5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

J’ai profité de ce billet du New Eastern Outlook, pour avoir un peu d’informations sur ce qui se passe au Cachemire, qui se situe à l’intersection entre l’Inde, le Pakistan et la Chine, car ce sont quand même… Des puissances nucléaires…

Nous on s'arrête là et on vous dit à demain matin, avec la Revue de Presse de notre Contributeur anonyme.

Bonne soirée, ; )

f.

Kashmir

Il semble que la situation qui se développe dans la région de l'Asie du Sud ait pris des teintes encore plus sombres que celles décrites par cet auteur deux semaines plus tôt, c'est-à-dire presque immédiatement après l'abrogation de facto de l'article 370 de la Constitution de l'Inde. Le Parlement indien a adopté la loi correspondante le 5 août dernier, à une écrasante majorité.

Nous tenons à rappeler que selon l'article 370, entré en vigueur en 1957, l'État du Jammu-et-Cachemire (dont la majorité de la population est musulmane) jouit d'un statut unique, presque équivalent à celui d'une nation indépendante, le gouvernement de New Delhi étant responsable uniquement de sa politique étrangère et sécuritaire. Les résidents d'autres États n'avaient pas le droit de résider dans l'État du Jammu-et-Cachemire ou d'y exploiter des entreprises sur une base permanente.

Nous voudrions également souligner à nouveau que l'article susmentionné représente le compromis atteint lors des négociations entre New Delhi et les forces politiques locales au pouvoir, qui a permis à ces dernières d'"intégrer" plus ou moins facilement les résidents vivant dans l'État du Jammu-et-Cachemire (un territoire équivalent en superficie à un peu plus de la moitié de l'ancien État princier du Kashmir) dans la République indienne. Le reste de cet État princier est devenu principalement une partie du Pakistan, mais certaines régions sont également allées à la Chine.

Maintenant que le Parlement a adopté le projet de loi le 5 août, l'ancien État du Jammu-et-Cachemire doit être divisé en deux territoires de l'Union qui auront un statut plus bas qu'auparavant et qui seront sous le contrôle total du gouvernement central. Une partie (le territoire "musulman") conservera l'ancien nom de Jammu-et-Cachemire et aura sa propre assemblée législative. Le deuxième territoire de l'Union, beaucoup moins peuplé (principalement par des bouddhistes), appelé Aksai Chin (ou Ladakh), ne disposera pas de son propre corps législatif. Et les résidents d'autres États indiens pourront maintenant déménager dans l'un ou l'autre des deux territoires.

Cette dernière évolution est l'une des principales raisons pour lesquelles la situation au Jammu-et-Cachemire (aujourd'hui un territoire de l'Union) et les relations entre l'Inde et le Pakistan se sont aggravées. Au Pakistan et dans la région susmentionnée, on craint que ce territoire de l'Union du Jammu-et-Cachemire perde très bientôt son identité "musulmane" (surtout si l'on prend en compte la beauté naturelle de la vallée du Cachemire).

Plus tôt, l'auteur a exprimé une vision pessimiste des conséquences de la loi susmentionnée du Parlement indien et, pour l'instant, ses effets en matière de politique étrangère ont déjà commencé à se manifester de manière très visible.

En outre, les prévisions selon lesquelles toute négociation future entre l'Inde et le Pakistan, ne serait-ce que pour tenter de résoudre le conflit du Cachemire, étaient hors de question pour un certain temps encore, s'avèrent exactes. Et le différend sur le Cachemire a, à plus d'une reprise, donné lieu à des affrontements militaires (d'une ampleur différente) entre ces deux puissances nucléaires (maintenant).

Jamais auparavant les accusations, les demandes et les menaces (des deux côtés) n'avaient suscité autant de tensions qu'au cours des dernières semaines. Il n'est plus possible de parler de négociations potentielles impliquant le Pakistan depuis que Rajnath Singh, ministre indien de la Défense, a déclaré qu'il n'y aurait pas de pourparlers avec le Pakistan s'il n'agissait pas contre les terroristes et ne cessait de soutenir les activités terroristes, le 18 août. Selon le ministre, le seul sujet de discussion entre les deux nations pourrait être le sort de la " PoK " (c'est-à-dire le Cachemire occupé par le Pakistan). C'est ainsi que s'appelait en Inde l'ancienne partie de l’État princier, devenue partie intégrante du Pakistan à la fin des années 1940.

