1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Comme prévu, le FBI a révélé avoir approché le suspect des tirs d’Orlando, Omar Mateen, en 2013 avec des informateurs se posant comme des terroristes dans une tentative de le « leurrer » afin de le faire participer à une attaque terroriste.

Update 20.06.2016 : (Conscience du Peuple)

Robertson 20 06 2016
Image :  aussi effrayant que tout méchant de bande dessinée - et ironiquement - littéralement un méchant fabriqué. Marcus Robertson est non seulement un ancien US Marine, mais aussi un atout de longue date de la CIA et du FBI... Il dirige un site extrémiste sur le sol américain avec une impunité absolue, et il est probablement l'une des composantes du système de piégeage contre terroriste du FBI. 

USA Today TC Palm rapporte dans un article intitulé « Exclusif : les résidents du village PGA veulent des réponses des sociétés de sécurité » qui ( nous soulignons) :

Le FBI a lancé une enquête sur Mateen après que les fonctionnaires du bureau du shérif aient signalé l'incident à l'agence. Dans le cadre de son enquête, le FBI a examiné l'historique des voyages de Mateen, ses enregistrements téléphoniques, ses connaissances, et a même planté un informateur dans le palais de justice pour « attirer Omar dans une sorte de piège et Omar n’a pas mordu à l’hameçon » a dit Mascara. Après cela le FBI a conclu que Mateen n’était pas une menace, a dit Mascara.

Ceci est conforme aux pratiques du FBI d'approcher pour piéger les potentiels suspects terroristes en se posant comme des terroristes eux-mêmes et de les aider, et les encourager dans la planification de préparatifs pour des attaques de grande envergure. Ces opérations d'infiltration comprennent tout, comme définir les cibles potentielles, jusqu'à l'obtention et à la formation des effectifs, à des vrais explosifs, ainsi qu’à l'achat de petits arsenaux d'armes à feu, y compris le genre de fusils semi-automatiques et les pistolets utilisés par Mateen pendant la tuerie d’Orlando.

Jamescomey
Image : le directeur du FBI James Comey.

En plus de l'opération d'infiltration du FBI, il est maintenant également révélé que Mateen a fréquenté le site d'un autre informateur du FBI/CIA, Marcus Dwayne Roberson, un ancien marine américain, devenu voleur de banque et maintenant informateur du gouvernement. Alors que les politiciens américains, responsables de l'application de la loi, et les réseaux de médias ont tenté de réclamer le site Web extrémiste de Robertson, le « séminaire de Tombouctou », était son propre projet indépendant. Ce que l'étendue de son association avec le gouvernement des États-Unis rend difficile, voire impossible à croire. Au lieu de cela, il semble être le mécanisme parfait pour alimenter le pipeline de piégeage du FBI, attirer et identifier les possibles suspects pour le FBI, qui peut alors les approcher et « enquêter ». L'article du National Review, « Le jihadistes d’Orlando et le garde du corps du cheikh aveugle » déclarerait (soulignement ajouté) :

Selon le site de nouvelles Fox News, Omar Mateen, le djihadiste qui a effectué l'assassinat de masse dans une discothèque gay en Floride ce week-end, était un étudiant de Marcus Robertson, un musulman radical basé à Orlando, qui a servi comme garde du corps de Omar Abdel Rahman - le fameux « cheikh aveugle » que j’ai poursuivi pour crimes de terrorisme dans la première moitié des années 1990. 

La National Review a également signalé que (soulignement ajouté) :

Dans le cas de Robertson, il est rapporté qu'il a accepté de travailler pour le gouvernement, pour effectuer de la collecte de renseignements à l'étranger et aux États-Unis. Selon Fox News, cependant, il a été expulsé du programme d'informateur secret au début de l’année 2007 après avoir attaqué son gestionnaire CIA en Afrique.

Mais le passage de Robertson avec la CIA n'a pas été le seul moment où il a travaillé pour le gouvernement des États-Unis, après son service dans le corps des Marines des États-Unis. La revue nationale indique le fait que, avant son renvoi de la CIA, il était un informateur pour le FBI entre 2004 et 2007.

The Daily Beast dans son article, « Est-ce que le tireur d’Orlando Omar Mateen a été inspiré par cet ex-marine voleur de banque ? » rapporte (soulignement ajouté) :

« Le plaignant a travaillé en tant qu'opérateur secret pour la Task Force contre-terroriste du FBI de 2004 à 2007, afin d' effectuer des opérations aux États-Unis et à l'échelle internationale, avec et contre les organisations terroristes présumées et connues »,  a dit Robertson dans des documents judiciaires.

