1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Moi ça me ferait plutôt marrer, mais je ne suis pas sûr que cela soit pareil pour vous : (, en tout cas merci à Pierre Jovanovic d’avoir noté l’article dans sa revue de presse, et à Maître Confucius de me l’avoir communiqué, on n'oubliera pas la flexibilité de Chalouette qui l'a rapidement corrigé... Un travail d’équipe… Comme toujours…; )

Amitiés,

l'Amourfou.

BNS
Sièges sociaux de la Banque Nationale Suisse, Mention de source : Daniel Rohr

De plus en plus de banques refusent les retraits d'espèces - la Suisse se joint à la rigolade

La guerre sur l'argent liquide prolifère globalement. Il s'avère que les membres privés des cartels des opérations bancaires du monde se  joignent de plus en plus à la rigolade, même si cela signifie de piétiner les droits de leurs clients.

Hier nous avons trouvé un article chez Zerohedge, dans lequel le Dr. Salerno de l'Institut de Mises note que JP Morgan Chase a apparemment rejoint la « guerre sur l'argent liquide », « en limitant l'utilisation de cash dans certains marchés sélectionnés, en limitant les capacités des emprunteurs à effectuer des paiements en espèces sur des cartes de crédit, des hypothèques, des lignes de capitaux propres et des prêts autos, aussi bien qu'en interdisant le stockage de cash dans les compagnies de coffre-fort ».

Ceci nous a rappelé immédiatement que nous avions juste trouvé un autre petit article dans la presse européenne locale (courtoisie de Dan Popescu), dans lequel un directeur suisse de fonds de pension discute de sa situation difficile avec l’étrange politique de taux de l'intérêt négatif de la SNB. En Suisse cette politique, il y a bien longtemps, a aussi amené à des taux créditeurs négatifs des banques commerciales. La différence avec d'autres juridictions est cependant que les taux d'intérêt négatifs sont devenus si prononcés, qu’il est maintenant plus rentable de simplement retirer l’argent et de le placer dans une chambre forte non assurée.

Après avoir réalisé ceci, a dit un directeur de fonds de pension, d’après leur calcul, ils sauveraient au moins 25.000 CHF par an sur chaque CHF 10m. de dépôt, en mettant l'argent liquide dans une chambre forte, il a indiqué à sa banque qu'il était sur le point de faire un retrait important très bientôt. Après tout, en tant que directeur de fonds de pension il a une obligation fiduciaire vis-à-vis de ses clients, et s'il peut épargner de l'argent en se basant sur des choses purement techniques, il doit le faire.

Une situation légalement sombre - mais le collectivisme gagne

Ce qui s'est produit après est vraiment renversant. Sûrement tout le monde se rend compte que la Suisse le fait régulièrement aux trois principaux pays sur la liste des pays ayant le degré le plus élevé de liberté économique. En même temps, elle a une banque centrale dont les membres du conseil sont mariés avec les remèdes de charlatans keynésiens semblables à ceux d'autres banques centrales. Ce n'est nullement étonnant, de nos jours, les économistes sont formés dans un environnement scolaire qui s'égoutte avec l'étatisme vicieux le plus imaginable. En conséquence, le retrait de son argent liquide est évidemment considéré comme une « interférence avec les buts de la politique monétaire de la SNB ». Ainsi, rapports de SRF :

 « Puisque la banque fédérale a présenté des taux d'intérêts négatifs, les fonds de pension dans le pays sont en difficulté. Les banques leur transmettent des taux négatifs. Ceci a comme conséquence que l'argent épargné par les pensions se réduit, au lieu de produire un retour. Un certain nombre de fonds de pension pensent donc à maintenir leur argent dans une chambre forte externe au lieu de la laisser dans des comptes bancaires.

Un gestionnaire de fonds a montré que pour chaque CHF 10m. en argent de pension, ses fonds sauveraient CHF 25.000 - malgré les coûts entraînés par la location d’une chambre forte, le transport d'argent liquide et d'autres dépenses.

