5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Je croyais que c'était effectif, en fait ils veulent le restaurer ou l'instaurer d'après ce que j'ai compris.... Et si j'ai bien lu entre les lignes... Quand je dis « soupçonnés » c'est pour souligner à quel point cette loi est vague. Car si vous êtes un reporter ou un écrivain, et que vous avez des contacts avec des  « terroristes » (notamment pour votre travail), vous pouvez allez en camp FEMA ! Et justement, quand ils parlent de « terroristes » c'est a priori tout opposant aux États-Unis et à ses alliés, aussi bien politique que philosophique ou religieux, etc. Ce sera donc un bon moyen d'épurer la population et de lui mettre la pression, et surtout de la faire taire ! Bref entre Mitt Romney et Barack Obama... (Informations complémentaires) je pressens un sacré dilemme pour les Américains concernant les prochaines élections... De toutes manières, comme on vous l'avait dit, ils ont déjà les infrastructures...

La Maison Blanche a demandé au circuit de la seconde Cour d'Appel des USA de placer un arrêt d’urgence sur un acte fait la semaine dernière par un Juge Fédéral, pour que la puissance du président à faire détenir indéfiniment des Américains sans charge soit réaffirmée immédiatement.

Mercredi 12 septembre, la juge Katherine Forrest, du tribunal d'arrondissement des USA, a rendu permanente l’injonction provisoire qu'elle a publiée en mai, qui interdit au gouvernement fédéral de respecter la disposition indéfinie de détention dans l'acte d'autorisation de défense nationale pendant l'exercice budgétaire 2012, ou NDAA. La juge Forrest a ordonné que cette clause, qui donne au gouvernement la puissance d'arrêter des citoyens des USA suspectés d’alliances ou de maintenir des liens avec des terroristes, et ceci sans jugement en bonne et due forme, violait la constitution, et que la Maison Blanche serait dépouillée de cette capacité immédiatement.

Seulement quelques heures après que la juge Forrest ait publié l'acte la semaine dernière, l'administration d'Obama a menacé d'en appeler à la décision, et lundi matin ils ont suivi.

À environ 9 heures du matin, le lundi 17 septembre, la Maison Blanche a rempli un arrêt de secours à la cour d'appel fédérale, dans un effort de démonter le deuxième acte de la juge Forrest de la semaine dernière.

« Presque juste après que la juge Forrest l’ait ordonné, l'administration d'Obama a contesté la décision » écrit Chris Hedges, un journaliste lauréat du Prix Pulitzer, qui est énuméré en tant que plaignant de tête dans ce cas. Selon les déclarations de Hedges, le gouvernement a appelé l'acte le plus récent de la juge Forrest : « une injonction extraordinaire de portée mondiale, » et les mandataires des branches exécutives ont travaillé tout le week-end pour trouver une manière de classer leur arrêt.

« Les services judiciaires ont envoyé une lettre à la juge Forrest et au deuxième circuit, les informant tard vendredi soir, qu'à 9 heures du matin, lundi, l'administration d'Obama demanderait au deuxième circuit un arrêt de secours qui soulèverait l'injonction de Forrest ». Hedges écrit : « Ceci permettrait à Obama de continuer à fonctionner avec l'autorité indéfinie de détention jusqu'à ce qu'un appel formel ait été entendu. La décision du gouvernement a déclenché une épreuve de force constitutionnelle entre le président et l'ordre judiciaire. »

Le Mandataire Karl Mayer, un avocat-conseil pour Hedges et ses co-plaignants, a confirmé à RT lundi tôt, que l’arrêt en fait a été classé avec le deuxième circuit.

« Ceci peut être l'impasse constitutionnelle la plus significative depuis le dossier des papiers du Pentagone, » a dit Karl Mayer dans une déclaration distincte signalée sur le blog de M. Hedge's.

Bruce Afran, qui sert de co-conseil de tête avec Mayer, a dit à Hedges que la Maison Blanche pourrait faire une guerre contre l'injonction pour s'assurer que l'administration d'Obama ait le temps suffisant pour tourner la NDAA contre tous les protestataires participant aux démonstrations domestiques.

