Droits Voisins 23 07 2019
Droit voisin des éditeurs : dernier round parlementaire, les panoramas de presse pris pour cible (Nextinpact)

Sous l'impulsion de l'Union européenne avec la Directive Copyright, la France est la première nation a la transcrire localement avec la directive droit voisin, et c'est donc la fin de l'internet Français, tel que nous le connaissons, les petits sites et...

Vente à la découpe de Conforama : un pactole de 87 millions d’euros pour les créanciers (Le Parisien)
Vente à la découpe de Conforama : un pactole de 87 millions d’euros pour les créanciers (Le Parisien)

 **LOI TRAVAIL** :... Vente à la découpe de Conforama : un pactole de 87 millions d’euros pour les créanciers et plan social au low cost 1... Voilà les effets des lois travail dans l'indifférence générale et la complaisance des...

YouTube, Netflix, sites porno : via leurs vidéos en ligne, ils sont une catastrophe pour le climat (La Dépèche)
YouTube, Netflix, sites porno : via leurs vidéos en ligne, ils sont une catastrophe pour le climat (La Dépèche)

Notre Hébergeur Infomaniak, a lui un centre de donnée écologique En 2018, les vidéos en ligne ont généré 300 millions de tonnes de CO2 soit l'équivalent d'1% des émissions mondiales de gaz à effet de...

L'Europe fait face à une « épidémie de syphilis imminente » alors que les applications de mises en relations deviennent virales (Zerohedge)
L'Europe fait face à une « épidémie de syphilis imminente » alors que les applications de mises en relations deviennent virales (Zerohedge)

Soyez prévenus... L'essor des applications de recherche de partenaires sexuels et la baisse des taux de VIH dans les pays développés ont entraîné la réapparition d'une MST qui était, jusqu'à récemment, limitée...

« Les banques centrales sont tenues par les marchés ! » Olivier Delamarche (Grand Angle)
« Les banques centrales sont tenues par les marchés ! » Olivier Delamarche (Grand Angle)

Vous avez vu, le Père Duten parlait dimanche de cette période de mensonges permanents, qui annoncent la fin des temps. Aussi, elles ne sont pas franchement rassurantes, mais notre boulot c'est de vous donner des perspectives. Et si vous ne savez pas quoi faire,  achetez...

Les acheteurs de voitures neuves ont en moyenne 56 ans en France (BFMTV)
Les acheteurs de voitures neuves ont en moyenne 56 ans en France (BFMTV)

REPRISE :... La preuve de la ruine française par la consommation : Les acheteurs de voitures neuves ont en moyenne 56 ans en France Contributeur anonyme L’âge moyen d’un acheteur de voiture neuve est de 56 ans, cette année. Selon la marque choisie,...

  • Droits Voisins 23 07 2019 Droit voisin des éditeurs : dernier round parlementaire, les panoramas de presse pris...

    mardi 23 juillet 2019 04:59
  • Vente à la découpe de Conforama : un pactole de 87 millions d’euros pour les créanciers (Le Parisien) Vente à la découpe de Conforama : un pactole de 87 millions d’euros pour les créanciers...

    mardi 23 juillet 2019 03:34
  • YouTube, Netflix, sites porno : via leurs vidéos en ligne, ils sont une catastrophe pour le climat (La Dépèche) YouTube, Netflix, sites porno : via leurs vidéos en ligne, ils sont une catastrophe pour...

    lundi 22 juillet 2019 17:26
  • L'Europe fait face à une « épidémie de syphilis imminente » alors que les applications de mises en relations deviennent virales (Zerohedge) L'Europe fait face à une « épidémie de syphilis imminente » alors que les applications...

    lundi 22 juillet 2019 15:30
  • « Les banques centrales sont tenues par les marchés ! » Olivier Delamarche (Grand Angle) « Les banques centrales sont tenues par les marchés ! » Olivier Delamarche (Grand Angle)

    lundi 22 juillet 2019 08:02
  • Les acheteurs de voitures neuves ont en moyenne 56 ans en France (BFMTV) Les acheteurs de voitures neuves ont en moyenne 56 ans en France (BFMTV)

    lundi 22 juillet 2019 06:43
5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Vous êtes à l'écoute sur l'île d'Ascension ? Eh bien faites chauffer les B2 ! Car écoutez BIEN : pour ceux et celles qui débarquent, c'est hélas un fait historique, et ce n'est pas nouveau.... Mais il me semble que dans mes pseudo commentaires à 2 cents perdus dans le vide intersidéral d'INTERNET, ma réaction a été assez explicite, et apparemment je ne suis pas le SEUL à le penser !....  

« Garde tes amis près de toi et tes ennemis plus près encore. (le Parrain). »

Jean-Claude Brialy

 

Dskny

La majorité croit que tout est clair quand la télévision a montré une image, et l’a commentée de quelques mensonges. Une population plus restreinte se contente de savoir que presque tout est obscur, ambivalent, « monté » en fonction de codes qui lui échappe. Une minorité, qui voudrait savoir le vrai, très malaisé à distinguer clairement, se demande invariablement, pour chaque cas singulier : « A qui profite le crime ? »

Nous expliquions il y a deux mois dans cette même rubrique (1), comment Bill Gross, gestionnaire du plus important fonds d’investissement au monde, Pimco, avait décidé de se débarrasser de tous ses bons du Trésors, car il prévoyait que les cours des obligations d’État US allaient s’effondrer avant l’été, et que cela entraînerait une contraction de l’économie qui ne manquera pas d’amener le pays à l’éclatement monétaire par l’hyperinflation, à la récession et au chômage de masse. En clair, la banqueroute des États-Unis.

