie pour que nous gérions, sur notre territoire, son immigration

Pour le juriste Olivier Cahn, les accords du Touquet signés en 2002 sont fondamentalement déséquilibrés.   Des policiers français encadrant...

  • Revue De Presse 02 12 2015 Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce...

    dimanche 21 janvier 2018 08:20
  • Sondage BFMTV - Notre-Dame-des-Landes : 3 Français sur 4 approuvent la décision du gouvernement Sondage BFMTV - Notre-Dame-des-Landes : 3 Français sur 4 approuvent la décision du...

    jeudi 18 janvier 2018 10:39
  • 22 millions de Yéménites ont besoin d'aide... 22 millions de Yéménites ont besoin d'aide...

    mercredi 17 janvier 2018 17:56
  • Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce jeudi 18 janvier 2018 (Maj) Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce jeudi...

    jeudi 18 janvier 2018 08:14
  • PSA : la suppression de 1300 postes validée par une majorité des syndicats PSA : la suppression de 1300 postes validée par une majorité des syndicats

    vendredi 19 janvier 2018 06:36
  • Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce vendredi 19 janvier 2018 Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce...

    vendredi 19 janvier 2018 06:05
  • Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce mercredi 17 janvier 2018 Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce...

    mercredi 17 janvier 2018 09:11
  • La Grande-Bretagne nous paie pour que nous gérions, sur notre territoire, son immigration La Grande-Bretagne nous paie pour que nous gérions, sur notre territoire, son immigration

    jeudi 18 janvier 2018 16:01
4 1 1 1 1 1 Rating 4.00 (4 Votes)

HomelandSecuritySS

Un nouveau  pas est franchi dans la montée du fascisme aux Etats-Unis qui implémente un « Kill Swicht » ou un bouton d’urgence pour arrêter tout ou partie de l’Internet. Mais comme si cela ne suffisait pas, ils ont promu le United States Department of Homeland Security à la tête de toute la cybersécurité du territoire. Le département de la sécurité intérieur fiers, patriote américain, a mis en place les scanners de la pensée, et implanté les drones Prédator au dessus du Texas...

Un nouveau projet de loi du Sénat américain donnerait au président des pouvoirs d'urgence de grande envergure pour prendre le contrôle ou même arrêter des parties de l'Internet.

La législation en cours,  qui a été annoncée jeudi, affirme que les entreprises comme les fournisseurs de large bande, les moteurs de recherche, ou des entreprises de logiciels que le gouvernement sélectionne "doivent immédiatement se conformer à toute mesure d'urgence ou d'action élaborée par le Département de Homeland Security. Quiconque ne respecte pas le présent ordre serait condamné à une amende".

Joe Lieberman, le commanditaire principal de la mesure et le président du comité de sécurité intérieure, ont déclaré aux journalistes jeudi : Cette autorité d'urgence permettrait au gouvernement fédéral "de préserver les réseaux et les actifs de notre pays et de protéger notre peuple". Lieberman est un sénateur indépendant du Connecticut qui représente les démocrates.

Parce qu'il y a peu de limites à la puissance de l'arrêt d'urgence du président, qui peut être renouvelé indéfiniment, et vu la forte densité de pages rédigées du projet de loi 197 ( PDF ) il est susceptible de rencontrer une vive opposition.

TechAmerica, probablement le plus grand groupe américain de lobby de technologie, a déclaré qu'il était préoccupé par les "conséquences non intentionnelles qui pourraient résulter de l'approche réglementaire de la législation" et "le potentiel pouvoir absolu."

Et le Centre pour la démocratie et la technologie du public craint que les pouvoirs d'arrêt d'urgence du projet de loi Lieberman "comprennent le pouvoir d'arrêter ou de limiter le trafic Internet sur les systèmes privés".

L'idée d'un "coupe-circuit d'Internet" que le président pourrait activer n'est pas nouveau. Un projet de proposition du Sénat que CNET a obtenu en août a permis à la Maison Blanche de "déclarer une situation d'urgence sur la cybersécurité". En d'autres termes Jay Rockefeller (DW.V.) et Olympia Snowe (R-Maine) auraient explicitement donné au gouvernement le pouvoir et "l'ordre de la déconnexion" de certains réseaux ou des sites Web.

Le jeudi, les deux sénateurs on salué le projet de loi de M. Lieberman, dont l'appellation officielle est de protéger le cyberespace comme une Loi nationale sur l'actif, ou PCNAA.

Rockefeller a déclaré : "Je félicite" les rédacteurs de la PCNAA. Collins est allé plus loin, jusqu'à la signature d'un co-sponsor et de dire lors d'une conférence de presse que "nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre un cyber 9/11 avant que notre gouvernement réalise l'importance de protéger nos ressources informatiques."

Sous une loi PCNAA, le pouvoir du gouvernement fédéral peut forcer les entreprises privées à se conformer aux décrets d'urgence qui deviendraient exceptionnellement larges. Toute entreprise sur une liste établie par la sécurité intérieure, qui également "repose sur" l'Internet, ou le réseau téléphonique, ou tout autre élément des Etats-Unis appartenant a une "infrastructure d'information" seraient soumis au commandement d'un nouveau centre national pour la cybersécurité et les communications (CNCE) qui serait créé à l'intérieur de Homeland Security.

