(Temps de lecture: 6 - 11 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Bonjour à toutes et à tous, j'espère que vous allez bien, alors ce matin, c'est un peu un marronnier l'inflation, et encore ils disent 5,2%, mais on était plus à 9,64% déjà il y a quelques mois. Mais l'inflation et l'INSEE et le calcul des salaires..... c'est une vielle arnaque (qui perdure) lol, mais vous savez qu'il y a un réel souci, et en fait depuis longtemps, mais  à 'la louche' le caddie de course qui a pris 15% à ce tarif-là je ne sais pas combien de temps ça va tenir, en plus de l'alimentation à proprement parler, on a tellement de trucs additionnels obligatoires à l'alimentation directe, dont on ne peut pas se passer, hygiène, café, alimentation animaux, etc.

Que la facture monte vite, on a parlé des possibles pistes de 'chèques' alimentation/énergie, etc., comme je vous l'ai dit c'est un pansement sur une jambe de bois,

Alors je le dis et je le répète, mais c'est intentionnel ; ), ce qu'il faut c'est rattraper les 10 ans où il n'y a PAS eu d'augmentation (correct par rapport à l'inflation) des salaires, SMIC, pensions, retraites, etc., alors qu'il y AVAIT de l'inflation,

Je vous l'ai dit mes calculs font peur, mais pour moi c'est une réalité,

Par contre, ils ne veulent pas augmenter les salaires cette fois-ci, non pas en prétextant qu'il n'y a pas d'inflation (ce qui était FAUX), mais parce que si on augmente les salaires :

Cela va créer 'une spirale inflationniste' (alors au final c'est assez drôle, parce que ça fait 10 ans qu'ils émettent des milliers de milliards €uros (sur NOTRE dos) comme des tarés à destination de la Finance et du CAC 40, mais quand il s'agit d'augmenter les salaires, alors là gare à la 'spirale inflationiste', hahahahaha !

1/ Les salaires suivent l'inflation en Belgique c'est JACQUES DELORS qui a retiré en 1983 ça en France (10 ans à +/- 5% = 50% augmentation !).

2/ A ce tarif-là avec ce qui s'annonce sur l'énergie, il faut savoir que la production de TOUS les produits DEMANDE de l'énergie, donc de facto TOUT va augmenter, nous on meurt.

3/ Bon c'est sûr pour les autres (les chouchous de Macron ! Les gagnants de la mondialisation) et leur 4X4, Porsche, Ferrari, LOL, le litre d'essence à 3€, 10€, 30€ ! in fine, même pas mal, pas de souci...

En attendant, je le dis et je le répète parce que personne ne parle d'eux, mais il y a 10.000.000 de personnes qui sont en graves difficultés et qui ne sont représentés par PERSONNE politiquement, etc.

Et avec ce qui s'annonce, ce chiffre va inévitablement grossir, pendant ce temps-là on supporte des NAZIS et on fait la guerre en Ukraine avec des canons Caesar qui tuent des civils innocents et on leur file 2 milliards..., ça doit être pour la coke de Zelensky, enfin bon j'argumente pas plus, pas la peine...

Jusqu'ici tout va bien... j'ai juste suggéré sur Twitter à E. Macron d'ouvrir un livre d'histoire de France.

Mais in fine vous SAVEZ que c'est ce qu'il cherche depuis si longtemps, la guerre civile, cf. 'venez me chercher !', etc., comme ça après une dictature militaire et plus de questions ! c'est MAGIQUE !

Alors je le dis je le répète mais de tout mes inputs dans le virtuel et le réel :

Il est plus que souhaitable d'éviter ce piège grossier qui nous est tendu car on vaut mieux que ça,

Voilà,

Amitiés, ; )))

f.

Inflation Juin 2022
Sur un marché, à Nice. ERIC GAILLARD / REUTERS

Forte en Europe, au plus haut aux États-Unis, l'inflation est également massive dans l'Hexagone. Ce mercredi, l'Insee a publié son estimation définitive de l'indice des prix à la consommation en mai. Celle-ci confirme sa première analyse, publiée il y a deux semaines. «Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 5,2%, après +4,8% en avril. Cette hausse de l'inflation résulte de l'accélération des prix de l'énergie [...], des services [...], de l'alimentation [...] et des produits manufacturés», détaille la note.

Inflation 15 06 2022

Dans le détail, de nombreux secteurs voient leurs prix augmenter. C'est notamment le cas de l'énergie, portée par l'essence et le diesel, qui atteignent des niveaux records, et du gaz, qui accélèrent. Même chose pour les prix des services d'hébergement, de restauration, d'assurance, de protection sociale, des «loyers, eau, enlèvement des ordures ménagères», ou encore des prix d'entretien et de réparation de véhicules particuliers et ceux des produits manufacturés, qui accélèrent tous.

À l’inverse, d'autres voient la hausse ralentir sur le mois. L'Insee cite ainsi les prix de l'électricité, des services de transport, dont aérien et routier, ou encore des services de santé et ceux de communication, où la pression se desserre légèrement. Dans l'alimentation, la situation est contrastée : les prix des fruits frais ont baissé et ceux des légumes frais ont presque stagné, menant à un ralentissement net de l'inflation touchant les produits frais. En parallèle, les prix de la viande, des volailles, du lait, du fromage, des œufs, des huiles, graisses, du café et du pain comme des céréales ont tous accéléré.

Tableau Inflation 15 06 2022

Des pistes pour protéger le pouvoir d'achat attendues début juillet

À la fin du mois dernier, les statisticiens nationaux tablaient sur une inflation en mai de 5,2% sur un an, après 4,8% en avril. Ce chiffre dépassait, pour la première fois en trente-sept ans, la barre symbolique des 5%. La hausse était particulièrement perceptible dans l'alimentation (4,2% d'augmentation annuelle, en mai), dans l'énergie (28%) et les services (3,2%), précisait l'Insee. En outre, la hausse mensuelle de l'indice harmonisé accélérait à 0,7%, contre 0,5% le mois précédent, notait l'institut.

Ce sujet est regardé de près par les autorités, qui estiment qu'une inflation trop forte risquerait de fragiliser la croissance et la consommation. Le gouvernement doit porter, dans les prochaines semaines, un projet de loi exceptionnel sur le pouvoir d'achat, visant à protéger le portefeuille des ménages. Ce texte pourrait être présenté en Conseil des ministres début juillet.

Pour autant, la France reste relativement épargnée par rapport à ses voisins européens : en mai, le taux d'inflation était deux fois plus élevé en Slovaquie, aux Pays-Bas et en Grèce, trois fois plus élevé en Lettonie et en Lituanie, et près de quatre fois plus élevé en Estonie, selon Eurostat. Le taux mensuel tricolore comptait aussi parmi les plus faibles des vingt-sept.

 

Source : Lefigaro.fr

 

Informations complémentaires :