« Un bulletin du département de la sécurité intérieure a été publié vendredi, indiquant que les émeutes [dans le Moyen-Orient] sont susceptibles de venir aux USA et signifier que le CSAD recherche les chefs islamiques de ces émeutes probables. » Afran dit à Hedges : « C'est à mon point de vue la raison pour laquelle le gouvernement veut rouvrir le NDAA - ainsi il a un outil pour arrêter les protestataires islamiques potentiels avant qu'ils ne puissent lancer n'importe quelle manifestation, violente ou autres. En ce moment il n'y a aucun outil juridique pour arrêter les protestataires potentiels. Le NDAA donnerait au gouvernement une telle puissance. Puisque la demande d'évacuer l'injonction survient seulement le jour des émeutes, et après le bulletin du CSAD, il me semble que les deux sont reliés. Le gouvernement veut rouvrir l'injonction du NDAA de sorte qu'il puisse l'employer pour bloquer des protestations. »

Hedges, qui a précédemment rapporté pour des journaux papiers, comprenant le New York Times et le Christian Science Monitor, a argué du fait que son travail, en tant que journaliste, exige par habitude d’interagir et de converser avec des personnes qui peuvent être considérées comme des terroristes aux yeux du gouvernement des USA.

Sous la NDAA, les Américains « qui faisaient partie d’Al-Qaïda ou qui avaient sensiblement soutenu ces derniers, des Taliban ou des forces associées qui étaient engagés dans les hostilités contre les Etats-Unis ou ses associés de coalition » peuvent être tenus en cellules de prison « jusqu'à la fin des hostilités ». Vague verbiage qui permet essentiellement que les suspects de telles associations soient mis sous la décision de la discrétion du Président Barack Obama ou n'importe quel agent fédéral des USA sous son commandement.

« Puisque le langage est si vague dans cette loi », M. Mayer explique à RT : « Si n'importe quel journaliste ou activiste est vu comme reportant ou offrant des avis au sujet des groupes qui pourraient d'une certaine manière être liés pas seulement à Al-Qaïda mais à n'importe quel adversaire des Etats-Unis, ou un adversaires de nos alliés. »

« J'ai passé beaucoup d'années dans des pays où les militaires avaient la puissance d'arrêter et de détenir des citoyens sans charge, » a écrit Hedges quand il a entamé la première fois sa procédure en janvier. « J'ai été dans certaines de ces prisons. J'ai des amis et des collègues qui ont « disparu » dans des goulags militaires. Je connais les conséquences d'accorder la puissance du maintien de l'ordre rapide et sans restriction aux forces armées de n'importe quelle nation. Et tandis que ma bataille peut être donquichottesque, elle est une de celle qui doit être combattue si nous devons avoir n'importe quel espoir de tirer notre pays de l’entreprise  fasciste. »

Lundi matin, Hedges a une fois de plus répondu aux tentatives implacables de la Maison Blanche de ré-autoriser les puissances accordées sous le NDAA, demandant : « Si l'administration est si soucieuse de reconstituer cette section du NDAA, est-ce parce que le gouvernement d'Obama l'a déjà employé ? Ou a-t-il des plans pour employer cette section dans un avenir immédiat ? »

« La décision pour combattre vigoureusement l'acte de la juge Forrest est un autre exemple de l'assaut régulier et implacable de la Maison Blanche d'Obama contre les libertés civiles, un assaut qui est plus grave que celui effectué par George W. Bush, » écrit Hedges. « Obama a refusé de reconstituer le habeas corpus. Il soutient la Loi d'amendement du FISA, qui légalise rétroactivement ce qui, sous notre constitution, est traditionnellement illégal – enregistrement sur bande illégale, écoute clandestine et surveillance dirigée contre des citoyens des USA. Il a employé la loi sur l’espionnage six fois contre des dénonciateurs qui ont exposé des crimes du gouvernement, y compris des crimes de guerre au public. Il interprète la loi de 2001 autorisant à employer la force militaire en tant qu’autorité pour assassiner des citoyens des USA, comme il l’a fait avec le prédicateur Anwar Al-Awlaki. Et maintenant il veut le droit d'employer les forces armées pour jeter des citoyens des États-Unis dans des prisons militaires, où ils n’auront même pas la chance d’un procès et à aucune définition de la longueur de leur détention. »

Dans son dernier courrier de blog, Hedges reconnaît : « Le gouvernement a maintenant perdu quatre fois dans un litige qui a duré presque neuf mois. »

 

Source : Rt.com, Conscience du peuple

 

Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La Maison Blanche exige en vertu de la NDAA des prisons militaires pour les Américains « soupçonnés » de terrorisme