Cette information, relatée discrètement dans la presse économique, a été reprise dans Le Figaro du 16 mai dernier, sous le titre « Les Etats-Unis à trois mois de la faillite ». L’article va plus loin et explique comment la situation économique des Etats-Unis est sans issue, puisque sa « dette devrait toucher son plafond ce lundi – déjà relevé en janvier dernier – fixé à 14.294 milliards de dollars, et à partir duquel les États-Unis ne pourront plus emprunter. »

« Autrement dit, les États-Unis sont au bord de la faillite », indique le quotidien, avant de poursuivre, en citant Aaron Kohli, spécialiste des bons du Trésor chez Nomura Securities, que ce serait «l’équivalent financier d’une bombe nucléaire». Le cataclysme mondial serait tel que les gens n’y croient pas. «Ils doivent trouver une solution, ils ne peuvent pas laisser la planète finance exploser», se rassure un autre analyste, interrogé par Le Figaro.

La solution : plomber l’euro

Myret Zaki, rédactrice en chef adjointe de la revue économique suisse Bilan, explique dans son dernier livre, « La fin du dollar »(2), qu’un krach du billet vert est inévitable. Selon elle, la plus grande économie du monde n’est plus qu’une vaste illusion car « pour produire 1 dollar de richesse, elle a besoin de 6 dollars de dette. »

Pour cette analyste, il ne fait aucun doute que la solvabilité américaine dépend du discrédit de l’euro, car seule une crise de confiance dans la monnaie unique européenne permettrait aux Etats-Unis d’écouler aisément leurs futures émissions de bons du Trésors.

Manœuvres de déstabilisation

Le site Mecanopolis confirme cette analyse dans un article publié le 24 avril dernier (3) qui prophétise que « d’une manière ou d’un autre, les attaques spéculatives contre la dette souveraine des pays de la zone euro vont se poursuivre, et même s’intensifier ces prochains mois, puisque l’économie américaine est maintenant moribonde. La vraie question est de savoir quelle forme peut prendre cette guerre du dollar contre l’euro, ou plus exactement jusqu’où les Etats-Unis sont capables d’aller dans leurs manœuvres de déstabilisation. »

Et le même site de démontrer que les USA n’en sont pas à leur coup d’essai, puisque « début 2010, l’euro s’est retrouvé la cible d’attaques très directes. Celles-ci n’étaient plus seulement verbales, comme elles l’avaient été depuis son premier jour d’existence, mais spéculatives. Les principaux hedge funds anglo-saxons(4) ont décidé, lors d’un dîner organisé le 8 février 2010 à New York, de parier de manière concertée sur la baisse de l’euro et la détérioration de la dette européenne. Il était admis qu’une fois la crise grecque déclenchée l’effet domino constituerait un coup gagnant, un véritable strike contre l’euro. »

Les conséquences de l’affaire DSK

L’arrestation de Dominique Strauss-Kahn vise en premier lieu à discréditer le FMI, et par extension à amplifier la crise de l’euro. Les conséquences vont être directes et importantes, notamment pour la Grèce.

Les hedge-funds anglo-saxons ne vont pas se priver de l’occasion qui leur est offerte sur un plateau pour redoubler leurs spéculations sur les emprunts d’État de la Grèce, car le FMI apparaît aux yeux des “marchés” comme la garantie de bonne fin du plan de sauvetage mis en place l’année dernière. La voix du FMI, c’est son directeur général. À tort ou à raison, l’effacement de DSK va rendre le FMI inaudible et ouvrir la voie au déchaînement de la spéculation. On devrait donc voir le prix des CDS (Credit Default Swap) sur la dette grecque s’envoler, le taux de rendement exigé sur les obligations grecques sur le marché secondaire dépasser les 15 %, ce qui aura pour conséquence, comme l’indiquait en début de semaine l’économiste Nouriel Roubini, que « le défaut partiel de la Grèce est désormais inévitable. » Si la Grèce fait faillite, c’est ensuite, comme un jeu de dominos, l’ensemble des pays et des banques européennes qui vont sombrer, et l’euro, avant de disparaître.

On peut, pour toutes sortes de raisons, ne pas supporter Dominique Strauss-Kahn, être contre l’idée d’une monnaie unique européenne, mais on aurait tort de se réjouir de la catastrophe en cours parce que ce n’est pas par une chute aussi brutale et violente de la monnaie unique que les nations européennes pourront retrouver leur souveraineté monétaire et économique. Il n’y aura à la clef qu’un déluge de catastrophes pouvant mener jusqu’à la déstabilisation totale de notre continent. L’inculpation de DSK n’est donc rien d’autre qu’un acte de guerre des États-Unis à l’encontre l’Europe.

 

Clovis Casadue, pour FLASH

Publié  sur Mecanopolis avec l’aimable autorisation de Jean-Emile Néaumet, directeur de la rédaction.

Reproduction libre avec indication des sources
Notes :
(2) La Fin du Dollar, Myret Zaki, Éditions Favre, 2011
(4) Il s’agissait des banques d’affaires Goldman Sachs, Bank of America et Merill Lynch et Barclays.

Article original :

66 FLASH MONDIALISATION

Source : Mecanopolis

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : La fin du Dollar ?

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités Internationales Arrow Actualités internationales Arrow L’affaire DSK est un acte de guerre des USA contre l’Europe...