5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Apparemment imperturbable à la récente proposition de la Commission européenne pour punir les pays qui refusent de se conformer aux quotas de répartition « équitables » des réfugiés avec des amendes allant jusqu'à 250.000 € par demandeur d'asile, la tête de la Pologne et du Parti polonais de la loi et de la justice l'ancien Premier ministre Jaroslaw Kaczynski a déclaré qu’aucun réfugié ne sera accepté en Pologne « car ils constituent une menace pour la sécurité » , ajoutant que la Pologne s’oppose à toute loi forçant les membres de l'UE à payer 250.000 € par réfugié refusé.

« Après les événements récents liés à des actes de terrorisme, la Pologne n’acceptera pas de réfugiés, parce qu'il n'y a pas de mécanisme qui permettrait d'assurer la sécurité », a déclaré samedi Kaczynski le président de Droit et Justice (PiS), cité par Radio Pologne. Inutile de dire que la Pologne est également fortement opposée à la proposition susmentionnée, annoncée la semaine dernière, ce qui obligerait les États membres de l'UE à payer 250.000 € par réfugié refusé. La plainte commune exprimée, non seulement par la Pologne, mais aussi par les nations d'Europe orientale qui souffriront le plus de la proposition agressive de réallocation des réfugiés de l'Europe, dont l'objectif est de redistribuer le poids de la crise des réfugiés en provenance de pays comme la Grèce, par l'introduction de quotas d'asile automatiques pour chaque État membre de l'UE.

Pologne 10 05 2016
Les manifestants tiennent des drapeaux alors qu’ils se réunissent pendant un rassemblement anti-immigrés à
Varsovie

« Une telle décision abolirait la souveraineté des États membres de l' UE. Bien sûr, chez les plus faibles, nous ne souscrivons pas à cela, nous devons nous opposer à cela, parce que nous sommes et nous serons en charge de notre propre pays », a dit Kaczynski en ajoutant que « ceci est la position du Premier ministre et de l'ensemble du PiS ... dès le début nous avons estimé que cette question devrait être résolue, assister les réfugiés en dehors de l'UE ».

D'autres ont acquiescé. Le ministre de l'Intérieur polonais Mariusz Blaszczak a déclaré la semaine dernière que le système de quotas est « un mauvais système ... cela n'a aucun sens.

La Pologne a été très virulente dans son opposition à accepter les migrants. Selon la proposition de la Commission européenne, la Pologne, qui a un quota existant de 6500, aurait à payer plus de 1,6 milliard d’euros (1,1 milliard de dollars) si elle devait refuser d'accepter des réfugiés, selon le Financial Times. Kaczynski a également abordé la récente protestation antigouvernementale de Varsovie, soulignant que les manifestants ont tenté « de nous imposer l'acceptation forcée des immigrants ».

La Hongrie et la Slovaquie ont également fustigé le système de quotas de la Commission européenne. « En ce qui concerne les amendes proposées par la Commission européenne, c’est du chantage », a déclaré la semaine dernière le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto. Szijjarto a appelé le système de quotas une « impasse » et a demandé à la Commission de ne pas aller dans ce sens.

Le ministre de l'Intérieur slovaque Robert Kalinak a également exprimé l'avis que le timing de la proposition de la Commission était difficile, compte tenu des efforts pour parvenir à un consensus sur la fermeture des routes employées par les migrants et de parvenir à un accord sur les réfugiés avec la Turquie. « Au milieu de ces discussions très sensibles, une proposition est mise sur la table qui nous fait reculer de neuf mois et ne reflète pas la réalité dans certains aspects », a-t-il dit.

Ce qui est surprenant, c’est l'approche curieuse de la carotte et du bâton qui a émergé en Europe : la carotte lors de l'interaction avec la Turquie, en payant à coup de milliards Erdogan le chef de plus en plus despotique du pays, pour maintenir autant de réfugiés à l'intérieur des frontières de la Turquie, et le bâton lorsqu'ils traitent avec les États membres de l'UE, les menaçant de châtiment s’ils refusent de décharger des pays comme l’Allemagne d’une partie du fardeau des réfugiés qu’elle a pris en charge. L'ironie, bien sûr, est l'insistance de Merkel, en 2015, pour ouvrir l'Europe à des millions de réfugiés syriens dans l'espoir que cela puisse finir par stimuler la croissance économique nationale, et ceci pour voir seulement une énorme révulsion populaire à l'afflux d'immigrants, ce qui, comme nous l’avons rapporté aujourd’hui plus tôt, a coûté son travail au chancelier autrichien et a conduit à l’envol du Parti antimusulman Afd en l'Allemagne, à la troisième place dans les sondages politiques.

Comme l’ajoute RT, la résolution du problème de la migration est une priorité absolue pour l'UE, car elle continue à faire face à la pire crise des réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale. Selon un rapport de février compilé par l'Organisation internationale pour les migrations, plus de 100.000 personnes sont arrivées en Grèce, et 7507 en Italie, depuis le début de l'année. Il est troublant de constater que dans le cadre de la solution, Bruxelles est confrontée non seulement à un effondrement de l'espace de l’union douanière de Schengen, mais encore à plus l’aliénation entre les nations européennes historiques et les plus récentes, qui sont beaucoup plus pauvres, les nouveaux entrants de l’Europe de l' Est, qui se considèrent à juste titre comme des acteurs secondaires dans une « union » s’effritant, et devenant de plus en plus inégale, et où seule une poignée de pays puissants dirige.

 

Source(s) : Zerohedge.com via Blacklistednews.com

Traduction : ~ folamour ~
Corrections : ~ chalouette ~

Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

Cet article vous a intéressé ? Crashdebug.fr a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son activité, faites un don.

Informations complémentaires :


 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La Pologne refuse d'accepter les réfugiés « parce qu’ils constituent une menace pour la sécurité », et ne se soumettra pas au chantage européen