5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Des nouvelles de Susanne Posel..., Je vous rappelle que son site est tendancieux à mes yeux, mais bon... Ce n'est pas le sien, et ce billet est intéressant, aussi je vous le passe…

WCIT2012

Contributeur Susanne Posel

Post activiste

Cette semaine débute la Conférence mondiale de l'ONU sur les télécommunications internationales (WCIT) au World Trade Center aux Emirats Arabes Unis à Dubaï, où les globalistes décideront du destin de la libre circulation de l'information sur Internet.

De retour en mai, Hamadoun Toure, secrétaire général de l'Union Internationale des Télécommunications de l'ONU, a déclaré que : « Quand une invention est utilisée par des milliards de personnes à travers le monde, ça ne reste plus la propriété unique d'une nation, aussi puissante que la nation puisse être. »

(ITU) L'UIT de l'ONU proclame que parce que l'Internet est « une entité mondiale » l'ONU devrait avoir la juridiction sur ce dernier, contrôler ses habilitations selon les normes mondiales de l'ONU et engager les restrictions qui pourraient être montées au niveau fondamental de l'Internet, pour prévenir toutes les infractions des mandats internationaux. L'ONU veut inclure le Domain Name System avec l’Internet Corporation pour les noms et les numéros attribués (ICANN), qui est actuellement une organisation à but non lucratif privée des USA.

On s'attend à ce que l'UIT commence une sorte d'imposition qu'on s'attendrait à ce que des sociétés internationales de télécommunication payent la manipulation de l'UIT du trafic de Web pendant qu'elle circule en travers du monde.

Les membres d'UIT seraient au secret du nouveau flux de liquidités trouvé qui serait aux mains du gouvernement international ; ce qui pourrait commencer à garnir les poches de l'ONU en un temps record.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon, défenseur avide à l'ONU du WCIT, a dit à la conférence que « l'objectif général est d’assurer l'accès universel aux prestations des technologies de l’information et des communications, y compris pour les deux-tiers de la population du monde actuellement non connectés. La gestion de la technologie de l'information et des communications devrait être transparente, et démocratique y compris pour tous les dépositaires. »

Pendant presque 2 semaines, les participants à la conférence discuteront des réseaux de télécommunication qui facilitent la portée sans frontière du Web. La délégation de 123 membres, aussi bien que les géants numériques, tels que Microsoft, les compagnies de satellites, les fournisseurs de cellulaires et Google, viendront ensemble, car le gouvernement mondial est le point clé, et forcer les nations et les sociétés à adhérer aux mandats internationaux au-dessus de la diffusion des informations numériques est prévu pour être mené à bonne fin.

Les droits errants pour l'Internet, l'utilisation de satellite, les communications utilisant des lignes fixes sont sur la table pendant qu'on s'attend à ce qu'également la conférence de l'ONU aborde les problèmes liés aux cyber-crimes, aux cyber-attaques, et aux pirates informatiques, et autorise les nations avec le soutien de la communauté internationale en ce qui concerne l'infrastructure numérique.

En octobre, l'ONU a offert d'aider les pays souverains dans la surveillance d'Internet pour l’anti-terrorisme. Dans un rapport récemment publié, titré « L'Utilisation de l'Internet pour les besoins terroristes » (UITP), l'ONU indique que des sites de médias sociaux sont utilisés pour des plans en termes d'organisations et de recrutements terroristes ; spécifiquement Skype, Facebook, YouTube et Twitter.

L'omission par le bureau de l'ONU sur les drogues et le crime (UNODC) explique que les « terroristes utilisent des technologies avancées de communications » comme l'Internet pour demeurer anonymes tout en établissant une audience loyale.

Le rapport de l'ONU UITP explique que les réseaux de WiFi manœuvrés aux « cybercafés pourraient fournir un point d'émission de données important pour des enquêtes criminelles… Il y a un certain doute au sujet de l'utilité de viser de telles mesures les cafés Internet seulement, quand d'autres formes d'accès Internet public (par exemple les aéroports, les bibliothèques et les points névralgiques Wi-Fi publics) donnent à des criminels (terroristes y compris) les mêmes occasions d'accès et sont non réglementés. »

Un autre point de faiblesse est l'utilisation de la violence dans les jeux vidéo, les jeux de rôles, où des actes de terrorisme sont glorifiés. L'ONU cite que ceci conditionne pour accepter le rôle « d'un terroriste virtuel » réduit la valeur du sérieux de la question. La collaboration du groupe de travail d’exécution anti-terrorisme des Nations Unies, qui compte la Banque mondiale, Interpol, l'Organisation Mondiale de la Santé, et le Fonds monétaire international, démontre un circuit décisif de la communauté internationale contrôlée par les globalistes.

Vint Cerf, vice-président de Google, affirme que le WCIT très probablement « provoquera de nouvelles censures et contrôles d'accès dans diverses régions ». Cerf a dit :

" Commençant en 1973, quand mes collègues et moi avons proposé la technologie derrière l'Internet, nous avons préconisé pour qu'un standard ouvert connecte des réseaux informatiques ensembles. Mais commençant dans quelques heures, une réunion à huis clos des gouvernements du monde a lieu à Dubaï, et la réglementation de l'Internet est à l'ordre du jour."

L'opposition au WCTI a conçu leurs propres traités, tels que la pétition en ligne de protection des libertés mondiales d'Internet qui a attiré des milliers de défenseurs à travers le globe. La cotisation de Google aux contrôles internationaux de l'Internet s'appelle libre et ouverte.

Terry Kramer, ambassadeur des USA à l'ONU explique que tous les entretiens liés à l'Internet doivent se concentrer sur des services de réglementations tels que les réseaux numériques de téléphone. Kramer a dit : « Ce que nous ne voulons pas faire est apporter tous les réseaux privés, réseaux Internet, réseaux de gouvernement, etc., cela ouvre la porte à la censure. »

Toure affirme que les accusations de la réunion pouvant limiter des libertés du Web sont seulement des réglementations « complètement fausses » et prévoient seulement des « touches légères » de régulations.

Au jour inaugural des entretiens, les réglementations de télécommunication internationale, « un traité mondial contraignant facilitant l'interconnexion et l'interopérabilité mondiale de l'information et des services de communication » ont été renégociées sous couvert de maintenir « le flux d'information libre autour du monde et favoriser l'accès abordable et équitable pour tous ».

Susanne Posel est le rédacteur en chef d’Occupy corporatisme. Notre site alternatif de nouvelles est consacré à rapporter les nouvelles pendant qu'elles se produisent réellement ; pas comme elles sont tournés par les médias d'entreprise financés de courant principal. Vous pouvez nous trouver sur notre page de Facebook.

 

Source : Activistpost.com

Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

 

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Informatique Arrow Sécurité Arrow La conférence sur les télécommunications de l'ONU se réunit pour implémenter une gouvernance au-dessus de l'Internet