5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

AVANT-PROPOS :

Excellent article sur les conséquences acquises du TAFTA/TTIP. Comme pour l'Euro, on avancera les arguments de prospérité retrouvée pour amadouer le peuple et comme d'habitude c'est le dépeçage qui se prépare en secret, avec ou sans l'accord des Français ou des Européens.

Robinet 25 05 2015

Venez donc voir comment les sociétés américaines pourraient transformer l'Europe en or. Le site finanzmarktwelt.de a étudié quelques scénarios possibles. Mettez-vous dans la peau d'une société américaine.  Comment ON pourrait utiliser le TAFTA/TTIP pour transformer l'eau potable en or.

Discrimination

La gestion de l'eau en Europe est principalement assurée par les municipalités, mais il est aussi accordé des licences pour son exploitation, sur 20 ou 30 ans par exemple. Les municipalités peuvent aussi décider d'appliquer leur propre concession de distribution d'eau, ou de la confier à un prestataire privé au plus offrant. Donc avec le TAFTA/TTIP, un groupe américain titulaire d'une licence régionale pour l'approvisionnement en eau, pourrait  intenter des poursuites dans le cadre «des tribunaux d'arbitrage» de la Banque mondiale privée CIRDI, si la municipalité s'accorde la concession à elle-même. Ici, le prestataire privé pourrait prétendre qu'il serait pénalisé par l'État, et insister sur l'indemnisation pour perte de profitsDe là, un fournisseur américain pourrait également se plaindre parce qu'il voit inhibé sa liberté d'investissement dans son ensemble. Cela semble fou et bizarre ? Regardez par exemple ici, ces poursuites farfelues sont déjà traitées par la Banque mondiale du CIRDI. Le simple soupçon que l'on puisse avoir un projet qui ne dispose que d'une idée, qu'il risque d'être lésé ou de faire perdre des bénéfices, est un plaidoyer apparemment.

 

Bolivie

Un aperçu du passé contient souvent des informations importantes sur la façon à laquelle l'avenir pourrait ressembler. Un consortium mené par la société américaine «Bechtel» avait, en 2002, obtenu la gestion de l'eau adoptée dans certaines parties de la Bolivie, mais elle augmente brusquement les prix pour les consommateurs de 50%. Après des protestations et des émeutes qui ont fait sensation dans le monde entier, Bechtel a fait marche arrière, et se plaignit à "l'arbitrage" de la Banque mondiale CIRDI pour les dommages, et non pas pour son investissement, mais pour les pertes des bénéfices, qui seraient à l'avenir peut-être engagées. 

 

Après plusieurs années de va-et-vient et de protestations à travers le monde contre Bechtel, la société s'est cachée derrière une filiale néerlandaise, Bechtel a ensuite renoncé volontairement à l'appel - mais probablement seulement parce que l'État de la Bolivie, s'est abstenu pour les dommages indirects de poursuivre. 

Regardez le TAFTA/TTIP, on constate une augmentation drastique des frais de gestion de l'eau. Dans une expropriation une réclamation drastique d'indemnisation surviendrait comme dans le cas de la Bolivie. Mais nous, Européens, ne sommes pas plus intelligents que les Boliviens. La stupidité des hommes politiques ne meurt pas - pas même la stupidité des concessions d'eau à des prestataires privés, qui s'attribuent sans restriction des hausses de frais.

 

Sigmar Gabriel "Superstar"

Le Ministre fédéral Gabriel veut plaire à tout le monde, et promet donc tout pour tout le monde. Sur l'approvisionnement en eau dans TTIP ? Ne vous inquiétez pas, la SPD protège chacun d'entre vous qui est déjà sur les ... TTIP de l'eau, écrit son ministre allemand de l'économie :

"Effectuer un TTIP de la privatisation de l'approvisionnement en eau ou des services de traitement des eaux usées ? Non, l'approvisionnement en eau dans le cadre de l'intérêt public ne doit pas être affecté par TTIP. L'approvisionnement en eau potable est l'un des domaines classiques des services municipaux. Encore une fois, l'Allemagne n'acceptera pas de nouvelles obligations pour l'ouverture du marché. Cela signifie que la portée des autorités locales allemandes dans le domaine de l'approvisionnement en eau ne sont pas limitées par TTIP. "

 

En outre, le ministre écrit :

"La décision sur l'approvisionnement en eau est de savoir jusqu'où peuvent aller les villes et villages dans l'attribution des concessions d'eau. La politique de début 2014 de la concession adoptée par le Parlement européen ferme explicitement le secteur de l'eau. Le gouvernement fédéral assume donc que l'attribution des concessions d'eau ne fait pas partie des négociations TTIP. La décision sur l'approvisionnement en eau est de savoir jusqu'où elle peut aller dans les villes et villages. Une exception explicite devrait être nécessaire pour être incorporée dans l'accord pour l'Allemagne."