Il convient également de mentionner qu'un jour plus tôt, Rajnath Singh avait ouvertement suggéré que "la posture de non-utilisation en premier de l'arme nucléaire en Inde n'est peut-être pas sacro-sainte" (et il n'y a eu aucune déclaration officielle sur ses commentaires à ce jour).

De son côté, le Premier ministre pakistanais Imran Khan a établi des parallèles (au moins deux fois à la mi-août) entre les récentes mesures prises par le gouvernement indien au Cachemire et la politique de nettoyage ethnique de l'Allemagne nazie. Après avoir lancé un certain nombre d'attaques verbales contre le Premier ministre Narendra Modi, il a ensuite exhorté le monde à "envisager sérieusement la sûreté et la sécurité de l'arsenal nucléaire de l'Inde". Et dire que ce n'est que récemment que des gestes assez positifs ont été posés par Islamabad envers New Delhi.

Quant aux principaux acteurs mondiaux, il semble qu'ils ne sachent pas quoi faire ensuite et se préparent au pire. Seule la Chine a pour l'instant adopté une position plus ou moins définitive (pro-Pakistan). C'est à l'initiative de la RPC que le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) a tenu une session informelle à huis clos le 16 août sur la situation dans la région après la décision de l'Inde d'abroger l'article 370 de sa Constitution.

Il convient de noter qu'aucun des "coupables" responsables de la situation susmentionnée n'était présent à la session et que les déclarations publiques concernant ses résultats n'ont pas été sans équivoque. Par exemple, ils s'inquiètent de la capacité des gouvernements à faire respecter les droits de l'homme au Cachemire et exhortent le Pakistan et l'Inde à s'abstenir de toute action unilatérale qui pourrait exacerber davantage les tensions actuelles. Entre-temps, à New Delhi et à Islamabad, les résultats de la session susmentionnés ne sont discutés que sous un seul angle, à savoir lequel des deux rivaux est "sorti vainqueur" au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Il convient de souligner que la raison de l'implication active de Beijing dans ce dossier n'est pas seulement (et peut-être pas tant) sa préoccupation face à l'évolution de la situation dans la vallée du Cachemire et aux problèmes auxquels son allié (le Pakistan) est actuellement confronté, mais aussi le fait qu'Aksai Chin, qui fait partie du territoire de l'Union Ladakh, est désormais une entité administrative de la République de l'Inde.

Le problème est qu'en réalité, 85% d'Aksai Chin sont sous le contrôle de fait de la Chine depuis la fin des années 50. Une autoroute d'une grande importance stratégique, qui relie les deux zones administratives spéciales (turbulentes) de la Chine (les régions autonomes du Tibet et du Xinjiang), traverse Aksai Chin. En fait, un différend sur la question de savoir qui contrôle le territoire susmentionné a entraîné une guerre entre les deux géants asiatiques en 1962.

Les revendications territoriales exprimées ouvertement par l'Inde (qui ont, il est vrai, toujours été implicites) sur l'ensemble du territoire d'Aksai Chin risquent une fois de plus d'aggraver le conflit territorial, qui concerne également un certain nombre d'autres zones le long de la frontière sino-indienne, et d'empirer les relations bilatérales. L'une de ces régions est tout l'État indien d'Arunachal Pradesh.

Les revendications territoriales ouvertes ou implicites de l'une ou l'autre nation sont un moyen sûr de ruiner irrémédiablement leurs liens bilatéraux. D'ailleurs, des signes indiquent que les relations entre la Chine et l'Inde s'améliorent après un sommet non officiel, qui s'est tenu à Wuhan fin avril 2018. Un an plus tard, l'évolution positive de ces relations bilatérales a été confirmée lors du Sommet du G-20 à Osaka, où les dirigeants de la RPC et de l'Inde se sont rencontrés dans les deux sens.

Une citation utilisée par un célèbre politicien russe en réponse à des développements similaires à ceux qui peuvent encore se produire dans les relations Chine-Inde semble pertinente ici : "Nous y revoilà."

