5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Vous pourriez vous dire, tiens encore un papier sur les SDF, mais ce que nous essayons de vous expliquer, c’est qu’avec la politique de Quantitative Easing (planche à billets) de la FED et de la BCE (qui font augmenter tous les prix), c’est toute la classe moyenne qui devrait disparaître, et laisser la place à des ultra-pauvres, et des utlra-riches…

Et ils le savent très bien, c'est pour cela qu'ils ont pris la décision de faire des planches à billets illimitées, car les personnes aisées, elles, engrangent des bénéfices inespérés... qui leur permettent largement de faire face au coût de la vie qui augmente.

Et c'est qui le dindon de la farce ?

Amicalement,

f.

Home Sweet Home 16 09 2016

Tout comme lors de la dernière crise économique, les campements de sans-abri fleurissent un peu partout aux Etats-Unis, tandis que la pauvreté se développe à un rythme très inquiétant.

Selon le département du Logement et du Développement urbain des États-Unis (United States Department of Housing and Urban Development, abrégé en HUD), plus d’un demi-million de personnes sont sans-abri en Amérique actuellement, mais ce chiffre augmente chaque jour. Et cette situation ne concerne pas seulement les adultes. On rapporte que le nombre d’enfants sans abri aux Etats-Unis a augmenté de 60 % depuis la dernière récession, et selon le site povertyusa, 1,6 million d’enfants aux Etats-Unis ont dormi dans des refuges pour sans-abri ou dans une autre forme d’hébergement d’urgence l’an dernier. Oui, le marché boursier a connu une forte période haussière au cours de ces dernières années, mais pour ceux qui vivent au bas de l’échelle économique, les choses ont continué à se détériorer.

Ce soir, un nombre considérable de sans-abri vont essayer de trouver le sommeil lors de cette nouvelle nuit froide dans d’importants villages de tentes qui ont été mis en place dans le cœur de grandes villes américaines comme à Seattle, à Washington DC, ainsi qu’à Saint-Louis. La situation autour des sans-abri s’est tellement détériorée en Californie que le conseil municipal de Los Angeles a officiellement demandé au gouverneur Jerry Brown de déclarer officiellement l’état d’urgence. Et à Portland, la ville vient de prolonger d’une année supplémentaire l’état d’urgence pour les sans-abri, et les fonctionnaires de la ville ont vraiment des difficultés à gérer ces villages de tentes pour sans-abri qui poussent comme des champignons

Il y a toujours eu des sans-abri à Portland, mais l’été dernier Michelle Cardinal a remarqué un changement radical à l’extérieur du lieu où elle travaille.

Presque du jour au lendemain, des tentes ont surgi dans le parc qui joue le rôle d’espace vert devant les bureaux de son entreprise publicitaire. Elle a observé des agressions, des gens qui venaient dealer de la drogue ainsi que de la prostitution. Chaque matin, elle explique devoir nettoyer des excréments humains devant la porte de son entreprise et ramasser des aiguilles usagées.

« Cela a commencé en juin et depuis le mois de juillet, ça n’arrête plus. Le parc en est plein », explique-t-elle. « Nous avons un problème ici et la question est de savoir comment nous allons le résoudre. »

Mais bien sûr, il n’y a pas que Portland qui connaît cette situation. Ces énormes camps de sans-abri sont si connus aujourd’hui aux Etats-Unis qu’on peut même trouver leurs noms sur cette liste qui provient de Wikipedia

La plupart du temps, ceux qui établissent ces villages de tentes ne veulent pas être repérés parce que les autorités locales ont la fâcheuse habitude de les arrêter et d’expulser les sans-abri de cette zone. Par exemple, vérifier ce qui vient de se passer à Elkhart dans l’Indiana

Un groupe de sans-abri à Elkhart a été prié de quitter l’endroit où ils s’étaient établis. On le leur a rappelé pour la dernière fois, les résidents de « Tent City » doivent plier bagages et quitter le camp.

Les fonctionnaires municipaux avaient donné un ultimatum un peu plus d’un mois aux résidents pour quitter cette zone boisée ; Mercredi étant le dernier jour pour le faire.

