5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (9 Votes)

Décidément on vit des jours bien sombres... Et ce n'est que le début... Car je ne sais pas si vous avez vu, mais la loi sur le droit voisin a été voté en France, donc les sites français qui relaient des informations de presse main-stream française risquent de fermer. Dans l'indiférence générale du reste...

Assange 24 05 2019

Le ministère américain de la Justice a dévoilé 17 nouvelles accusations contre Assange l'accusant d'avoir aidé et encouragé Chelsea Manning à voler des dossiers secrets américains.

Washington :

Le ministère de la Justice a inculpé jeudi le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, d'avoir violé la loi américaine sur l'espionnage en publiant des dossiers militaires et diplomatiques en 2010, rejetant son affirmation selon laquelle il est un journaliste.

Le département a dévoilé 17 nouvelles accusations contre Assange, l'accusant d'avoir dirigé et encouragé l'analyste du renseignement Chelsea Manning à voler des dossiers secrets américains, et d'avoir également dénoncé de manière imprudente des sources confidentielles au Moyen-Orient et en Chine qui étaient citées dans ces dossiers.

Les charges retenues contre Assange, maintenant au nombre de 18 au total, rejettent son allégation selon laquelle il s'agirait simplement d'un éditeur recevant du matériel divulgué par Manning, une action protégée par le premier amendement de la Constitution des États-Unis garantissant la liberté de la presse.

Un nouvel acte d'accusation allègue qu'Assange a activement conspiré avec Manning pour voler les centaines de milliers de dossiers classifiés "avec des raisons de croire que l'information devait être utilisée au préjudice des États-Unis ou à l'avantage d'une nation étrangère", a dit le ministère de la Justice.

Il a également déclaré qu'Assange avait rejeté l'avertissement lancé par le département d'État américain en 2010 de censurer les noms de ses sources confidentielles et de celles de l'armée américaine en Afghanistan, en Syrie, en Irak, en Iran et en Chine, dont des journalistes, des chefs religieux, des défenseurs des droits humains et des dissidents politiques, selon elle.

"Les actions d'Assange risquaient de porter gravement atteinte à la sécurité nationale des États-Unis au profit de nos adversaires et faisaient courir aux sources humaines nommées non expurgées un risque grave et imminent de préjudice physique grave et/ou de détention arbitraire", a déclaré le ministère.

"Le ministère prend au sérieux le rôle des journalistes dans notre démocratie, a déclaré le procureur général adjoint John Demers.

"Mais Julian Assange n'est pas journaliste."

Attaque contre la liberté de la presse

Originaire d'Australie, Assange, 47 ans, est actuellement emprisonné en Grande-Bretagne pour ne pas avoir payé une caution et fait face à une demande d'extradition américaine lorsqu'il sera libéré dans 11 mois.

Mais il n'est pas encore clair si le gouvernement britannique honorera cette demande, et les nouvelles accusations pourraient la compliquer.

WikiLeaks a dénoncé les accusations, affirmant que les journalistes étaient largement menacés.

"C'est de la folie. C'est la fin du journalisme de sécurité nationale et le premier amendement", a tweeté le groupe.

Les groupes de défense des droits des médias ont également réagi vivement.

"Les accusations portées contre Julian Assange en vertu de la loi sur l'espionnage constituent une menace directe pour la liberté de la presse et le journalisme d'investigation, qui sont mises à mal lorsque ceux qui informent le public sont poursuivis pour avoir donné l'alerte.

Ces accusations intensifient les efforts du gouvernement américain pour sévir contre les fuites de matériel de sécurité nationale.

Alors que l'ancien gouvernement du président Barack Obama poursuivait les fuyards, y compris Manning, il semblait tracer la ligne sur les groupes de transparence comme WikiLeaks, ne voulant pas entrer dans une bataille pour la liberté de la presse.

Mais après que WikiLeaks ait joué un rôle important dans l'opération d'ingérence de la Russie lors des élections américaines de 2016, en publiant des documents volés par des pirates informatiques russes qui causaient du tort à Hillary Clinton, candidate démocrate, les responsables de Washington ont commencé à considérer que le groupe agissait de concert avec ses ennemis américains.

En 2017, le secrétaire d'État Mike Pompeo, alors directeur de la CIA, a qualifié WikiLeaks de "service de renseignement hostile non étatique".

Les fuites ont secoué le monde en 2010

WikiLeaks s'est mis sur la carte comme une force puissante en 2010 quand elle a commencé à publier les fichiers extraits des bases de données classifiées américaines fuités par Manning, qui était alors un analyste de bas niveau du renseignement de l'armée américaine en colère par les guerres américaines en Irak et en Afghanistan.

Les documents, les vidéos et les communications exposaient des crimes de guerre, des actes de torture et des opérations militaires secrètes possibles, ainsi que les activités, les discussions et les analyses de la diplomatie américaine qui se déroulent souvent dans les coulisses.

L'acte d'accusation de 40 pages présente Assange comme un complice de Manning, qui a été condamné en 2013 en vertu de la loi sur l'espionnage à 35 ans de prison pour les fuites, sa prétention d'être une "dénonciatrice" rejetée.

Sa peine a été commuée par Obama en 2017. Mais elle a été renvoyée en prison plus tôt cette année pour avoir refusé de coopérer à l'enquête sur Assange.

Le ministère de la Justice a déclaré qu'en 2009, qu'avant que Manning n'agisse, WikiLeaks avait publiquement sollicité des documents classifiés spécifiques concernant les guerres américaines en Afghanistan et en Irak afin qu'il puisse les publier.

Assange voulait que la liste des " fuites les plus recherchées "encourage et incite les individus à obtenir et à divulguer illégalement des informations protégées", indique l'acte d'accusation.

Il est dit qu'Assange est allé bien au-delà des actions d'un simple éditeur.

 

COMMENTAIRE

"Aucun acte de journalisme responsable ne publierait délibérément les noms d'individus qu'il ou elle sait être des sources confidentielles dans les zones de guerre, les exposant ainsi aux dangers les plus graves ", a déclaré M. Demers.


(À l'exception du titre, ce reportage n'a pas été édité par le personnel de NDTV et est publié à partir d'un flux syndiqué).

 

Source : Ndtv.com

 

Informations complémentaires :

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Informatique Arrow Sécurité Arrow Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, accusé d'avoir violé la loi sur l'espionnage (Ndtv)