5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

La traduction exclusive du jour, sur ce qui se passe à quelques centaines de kilomètres de la France.

Erdogan Hitler 02 01 2016

L'UE ferme  les yeux sur une répression de l'opposition en Turquie qui  polarise la société et complique les efforts pour trouver une solution politique au conflit kurde. Demirtas, en route vers Bruxelles, a déclaré dans une interview impromptue : «  Les dirigeants européens devraient trouver un accord avec la Turquie lundi, qui offrira des négociations plus rapides à l'adhésion à l'UE, et permettra de voyager sans visa, en échange de l'arrêt de l’afflux de réfugiés qui traversent le pays pour entrer en Europe. »

Demirtas a parlé deux jours après que les curateurs du gouvernement turc aient repris l'un des journaux de l'opposition principale de la Turquie, lors d'un raid spectaculaire qui a déclenché des affrontements entre manifestants et policiers. La saisie reflète une intolérance plus large envers la dissidence, ce qui a également porté atteinte à la HDP, qui est maintenant largement exclue de la couverture des médias traditionnels.

Le même jour, où les autorités ont pris le contrôle du journal Zaman, le président du Conseil européen Donald Tusk, qui était à Istanbul, a tweeté une photo de lui avec Erdogan, devant une paire de trônes en or comme sièges.

Elle était presque identique à une opération photo avec la chancelière allemande Angela Merkel l'an passé, au même moment où l'Union européenne a accepté la demande d'Erdogan de refuser un rapport critique sur la démocratie, tant que l’élection générale qui devait avoir lieu quelques jours plus tard n’était pas passée.

- De l'article de Bloomberg : l'UE fait une « grosse erreur » sur l’offre faite à la Turquie 

Les bureaucrates de l'Union européenne aiment à se présenter comme éclairés, comme des technocrates compétents qui représentent noblement une grandiose expérience politique et économique de l'humanité. Pendant ce temps, la dure réalité est que l'Union européenne est un peu plus qu'un tas de fraudeurs égoïstes prêts à faire « tout ce qu'il faut » pour préserver leur propre statut et leur pouvoir. Lorsque vous retirez la façade trompeuse des engagements humanitaires fallacieux de l'UE, ce que vous découvrez est un cadre putride de politiciens incompétents, corrompus et profondément contraires à l'éthique.

Un exemple illustrant cette vérité a été révélé récemment, quand les fonctionnaires de l'UE ont été amenés à conclure un accord avec une Turquie qui est de plus en plus autoritaire, ceci dans une tentative désespérée pour endiguer le flux de réfugiés. Il est connu depuis un certain temps que la Turquie utilise la crise des réfugiés comme levier pour faire pression sur l'Union européenne et d'autres « alliés », ce qui provoque des tentatives paniquées des bureaucrates de l'UE pour trouver un accord avec Erdogan, ce qui est équivalent à négocier avec des terroristes. Trop dur vous dites ? Revenons sur quelques articles mettant en évidence la récente spirale de la Turquie qui la plonge dans le totalitarisme.

Tout d' abord, à partir du post : Alors, qui est vraiment le sponsor d’ISIS ? La Turquie, l’Arabie Saoudite, et les autres « Alliés » comme les États-Unis

Un responsable occidental de haut rang, familier avec un grand nombre de services de renseignements, a obtenu de pouvoir indiquer cet été au Guardian que « les relations directes entre les responsables turcs et des membres influents d’Isis étaient désormais ’indéniables’ ».

ISIS, en d'autres termes, est parrainé par l'État - en effet, et parrainé par les régimes du monde islamiste, prétendument amis avec les occidentaux, et qui font partie intégrante de la coalition anti-ISIS. Lequel pose donc la question de savoir pourquoi Hollande et d'autres dirigeants occidentaux expriment leur détermination à «détruire» ISIS en utilisant tous les moyens nécessaires, et préféreraient éviter le facteur le plus important de toute l’émergence d'infrastructures matérielles d’ISIS » dû au soutien de l'État turc et des pays du golfe dans le militantisme islamiste dans la région.

Se déplaçant dans cette direction, qu'en est-il de cette indication du post :  Les États-Unis aident la Turquie afin de procéder à des Arrestations d’Universitaires pour le crime d’avoir signé une pétition pour la paix.

Des centaines d'universitaires turcs attendent de savoir s'ils seront poursuivis ou licenciés pour « propagande terroriste », après avoir signé une pétition appelant à la fin de la violence dans le sud-est de la Turquie, où les forces gouvernementales ont combattu les séparatistes kurdes.

Après que la pétition ait provoqué une réaction furieuse du président de la Turquie, Tayyip Erdoğan, plusieurs universités du pays ont commencé à enquêter sur les signataires présents dans leur faculté – ce qui pourrait conduire à leur licenciement si les accusations d'agitation politique illégale résistent. Le 15 janvier, la police a arrêté puis relâchés 27 universitaires, selon les rapports des médias locaux, y compris des économistes, des médecins et des scientifiques.

Le gouvernement turc a déjà sévi contre les scientifiques et les étudiants qui remettent en question ses politiques, emprisonné des scientifiques accusés d'infractions liées au terrorisme, et restreint la liberté des organismes de financement qui subventionnent les académies scientifiques. Mais le nombre d'arrestations et d'enquêtes rend l'épisode actuel comme l'une des plus grandes attaques turques sur la liberté d'expression de ces dernières années, ce qui provoque l'indignation parmi les défenseurs des droits de l'homme.