La seule limitation évidente sur le pouvoir d'urgence de la CNCE est un paragraphe dans le projet de loi Lieberman, qui semble avoir grandi sous l'ère Bush sur l'écoute électronique sans mandat.

Cette limitation explique que la NCCC ne peut pas ordonner aux fournisseurs de large bande ou d'autres sociétés de "procéder à la surveillance" des Américains, à moins qu'elle ne soit par ailleurs légalement autorisée.

Lieberman a déclaré jeudi que l'adoption de son projet de loi devait être une priorité absolue au Congrès. Pour l'ensemble de son "allure conviviale, l'Internet peut aussi être un endroit dangereux avec des pipelines électroniques qui s'exécutent directement partout, de nos comptes bancaires personnels aux infrastructures clés comme le gouvernement et les secrets industriels", a-il dit.

"Notre sécurité économique, sécurité nationale et la sécurité publique sont maintenant tous à risque face à de nouveaux types d'ennemis - cyberguerriers, cyberespions, cyberterroristes et cybercriminels."

Une bureaucratie nouvelle de cybersécurité

Lieberman propose de former une vaste, nouvelle, et puissante bureaucratie avec Homeland Security autour de la CNCE, comprenant "non" moins que deux directeurs adjoints, les officiers de liaison au ministère de la Défense, ministère de la Justice, le département du Commerce, et le directeur du renseignement national. (Combien de fonctions ?, le Directeur du NCCC ferait double emploi avec celles du secrétaire adjoint existant de protection des infrastructures, ce n'est pas clair.)


Le système Homeland Security de lecture de la pensée

La CNCE se verrait également accorder le pouvoir de surveiller le statut de «sécurité» des sites Web privés du secteur, les fournisseurs de large bande, et les autre composants Internet.
 
La législation de Lieberman exige que le NCCC fournisse "la situation et l'état de la sécurité" des parties de l'Internet qui sont à l'intérieur des États-Unis - et les parties dans d'autres pays, qui en cas d'arrêt, pourraient causer des dommages significatifs.

Certaines entreprises privées seraient tenues de participer au partage de l'information "avec le gouvernement fédéral".

Ils doivent "certifier par écrit au directeur" de la CNCC si elles ont "développé et mis en œuvre"  des mesures approuvées de sécurité par le gouvernement fédéral, ce qui pourrait être quelque chose comme du cryptage pour les mécanismes de sécurité physiques, ou des techniques de programmation qui ont été "approuvées par le directeur."

Le directeur NCCC peut "rendre une ordonnance" en cas de non-conformité.

La perspective d'une bureaucratie nouvelle de cybersécurité, au vaste pouvoir pouvant commander le secteur privé, inquiète certains défenseurs de la vie privée.

"C'est un plan pour une réaction auto-immunitaire", explique Jim Harper, directeur d'études à l'information libertaire Cato Institute.

"Quand quelque chose va mal, le gouvernement va s'attaquer à nos infrastructures et rendre la société plus faible."

Pour adoucir l'affaire pour les groupes de l'industrie, Lieberman a inclus une offre irrésistible absente dans les versions précédentes : l'immunité contre les poursuites civiles.

Si l'erreur de programmation d'une entreprise de logiciels coûte à ses clients des milliards de dollars, ou si un prestataire de services à large bande coupe volontairement ses clients en réponse à une commande du gouvernement fédéral, il ne serait pas déclaré responsable.

S'il y a un incident "lié à une cybervulnérabilité" après que le président ait déclaré une urgence, et que l'entreprise concernée ait suivi les normes fédérales, les avocat des plaignants ne pourront pas percevoir une indemnité pour préjudice économique.

Et si le dommage est causé par une ordonnance d'urgence du gouvernement fédéral, non seulement la possibilité de dommages va quasiment disparaître, mais le Trésor américain va même prendre la défense de la société privée.

Un autre édulcorant : un nouveau bureau de la Maison Blanche serait chargé de forcer les organismes fédéraux à prendre plus au sérieux la cybersécurité, et le pouvoir de mettre en péril leur budget, si elles ne respectent pas.

L'effet probable serait d'accroître la demande des organismes gouvernementaux pour les produits de sécurité.

Tom Gann, vice-président de McAfee pour les relations avec le gouvernement, a cessé de critiquer le projet de loi Lieberman, le qualifiant de très important "morceau de la législation."

McAfee met à l'écoute "un certain nombre de dispositions du projet de loi qui pourraient utiliser le travail», a déclaré Gann, et "nous avons certainement mis un peu l'accent sur les dispositions d'urgence."

Source : Huffington Post

Traduction : Folamour

Vous êtes ici : Accueil Actualités Internationales Arrow Actualités internationales Arrow Les sénateurs américains proposent l'octroi d'un bouton d'arrêt d'urgence d'Internet au président