5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Ça se confirme, rappelez-vous ce que l'on avait relaté (informations complémentaires), alors combien de temps l'hoax tiendra-t-il encore ? Surtout avec le pétrole qui baisse et dont l'extraction sous forme de gaz de schiste devient non rentable... (enfin ça l'a toujours été en fait).

À mon humble avis, c'est pour ça qu'Obama pousse si fort sur l'exil fiscal, même s'il a bon dos avec le Delaware (donc presque personne ne parle), enfin, il sait ce qu'il fait...

Ça s'appelle jouer sur les deux tableaux...

Usa 04 02 2015

Les familles américaines ont profité des années post-crise pour remettre de l’ordre dans leurs finances, mais elles restent extrêmement vulnérables en cas de circonstances imprévues.

70% des familles américaines rencontrent au moins de l'un des trois problèmes suivants : un faible revenu, une épargne insuffisante ou des dettes impayées. C’est ce qui ressort d’une analyse réalisée par Pew Charitable Trusts. Elle indique qu’un tiers des familles américaines sont même confrontées à deux de ces problèmes.

Le rapport met en évidence les quatre principales causes de la vulnérabilité financière des familles américaines :

 
 

1. Même si l'économie se porte bien, les rémunérations n’ont que peu progressé

Entre 1979 et 1999, le revenu moyen d'un travailleur moyen corrigé de l’inflation avait progressé de 22%. Mais entre 1999 et 2009, la hausse a atteint à peine 2%. 47% des familles ont eu autant de dépenses, voire plus, que ce qu’elles ont gagné en 2013. En 2014, un enfant sur ​​cinq a bénéficié des food stamps, les coupons alimentaires américains. C’est plus qu'avant la récession.

2. Le revenu de nombreuses familles fluctue, affectant leur stabilité financière et émotionnelle

Sur les deux dernières années, près de la moitié des familles américaines ont été confrontées à une augmentation de revenu ou une diminution de plus de 25%. 8% des ménages américains ont des remboursements de crédit qui dépassent 41% de leur revenu brut. Parmi les familles qui ont perdu un quart ou plus de leur revenu en 1994, un tiers n’avait toujours pas récupéré le niveau de départ dix ans plus tard.

3. les Américains n’économisent pas assez

La famille moyenne à faible revenu dispose d’une épargne qui ne lui permettrait de tenir que neuf jours (les conseillers financiers recommandent généralement de disposer d'une épargne équivalente à trois à six mois de revenus).

Cependant, les ménages sont souvent titulaires de plans de retraite ou d’épargne non liquide auxquels ils pourraient faire appel en cas de difficultés. Mais même dans ce cas, ces économies ne représentent qu’environ 4 mois de revenu. En outre, près d’un Américain sur 3 en âge de travailler affirme ne posséder aucune épargne destinée à sa retraite, qu’il pourrait utiliser en cas d'urgence.

4. La richesse nationale n’est pas bien partagée

Le ménage américain moyen était plus riche en 2013 qu’il ne l’avait été en 1989. Mais selon le rapport, cette comparaison n’est pas valable en raison du fait que l'accroissement de la richesse a bénéficié aux familles qui étaient déjà riches. Depuis 2009, les marchés boursiers ont doublé de valeur ; le marché immobilier (logements) a progressé beaucoup plus lentement. Beaucoup d'Américains sont encore affectés par les conséquences de l’éclatement de la bulle de crédit immobilier.

Pew conclut qu'il est faux de penser que la vulnérabilité financière de l'Américain moyen est le résultat de la récession. Ce qui est plus inquiétant, c’est que la plupart des indicateurs utilisés sont restés stables au cours des 30 dernières années. Mais ce qui risque de se produire, c’est que ces difficultés se banalisent de plus en plus banales au sein de la classe moyenne, ce qui implique qu’il sera plus difficile de réaliser le rêve américain.

 

Source : Express.be

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr :
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La reprise aux États-Unis : 55% des ménages américains ont une épargne insuffisante pour compenser un mois de revenu