Cet espace public était dans le collimateur du maire Tim Neese depuis qu’il avait pris ses fonctions en janvier. Selon le maire, cette zone était à la fois un danger pour la sécurité et la santé de ses habitants et créait une gêne et un problème à la circulation des piétons à proximité.

« Ces gens vivaient sur cette zone, mais vous n’avez pas le droit de vous établir sur l’espace public », a déclaré le maire Tim Neese, Elkhart.

Si ces gens ne peuvent pas s’établir et vivre sur « l’espace public », mais alors, où sont-ils censés aller ?

Bien entendu, ils ne peuvent pas non plus s’établir et vivre sur un terrain privé.

Ce n’est pas un reproche, mais le problème c’est que les gens ne veulent pas se retrouver confrontés aux excréments humains, aux aiguilles, à la criminalité ainsi qu’à d’autres problèmes que les sans-abri apportent souvent avec eux. Et c’est pour toutes ces raisons que les sans-abri sont chassés et envoyés plus loin.

Malheureusement, ça ne résout rien et cela ne fait que déplacer le problème chez d’autres.

Les laissés-pour-compte de l’économie américaine… Et ils sont des millions !

47% des Américains ne peuvent même plus sortir 400 dollars pour couvrir un imprévu

Comme ce nouveau ralentissement économique continue de s’accélérer, ce boom de sans-abri risque de prendre des proportions incontrôlables. Bientôt, on trouvera ces villages de tentes dans pratiquement toutes les localités en Amérique.

En fait, beaucoup de gens de la classe moyenne, qui bénéficient actuellement d’un cadre de vie confortable, finiront sous ses tentes. On l’a vu lors de la dernière crise économique, et ce sera encore pire à la prochaine.

Tout comme la dernière fois, les problèmes auxquels la classe moyenne est confrontée, peuvent paraître subtils, mais lorsque vous apprenez à bien observer les choses, vous remarquerez qu’ils font face à de nombreuses difficultés. Ce qui suit provient d’un excellent article tiré du New York Post

Etats-Unis : l’effondrement du commerce de détail - entre rayonnages vides et fermetures de magasins !

Est-ce que vous voyez ces épiceries fermer ? Ne voyez-vous pas aussi d’autres détaillants, comme des magasins de vêtements et de grandes surfaces faire faillite ?

Ne voyez-vous pas ces magasins baisser leurs rideaux le long de votre principale rue commerçante, là où vous aviez acheté un outil chez votre quincaillier, là où vous aviez laissé votre linge à nettoyer, ou encore là où vous aviez acheté vos fruits et légumes ?

Est-ce que vous gagner autant d’argent aujourd’hui qu’il y a 10 ans ?

Ne voyez-vous pas ces propriétés dont les résidents avaient été saisis se délabrer dans les quartiers voisins, ou bien des propriétaires qui, ayant perdu leur emploi, n’ont plus les moyens de tondre ou de peindre leur maison ?

Ne voyez-vous pas cette maison où vos voisins vivaient autrefois devenir maintenant un bien locatif, où chaque mois de nouvelles personnes viennent y vivre ?

Ne connaissez-vous pas une ou deux personnes qui sont actuellement à la recherche d’un emploi ? Et connaissez-vous des gens hyper-qualifiés, qui se croient à l’abri du chômage ?

Les Américains ne souhaitent ni voir ni entendre parler de ces gens qui vivent sous ces tentes, mais malheureusement beaucoup d’Américains, qui font partie de la classe moyenne, finiront par les rejoindre.

La réponse que l’on doit apporter à ces gens qui souffrent, c’est de l’amour et de la compassion. Nous avons tous besoin d’aide à un moment donné de notre vie, et je suis reconnaissant envers tous ceux qui m’ont donné un coup de main à divers moments, et ce tout au long de ma vie.

Malheureusement en Amérique, les gens se renferment sur eux-mêmes et deviennent de plus en plus durs, et cela ne risque pas de s’améliorer dans les mois à venir. Ayons une pensée pour ces centaines de milliers d’Américains qui cet hiver, dormiront sous des tentes et dans les rues de notre pays.

 

Source(s): theeconomiccollapseblog via BB via Contributeur anonyme

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow USA : Les villages de tentes pour sans-abri poussent comme des champignons. La pauvreté est en inflation vertigineuse