1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Je comprends les inquiétudes de Charles Sannat, mais dans la logique de la mauvaise répartition des gains des entreprises où elles accordent 67,4% de leurs gains aux actionnaires et 5,3% à leurs salariés, si on baisse la part des dividendes, il faut augmenter la part des salariés...

Crisis Insolentiae Resize

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Nous assistons à la gestation d’une crise bancaire en raison de la situation actuelle de l’épidémie et de la crise économique qui en découle.

Très rapidement, la BCE a demandé aux banques commerciales de ne pas verser de dividendes et de garder ces milliards pour renforcer leurs réserves et leurs fonds propres afin de pouvoir encaisser plus de pertes et de défauts de crédits de la part de leur clients pour lesquels de nombreuses faillites personnelles comme professionnelles sont à attendre.

Cette mesure qui peut sembler adaptée, simple et de bon sens, commence pourtant à avoir des répercussions aussi bien sur les épargnants que sur les salariés.

Si les actionnaires des grandes banques cotées en bourse n’ont pas reçu de dividendes, il en va de même pour les sociétaires des banques mutualistes pour lesquels la souscription des parts sociales est aussi un placement alternatif, permettant de toucher des compléments de revenus, peu risqués.

C’est aussi pour l’ensemble des salariés concernés la fin des intéressements et participations, qui ne peuvent être versés que par la « participation » aux bénéfices et donc aux dividendes.

La situation la pire est celle des salariés des banques cotées et dont l’action a chuté lourdement et bénéficiant de PEE (plan d’épargne entreprise) et profitant d’abondements importants en actions de leurs employeurs.

Enfin, plus grave, en ne rémunérant plus les sociétaires, les banques mutualistes pourraient se retrouver encore plus fragilisées, car de nombreux sociétaires pourraient être tentés de reprendre leur parts ce qui ferait un trou dans les fonds propres des banques, et le nombre de nouveaux sociétaires volontaires risque également de se réduire…

Je vous laisse regarder ce dernier JT du Grenier de l’éco et vous abonner à la chaîne le Grenier de l’éco sur Youtube.

 

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

 

Source : Insolentiae.com

 

Informations complémentaires :

 

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Inquiétudes. Les premiers effets de la crise bancaire sur les épargnants et les salariés ! - L’édito de Charles SANNAT (Insolentiae.com)