5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Dans une interview sur Fox Business, John Bolton, le conseiller hyper-militariste de Trump pour la sécurité nationale, a admis que le coup d'État mené par les États-Unis au Venezuela était motivé par des intérêts pétroliers et commerciaux.

Par Ben Norton

Le conseiller hyper-militariste du président américain Donald Trump pour la sécurité nationale, John Bolton, s'est exprimé dans une interview sur Fox Business, admettant que le gouvernement des États-Unis travaille avec les entreprises pour cibler les énormes réserves de pétrole du Venezuela.

« Nous examinons les ressources pétrolières », a dit M. Bolton. « C'est la source de revenu la plus importante pour le gouvernement du Venezuela. Nous cherchons ce qu'il faut faire. »

« Nous sommes actuellement en pourparlers avec de grandes entreprises américaines » , a-t-il poursuivi. « Je pense que nous essayons d'arriver au même résultat final. »

« Cela fera une grande différence pour les États-Unis sur le plan économique si les compagnies pétrolières américaines peuvent vraiment investir dans les capacités pétrolières du Venezuela et les produire », a admis M. Bolton.

Le 23 janvier, le gouvernement américain a lancé une tentative de coup d'Etat politique au Venezuela, cherchant à remplacer le gouvernement du président socialiste Nicolás Maduro par Juan Guaidó et une opposition capitaliste néolibérale qui s'est engagée à privatiser les actifs de l'Etat et à se joindre aux entreprises partenaires.

Le Venezuela possède les plus grandes réserves pétrolières du monde, et le gouvernement de gauche démocratiquement élu de l'ancien président Hugo Chávez a mis à la porte les sociétés pétrolières américaines et utilisé les ressources naturelles de son pays pour financer les services sociaux destinés aux pauvres et aux travailleurs du Venezuela.

L'administration Trump a pris le contrôle des actifs de l'Etat vénézuélien aux Etats-Unis et les a remis à Juan Guaidó, supposé "président par intérim", dans le but de financer son régime putschiste. Le 28 janvier, les États-Unis ont également imposé des sanctions à la compagnie pétrolière d'État vénézuélienne, PDVSA, pour tenter de transférer le contrôle à l'opposition de droite.


Transcription

Une transcription complète de l'échange de Bolton avec Trish Regan, l'animatrice de Fox Business, le 24 janvier, suit ci-dessous :

JOHN BOLTON : « Nous examinons les actifs pétroliers. C'est la source de revenu la plus importante pour le gouvernement du Venezuela. Nous cherchons ce qu'il faut faire.

Nous voulons que tout le monde sache que nous prenons tout cela au sérieux. Nous ne voulons pas que les entreprises ou les investisseurs américains soient pris par surprise. Ils peuvent voir ce que le Président Trump a fait hier. Nous allons jusqu'au bout. »

TRISH REGAN : « Donc, si vous pensez à une société comme Citgo, qui appartient à PDVSA, qui est la compagnie pétrolière publique au Venezuela, nous avons beaucoup de ces actifs Citgo ici même aux États-Unis. Est-ce que c'est quelque chose, par exemple monsieur, que vous regardez ? »

JOHN BOLTON : « Oui, écoutez, nous sommes en pourparlers avec de grandes entreprises américaines qui sont soit au Venezuela, soit dans le cas de Citgo, ici aux États-Unis. Je pense que nous essayons d'arriver au même résultat final.

Le Venezuela est l'un des trois pays que j'ai appelés la « Troïka de la tyrannie ».

Cela fera une grande différence sur le plan économique pour les États-Unis si les compagnies pétrolières américaines pouvaient vraiment investir dans les capacités pétrolières du Venezuela et les produire.

Ce serait bon pour le Venezuela, ce serait bon pour le peuple des États-Unis. Nous avons tous les deux beaucoup en jeu ici en faisant en sorte que ça sorte dans le bon sens. »

 

Source : Grayzoneproject.com

 

Informations complémentaires :

 Venezuella Coup Etat US 04 02 2019

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Le coup d'État américain au Venezuela est motivé par les intérêts du pétrole et des entreprises - Le militariste John Bolton dévoile les objectifs US