Cependant, comme notre équipe de recherche l’a découvert, il y a une banque qui refuse de payer l'argent dans de telles quantités. L'équipe éditoriale a mis la main sur une lettre d'une grande banque suisse qui indique à son client, un fonds de pension :

« Nous sommes désolés, mais dans le délai de temps que vous avez indiqué, aucune solution correspondant à vos attentes n’a été trouvée. »

 L'expert en matière de banque, Hans Geiger,  dit que ce « n'est définitivement pas légal ». Le fonds de pension a un compte à vue, et a le droit contractuel de disposer de son argent sur demande (accent supplémentaire).

En effet, bien que nous sachions tous que les banques à réserves fractionnelles n’ont littéralement pas l'argent que dépose leur client en dépôts, les contrats énoncent clairement que les clients peuvent retirer leurs fonds à tout moment sur demande. La maturité des dépôts à vue est avec précision zéro.

Ainsi comment est-ce possible que cette « grande banque » anonyme (ils devraient l'avoir nommée, juste pour voir ce qui arrive…) soit si audacieuse pour violer la loi en refusant de payer des fonds dans un dépôt à vue ? Notez ici qu'elle viole en effet la loi, car il n'y a rien dans la législation suisse qui indique que les banques puissent refuser ou retarder des demandes de retraits à partir de dépôts à vue sur demande.

La réponse est qu'elle a probablement reçu une « directive » de la Banque nationale Suisse. Notez ici que ces directives n'ont pas force de loi. SFR note de plus  :

« Le président de l'association des fonds de pension PSIA, Hanspeter Konrad, a été irrité pendant des semaines que les fonds de pension souffrent des taux d'intérêt négatifs. Il dit : « Nous ne pouvons  tout simplement pas comprendre que les banques en arrive à cela. » Konrad suspecte que la Banque nationale exerce son influence.

En effet, la SNB confirme qu'elle n'aime pas voir l’argent liquide des  réserves de provision éviter sa politique de taux d'intérêt négatifs. « National Bank a donc recommandé aux banques d'approcher les demandes de retrait d'une façon restrictive. »

Hans Giger professeur émérite à l'université de Zurich, indique que la question à quel point la SNB peut aller est légalement compliquée. Tandis qu'on ne permet pas à la SNB d'influencer le contrat entre une banque et un fonds de pension, elle peut cependant « fournir des directives aux banques dans l'intérêt collectif de l'économie suisse ». Quant à savoir quelles banques suivent les directives de la SNB, c’est à elles de décider (accent supplémentaire).

En d'autres termes, les grands déposants aux banques suisses sont maintenant devenus les victimes du collectivisme. Le collectivisme est naturellement précisément ce qui informe tous les efforts centraux de planification. Évidemment, les droits de propriété ne comptent pas si les planificateurs centraux peuvent les révoquer comme on baisse un chapeau.

Conclusion

C'est assurément une alerte énorme quand les banques commerciales refusent soudainement l’accès à leur argent liquide à des clients. Dans un des pays considérés comme membre du club où « la liberté économique est la plus élevée dans le monde ». Cet argent n'appartient pas aux banques, et il n'appartient pas à la banque centrale, ni à l'un ni à l'autre.

Si ceci peut se produire dans une Suisse prospère, basée sur une certaine notion nébuleuse « du bien collectif », sur lequel ses planificateurs centraux non élus peuvent arbitrairement déterminer les décisions de base, cela peut se produire probablement n'importe où. Considérez-vous averti. Car le système moderne de monnaie  fiduciaire avance inévitablement vers son dénouement final, les droits individuel de la personne seront de plus en plus attaqués, comme les élites du monde et le cartel des banques centrales commencent à l’indiquer.

Mieux, continuez à empiler, et gardez une pile de ceci  loin de la distance de saisie - après tout, elle peut être achetée avec une remise généreuse de nos jours :

Gold Bars

 

Source(s) : Zerohedge.com via Pierre Jovanovic sur la piste de Maître Confucius (que l'on remercie)

Traduction : ~ folamour ~

Corrections : Chalouette

Si vous appréciez nos tentatives de traduction et plus globalement notre petit blog, n’hésitez pas à partager les articles via les outils en haut de page et à voter pour lui sur http://info.pinterac.net/

Pour lui donner un peu plus de visibilité (vote comptabilisé toutes les 24h donc à renouveler svp).

Merci d’avance, ; )

f.

 

Informations complémentaires :

Etc...

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La « guerre du cash » migre en Suisse….