Robertson est resté en contact avec les représentants de la loi américaine et des responsables du renseignement quand il est retourné aux États-Unis, selon des documents judiciaires déposés par son avocat, il a « servi de source confidentielle dans les enquêtes anti-terroristes nationales d’Atlanta à Los Angeles ».

Est -ce que le public américain devrait croire qu'un actif du gouvernement américain, qui a reçu une formation spéciale dans l'armée, et a servi comme un informateur et opérationnel tant pour le FBI et la CIA serait en quelque sorte, tout à coup autorisé à quitter les écrans radar du gouvernement américain, et être habilité à exécuter un site extrémiste au sein des États-Unis ?

Mohamed Bomb 800x600

Image : jusqu’où les enquêtes du FBI vont ? Que penser de  ​​la construction d’une camionnette piégée avec des bombes pour un suspect, afin ensuite de l'emmener dans un parc public pour faire exploser des explosifs réels ? La propre déclaration du FBI sous serment révèle que c’est précisément ce que les informateurs du FBI ont fait alors qu'il enquêtait sur ​​Portland, dans l’Oregon avec le suspect terroriste Mohamed Osman Mohamud. Est-ce que le FBI a tenté de pousser le tireur d’Orlando, Omar Mateen, à commettre une attaque terroriste pour contribuer à sa radicalisation ? Le FBI doit répondre à cette question.  

En effet, aucun Américain ne devrait croire, que Robertson a été la première étape dans la radicalisation d’Omar Mateen - le tireur Orlando. La tentative du FBI de se présenter comme des terroristes pour attirer Mateen va de pair avec une attaque terroriste qui était la deuxième étape. Bien que le FBI ait jusqu'ici omis de divulguer les détails de cette enquête, les observations faites par le directeur du FBI James Comey lui-même indiquent que les informateurs du FBI peuvent avoir travaillé sur Mateen pendant une durée allant jusqu’à 10 mois . Entre l'exposition à la propagande extrémiste de Robertson, bien rodé après des années de travail comme informateur et opérationnel, afin d'identifier et d'exposer les suspects de terrorisme, et les propres informateurs du FBI au cours des mois, voire des années, il est clair que le gouvernement américain et ses mesures « anti-terroristes » ont radicalisé Mateen – pas « ISIS ».

The Guardian dans son article, « La CIA n'a trouvé aucun lien entre le tueur d’Orlando et Isis, a dit l’agence » souligne encore cette vérité flagrante en signalant (soulignement ajouté) : 

Le chef de l' Agence centrale de renseignement n'a pas été « en mesure de découvrir un lien » entre le tueur d’Orlando Omar Mateen et l'État islamique, malgré l'allégeance déclarée de Mateen au groupe djihadiste au cours du dimanche du massacre de la discothèque LGBT...

Si Omar Mateen était un « terroriste qui a poussé à la maison », le FBI a servi de jardiniers. Le public américain doit maintenant demander les détails du travail d'infiltration du FBI concernant Omar Mateen, ainsi que la vérité derrière des liens durables entre Robertson et le gouvernement des États-Unis. Et si Robertson n'a pas de lien avec le gouvernement des États-Unis, une explication quant à la raison pour laquelle il est autorisé à exploiter un site extrémiste sur le sol américain doit être fournie. Pour des opportunistes politiques et idéologiques, qui tentent de saisir la tragédie d'Orlando pour défendre un exemple de « l'extrémisme islamique ». Il est particulièrement ironique que les faits indiquent que l'acte de terrorisme a été entièrement dissocié de « l'Islam », et il est plutôt le résultat de la vue continue du terrorisme par l'Amérique comme un outil géopolitique pratique et polyvalent, plutôt qu'une menace à combattre véritablement. Car littéralement tous les aspects qui ont contribué à la radicalisation d'Omar Mateen sont reliés directement au gouvernement américain lui-même, ce qui illustre la menace réelle que l'Amérique devrait craindre - la menace dans les salles de son propre gouvernement - et non les « terroristes » qui résident au-delà. 

 

Source : Thedailybeast.com

Traduction : ~ folamour ~
Corrections : ~ chalouette  ~
 

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow C’est le FBI, et non « ISIS, » qui a radicalisé le tireur d’Orlando…