L'accent est mis sur l'"octroi de concessions d'eau qui ne doivent pas être données". Parfait. Mais que dit un premier regard sur la protection des consommateurs ? Il est le coup de grâce ultime quand les sociétés américaines qui opèrent dans un marché de l'eau régulé librement, sous TTIP pour l'Europe de venir voir comment ils seront victimes de «discrimination» par des restrictions ou des interdictions, et donc leurs marchés sont pénalisés. La question est de savoir si les sociétés américaines qui sont actives dans le domaine de la gestion de l'eau, vont créer l'eau potable européenne ou allemande en or sans jamais donner une poignée de main. Et Sigmar Gabriel ouvre apparemment sans s'en rendre compte exactement cette brèche.

 

Directive sur les concessions de l'UE

En 2013, le commissaire européen au Marché intérieur Michel Barnier  avait annoncé :

"Depuis plusieurs mois, il y a des rumeurs, la Commission européenne tente une privatisation par la porte arrière au moyen de sa proposition de direction sur les concessions de distribution d'eau. Cela n'a jamais été notre intention et n'a jamais été voté. La Commission européenne a présenté une proposition de directive de concession pour créer une zone économique de sécurité juridique pour les autorités publiques et les entreprises à travers l'Europe, et d'assurer la transparence et l'égalité de traitement dans le marché intérieur. A aucun moment, la Commission n'a proposé de forcer ou même de promouvoir la privatisation des services publics tels que l'approvisionnement en eau. La décision sur la façon dont les services publics doivent être fournis relève des États membres et de leurs villes et villages. Et cela restera ainsi. "

Une telle approche est parfaite pour une plainte de la part d'une société américaine. Il suffit de désigner une société américaine (si le TTIP est en vigueur), qui vient de recevoir une demande de concession d'eau quelque part en Europe pour agir contre cette déclaration des fonctionnaires de l'UE à partir de 2013. Elle peut démontrer de manière concluante, avant même de saisir la Banque mondiale CIRDI, que dès le départ la discrimination contre les sociétés américaines a été voulue par les politiques européennes, et insister désormais sur les bénéfices perdus. Le CIRDI est une institution internationale avec des avocats (les moments heureux pour un juge, puis devenir avocat), qui a une perspective globale et donc probablement inclinée à reconnaître la discrimination.

 

Position européenne au TTIP

La Commission européenne a elle-même fournit assez de munitions ou de contradictions aux entreprises américaines en raison du non-état TTIP - pour donner des plaidoyers en faveur de l'«arbitrage». Il indique, en particulier dans le document de position de l'UE au TTIP : «Les services publics au niveau national ou local pourraient bien "être exclusivement réalisés par un prestataire privé de services « au lieu d'un ''monopole public".»

Maintenant, regardez un groupe américain qui veut prendre une concession d'eau municipale, quelque part en Europe, il peut prendre ce principe et jouer contre les restrictions susmentionnées. En face d'un non-état privé d'arbitrage, il a donc la meilleure chance de faire au moins une belle comparaison de l'or européen de l'eau. Et les bonnes nouvelles arrivées récemment : les décisions des tribunaux d'arbitrage et les résultats d'arbitrage devant la Banque mondiale CIRDI sont secrets, ils ne peuvent pas être publiés. Mais parfois, ils parviennent à donner les résultats via des détours dans l'expérience. Bien que tout fonctionne prétendument de manière transparente, le citoyen européen ne saura rien, de combien l'eau potable se transforme en or. Bien que nous entendons des politiciens en Europe dire fébrilement qu'ils essaient d'atténuer l'arbitrage, une solution saine pour les contribuables européens ne devraient pas être de confiance. La seule solution saine serait d'envisager des tribunaux-étatiques supplémentaires entièrement dédiés au TTIP.

 

Source : Finanzmarktwelt.de

 

Traduction : ~ Maître Confucius ~

Corrections : Chalouette

Si vous appréciez nos tentatives de traductions et plus globalement notre petit blog, n’hésitez pas à les partager via les onglets appropriés en haut d’article.

Et à voter pour lui sur http://info.pinterac.net/

Pour lui donner un peu plus de visibilité (vote comptabilisé toutes les 24h, donc à renouveler svp).

Merci d’avance, ; )

 

Information complémentaire :

Crashdebug.fr :

000 Spartou 25 05 2015jpg

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Comment les Multinationales vont utiliser le TAFTA/TTIP pour transformer l'eau potable en OR ?