5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Son témoignage était précieux, puisqu’il a lui-même utilisé du glyphosate pendant des années, que la mort de M. Tomasi grave au fer rouge dans les consciences, l’urgence de changer de modèle agricole. Si les agriculteurs utilisent des produits pytosanitaires c’est parce que l’agriculture BIO est plus difficile et donc plus coûteuse. Mais ce n’est en rien un problème « technique », l’agroécologie pourrait créer jusqu'à 600.000 emplois en France. Comme pour d'autres domaines, il faut que notre pays se concentre sur ce qu’il sait faire le mieux, à savoir de la « qualité » et non pas de la « quantité ». Car à ce jeu-là, d’autres pays qui se foutent éperdument de leur éco-système ou de leur population nous battrons toujours à plate couture. Et ce que j’ai mis longtemps à comprendre, c’est que ce sont les citoyens qui sont AUSSI des clients qui doivent réorienter les choix des producteurs, en demandant des produits de qualités respectueux de l’environnement et de la santé de chacun. Ou à défaut (s'ils vivent assez longtemps)...  nos enfants finiront comme M. Tomasi

Update 15.09.2018 : (Le Parisien.fr)

Fabian Tomasi 10 09 2018
Fabian Tomasi, le 7 février 2018. PABLO AHARONIAN/AFP

Fabian Tomasi, devenu un symbole de la lutte contre le glyphosate en Argentine où il a travaillé pendant des années à remplir d'herbicides les réservoirs d'avions de fumigation, est mort à l'âge de 53 ans des suites d'une polyneuropathie toxique sévère.

"Hier (vendredi) ils ont fini de l'assassiner. Fabian était malade depuis plus de dix ans. Il s'empêchait de mourir pour pouvoir dénoncer la pratique agricole génocidaire qui l'a détruit", a déclaré à l'AFP Medardo Avila, membre du Réseau des médecins des villages fumigés.

Père d'une fille, Fabian Tomasi, qui n'avait plus que la peau sur les os, a consacré les dernières années de sa vie à éveiller les consciences sur les dangers des herbicides et avait même accepté de se laisser photographier pour les besoins de la lutte, a rappelé Medardo Avila.

En 2005, il avait commencé à travailler dans une entreprise de la province d'Entre Rios (centre-est), où il était chargé de remplir d'herbicides les réservoirs des avions de fumigation. Il avait expliqué qu'il manipulait des bidons de produits toxiques sans protection, personne ne l'ayant averti des dangers du glyphosate, classé comme "cancérigène probable" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Sa mort nous rend très tristes et nous met très en colère. Nous avons un système de production qui contamine la moitié du pays", a ajouté le médecin militant.

Quelques mois avant de mourir, Fabian Tomasi avait témoigné auprès de l'AFP. Pour lui, le glyphosate était "terriblement trompeur, un piège qui nous a été tendu par des gens très puissants". "Il ne restera personne. Toutes les terres que nous avons ne suffiront pas pour enterrer tous les morts", avait-il ajouté.

La maladie l'empêchait alors de consommer des aliments solides, il marchait avec difficulté car il avait perdu toute sa masse musculaire et la mobilité de ses mains était limitée. Incapable de vivre seul, c'est sa mère de 80 ans qui s'occupait de lui.

En Argentine, le soja OGM s'est considérablement répandu dans les années 1990, gagnant du terrain sur l'élevage bovin traditionnel, le rendement à l'hectare étant plus avantageux.

 

LIRE AUSSI - Glyphosate : ces pays où l'utilisation de ce pesticide fait débat

 

Source : Le Figaro.fr

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr : Sous le feu des ondes

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Décès de l'Argentin Fabian Tomasi, symbole de la lutte contre le glyphosate