Maintenant, pour couronner le tout, la semaine dernière, le gouvernement turc, sans vergogne, a saisi le journal le plus diffusé de la nation.

Comme  le New York Times l’a rapporté :

ISTANBUL - Soutenu par une ordonnance du tribunal, les autorités turques ont décidé vendredi de saisir Zaman, le journal le plus diffusé du pays, dans la dernière vague de répression sur la liberté de la presse conduite par le gouvernement du président Tayyip Erdogan.

Alors que les nouvelles de la prise de contrôle ont été rendues publiques vendredi après-midi, les partisans ont commencé à se regrouper devant les bureaux du journal à Istanbul, et les employés ont verrouillé une porte du bâtiment. Dans une émission en direct sur le journal Web du site, les partisans ont été vus chantant : «  La presse libre ne peut pas être réduite au silence ». Quelques drapeaux et bannières des Chroniqueurs du journal turque arborant « Ne touchez pas mon journal » ont également été vus s’adressant à la foule.

Plus tard, vendredi soir, la police turque a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser la foule et entrer de force dans le bâtiment.

« Nous allons traverser les jours les plus sombres en termes de liberté de la presse, qui est un point de référence majeur pour la démocratie et la primauté du droit », indique un communiqué publié par les éditeurs d’Aujourd'hui Zaman, une publication sœur de Zaman en langue anglaise. « Des intellectuels , des hommes d'affaires, des célébrités, des organisations de la société civile, et des organisations de médias et de journalistes sont réduits au silence par des menaces et du chantage. »

L’acte de saisir Zaman, et de le mettre sous l'administration d'un groupe de curateurs nommés par le tribunal, a souligné ce que les critiques disent, à savoir une détérioration rapide des droits à la liberté d'expression sous le gouvernement islamiste de M. Erdogan, qui était le Premier ministre pendant plus d'une décennie avant d'être élu président en 2014.

Ainsi, en voyant le visage d'un tel autoritarisme flagrant d'un proche allié, voici la réponse de l'UE et de l'OTAN ...

La Turquie fait face à ses démons intérieurs, les critiques disent que le gouvernement a été encouragé à cibler ses ennemis dans le pays, parce que les alliés de l'Union européenne et de l'OTAN, en particulier, ont regardé une autre voie dans leur recherche du soutien de la Turquie pour contenir la crise des réfugiés et pacifier la guerre civile qui fait rage en Syrie.

« Ce modèle est épouvantable, et la Turquie court au galop vers un régime totalement autoritaire », a déclaré Asli Aydintasbas, un éminent journaliste qui a perdu sa chronique l'an dernier dans le quotidien Milliyet sous la pression du gouvernement. « Malheureusement, le monde, et en particulier l'UE, restent silencieux. Le gouvernement ici peut détecter la vulnérabilité à l'Ouest, en particulier depuis le début de la crise des réfugiés, et peut ainsi repousser les limites afin de consolider son pouvoir. »

Mme Aydintasbas a ajouté, en utilisant un acronyme pour l'État islamique : « Erdogan sait que l'Occident est vulnérable en raison d'ISIS et des réfugiés, et il va utiliser ce levier autant qu'il le peut. »

Bien que cela soit assez embarrassant, pour voir comment pleinement et pathétiquement l'Union européenne se replie, nous nous tournons vers  Bloomberg :

L'Union européenne commet une erreur historique dans sa hâte de conclure un accord sur les réfugiés avec la Turquie, provoquant des violations des droits de l'homme qui risquent de plonger le plus grand candidat à l'adhésion du bloc dans la guerre civile, a déclaré Selahattin Demirtas, chef du parti pro-kurde le plus important de la nation.

« L'UE tente donc difficilement de ne pas énerver Erdogan, ce qui est une grosse erreur », a déclaré Demirtas, se référant au président turc Recep Tayyip Erdogan. « Le monde est devenu très silencieux sur ce qui se passe en Turquie, c'est attristant et c’est aussi une vision à court terme. Si la guerre en Turquie continue comme ça, vous allez aussi avoir des réfugiés de la Turquie. »

Je devais relire plusieurs fois pour vous assurer que je n'étais pas en train d’halluciner.

Ces mouvements ont généré l'opposition au sein de l'UE. Marietje Schaake, un membre du Parlement européen des Pays-Bas, a appelé pour que l’Union condamne les violation de la loi et des règles des droits de l’homme en Turquie, dont elle dit s'être détériorée depuis même que Frans Timmermans, un commissaire européen, a convenu d'un accord préliminaire avec Erdogan sur l'asile et la migration en fin d'année dernière.

Sur les réfugiés « La Turquie ne résoudra pas les problèmes de l’Europe », a déclaré Schaake dans un communiqué lundi. « Pourtant, le prix de la crédibilité et des principes ont été payés. »

Ces Mesdames et Messieurs, sont l'Union européenne.

 

Dans la Liberté,

Michael Krieger

 

Source(s) : Crashdebug.fr via Libertyblitzkrieg.com

Traduction : ~ folamour ~
Corrections : ~ Chalouette ~

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Comme la Turquie devient totalitaire, les officiels de l'UE continuent d’accélérer l’offre d’adhésion à l'UE