5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Quid des chômeurs allemands ? (Informations complémentaires)

Job 1 Euro Refugies Allemagne 26 04 2016
Des réfugiés accompagnés de volontaires participent au nettoyage de printemps en ramassant les Détritus
Jan-Philipp Strober/dpa Picture-Alliance/AFP 

La CDU d’Angela Merkel et ses partenaires ont décidé un train de mesures qui doivent faire l’objet d’une loi sur l’intégration de réfugiés. Il comprend notamment la création de 100.000 jobs d’utilité collective.

Quand on demande l’asile, mieux vaut travailler et s’intégrer que de s’ennuyer à attendre la réponse des autorités. C’est en partant de ce constat que les partis de la coalition au pouvoir en Allemagne ont décidé, dans la nuit de mercredi à jeudi, la création de 100.000 emplois d’utilité publique pour les réfugiés. « Le but est naturellement d’essayer d’intégrer dans le marché du travail le plus de gens possible qui viennent chez nous », a déclaré la chancelière Angela Merkel, en présentant les différentes mesures.

Introduits avec l’Agenda 2010 de l’ex-chancelier Gerhard Schröder, ces emplois connus sous le nom de jobs « à un euro » consistent à remplir des tâches qui ne font pas l’objet d’un emploi classique. Il peut s’agir de surveiller un centre d’accueil de réfugiés, de faire de l’entretien ou encore d’aider des personnes âgées. Les bénéficiaires, jusqu’ici des chômeurs de longue durée, se sont portés volontaires et sont rémunérés autour de 1 euro de l’heure, qu’ils touchent en plus de leurs prestations. Il en sera de même pour les réfugiés.

 230.000  jobs à 1 euro

En 2015, l’Agence fédérale pour l’emploi (BA) a recensé quelque 230.000 jobs « à 1 euro » sur l’ensemble de l’année, mais seulement 76.000 en décembre. Le nombre de 100.000 supplémentaires représente donc un saut important. Il permettra aux demandeurs d'asile, dont la procédure dure en moyenne plus de six mois, d’être actif en attendant la réponse de l’Office fédéral pour les réfugiés et la migration (BAMF).

Ce n’est pas la seule mesure cherchant à faciliter leur intégration sur le marché du travail. La CDU d'Angela Merkel et son alliée bavaroise, la CSU, ainsi que le Parti social-démocrate (SPD) ont également décidé de lever la priorité d’accès à l’emploi. Ce dispositif prévoit que, lorsqu’un réfugié trouve un poste, il ne prenne pas la place d’un Allemand ou d’un Européen.

Un million de réfugiés accueillis l’an dernier

Initialement, tout demandeur d’asile était soumis pendant quatre ans à cet examen de la BA. Puis, en octobre dernier, le gouvernement a réduit ce délai à 15 mois. Alors que l’Allemagne a accueilli l’an dernier un million de réfugiés, dont 350.000 à 500.000 doivent arriver sur le marché du travail à partir du second semestre, le but est de se passer de cette priorité d’accès.

Signe de tensions potentielles, le texte de l’accord prévoit néanmoins que la levée de la priorité d'accès soit appliquée en fonction des régions. Dans celles qui affichent le quasi-plein-emploi, en Bavière ou dans le Bade-Wurtemberg, elle ne devrait pas poser de problème. Dans certaines régions de l’Est, ou de Rhénanie du Nord, où le chômage est nettement plus élevé, la priorité aux travailleurs allemands et européens serait maintenue.

Les mesures qui composeront une nouvelle loi sur l’intégration – la première en Allemagne depuis cinquante ans – incluent également un assouplissement des conditions à la formation professionnelle mais aussi des sanctions pour les demandeurs d’asile qui ne voudront pas suivre les cours de langue qu’on leur propose ou des « conséquences » s’ils quittent le domicile qui leur a été attribué. Dans l’esprit des anciennes réformes « Hartz » du marché du travail, Angela Merkel voit dans ce train de mesures « une offre pour chacun, mais aussi des devoirs pour tous ceux qui arrivent ».

Source(s) : LesEchos.fr via la Revue de presse de notre Contributeur anonyme

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Pour intégrer les réfugiés, l’Allemagne veut instaurer 100.000 « jobs à un euro »