1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Depots

La filiale suisse d’UBS a annoncé qu’elle agirait de la sorte avec les dépôts des particuliers excédant 2 millions de francs suisses. Les banques françaises ne comptent pas suivre le mouvement pour l’instant.

Les grandes fortunes réfléchiront peut-être à deux fois avant de laisser dormir leur argent dans les banques suisses et allemandes. Elles sont de plus en plus nombreuses à facturer les dépôts importants, explique le Financial Times, relayé par Les Echos. Dernière en date : la filiale suisse d’UBS, qui va facturer 0,75% par an les soldes de trésorerie individuelle supérieurs à 2 millions de francs suisses.

Cette mesure entrera en vigueur à partir du 1er novembre. UBS emboîte le pas à d’autres banques suisses, comme Julius Baer ou Pictet, qui agissent déjà de la sorte. "À la suite de mesures similaires prises par un certain nombre d'autres banques ici en Suisse, nous confirmons que nous avons décidé d'ajuster les frais de dépôt en espèces pour les francs suisses détenus en Suisse", a fait savoir la banque au Financial Times. Les clients fortunés concernés vont être bientôt prévenus par courrier des changements à venir.

⋙ Lire aussi Taux d’intérêt : la banque centrale des Etats-Unis devrait les baisser pour prolonger la croissance

Une méthode "très loin" d’être mise en place en France

En agissant de la sorte, UBS répercute sur ses clients la pénalité infligée par la Banque nationale suisse sur les dépôts, qui s’élève à 0,75%. Cela prouve aussi que les banques anticipent une longue période de baisse des taux, qui menacerait leur rentabilité. "Nous supposons que cette période de faibles taux d'intérêt durera encore plus longtemps et que les banques continueront à appliquer des taux d'intérêt négatifs sur les dépôts des clients auprès des banques centrales", a ajouté UBS.

En Allemagne, 30 banques appliquent déjà des taux négatifs à leurs clients privés, si leurs dépôts sont supérieurs à 100.000 euros. Mais cette mesure n’est pour l’instant pas envisagée en France. "On est très loin de mettre en place une facturation des dépôts. Cela ne se développe d'ailleurs pas tellement en zone euro", fait savoir Frédéric Oudéa, qui dirige la Société Générale, aux Echos. Le son de cloche est le même du côté du Crédit Agricole.

⋙ Lire aussi Crédit immobilier : bonne nouvelle, les taux vont rester très bas cette année

Un attentisme qui peut surprendre, alors que les banques françaises sont celles, avec leurs homologues allemandes, qui sont les plus concernées par le taux négatif de la BCE. Celui-ci est de 0,40% et concerne depuis 2016 les excédents d’argent dans les coffres des banques. Les banques françaises ont payé 1,655 milliards d’euros à la BCE, soit moins que les banques allemandes (2,560 milliards d’euros) : cela représente 60% des 7 milliards d’euros perçus par la BCE grâce à ce taux négatif, expliquent Les Echos.

 

Source : Capital.fr

 

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Les banques commencent à facturer les dépôts, en Suisse et en Allemagne pour l'instant (Capital)