Il y a une confusion visible à Washington. L'abrogation de l'article 370 a perturbé tout le jeu des États-Unis en Asie du Sud, qui a connu de nouveaux changements après la rencontre entre Imran Khan et Donald Trump le 22 juillet dernier, lors de sa visite officielle en Amérique du Nord et aux États-Unis.

Entre-temps, dans sa quête de soutien sur la scène mondiale, dont l'Inde a tant besoin, son Premier ministre a eu une conversation téléphonique de 30 minutes avec le Président américain le 19 août. Donald Trump a tweeté un commentaire sur ce dialogue, qui disait essentiellement que la situation actuelle était difficile, mais que les négociations avec ses deux amis (c'est-à-dire Imran Khan et Narendra Modi) avaient été productives.

Il semble que le président américain ait choisi d'ignorer le fait que l'un de ses "amis" avait comparé l'autre à Hitler récemment.

Selon une brève déclaration générale du Département d’État américain, la visite du Secrétaire d’État adjoint John J. Sullivan à New Delhi (3 jours auparavant) n'aurait aucun impact réel sur une éventuelle résolution de la nouvelle situation de conflit à laquelle le Pakistan et l'Inde sont confrontés.

Enfin, il semble opportun de commenter brièvement l'impact de l'environnement interne en Inde sur la situation susmentionnée. Il est tout à fait naturel d'observer le triomphe des partisans du drapeau couleur safran (c'est-à-dire les membres du Parti Bharatiya Janata (BJP)) actuellement.

Quant au plus ancien parti de la nation, le Congrès national indien (CNI), malgré sa défaite dévastatrice lors des récentes élections générales, l'absence d'une nouvelle direction unificatrice (Rahul Gandhi a démissionné de son poste de président du parti) et l'euphorie suscitée par le patriotisme qui règne dans le pays, il semble bien comprendre la gravité des conséquences potentielles (internes et externes) de la suppression de l'article 370 de la Constitution. Par conséquent, nous ne pouvons exclure la possibilité que le CNI puisse attirer le soutien des opposants à la BJP, en raison de leur rejet de la décision au regard de l'article 370 (entre autres raisons).

Néanmoins, même les dirigeants actuels, malgré leur discours optimiste en public, semblent comprendre la gravité des conséquences de la révocation de l'article 370. Les querelles juridiques en cours concernant la propriété de la colline "sacrée" (pour les hindous comme pour les musulmans) dans la ville d'Ayodhya en sont la preuve. Et toute éruption soudaine de tensions autour de cette question, qui continuent d'augmenter, peut avoir des conséquences tout aussi graves que celles qui découlent de la suppression de l'article susmentionné.

De ce point de vue, l'apparition d'un prétendu "descendant" de la dynastie musulmane moghole, qui régna en Inde à la fin du Moyen Âge, est digne de mention. Naturellement, il n'a fourni aucune preuve à l'appui de ses affirmations jusqu'à présent. Cependant, au nom de la dynastie susmentionnée, le descendant a proposé une résolution politiquement correcte de la "dispute territoriale" sur la colline d'Ayodhya.

Il convient également de souligner que la question de la nature inconstitutionnelle des divorces rapides pratiqués dans l'islam d'aujourd'hui (conformément à la coutume du "triple talaq") a fait l'objet d'une attention très tardive. Comme l'article de la BBC l'a déclaré triomphalement, la décision rendue par la Cour suprême de l'Inde en 2017 a été une "victoire majeure pour les militantes des droits des femmes", dont le mouvement lutte pour l'égalité des sexes.

Cependant, il est fort douteux que quiconque se soit intéressé à l'opinion des femmes ou des hommes musulmans (d'ailleurs) sur cette question.

Nous sommes apparemment au tout début du processus qui a commencé lorsque les dirigeants indiens ont révoqué le statut spécial accordé à l'un de leurs anciens États. Et ses conséquences peuvent s'avérer d'une importance non seulement régionale mais aussi mondiale. Cependant, pour l'instant, le processus a pris une tournure négative.

 

Vladimir Terekhov, expert sur les questions de la région Asie-Pacifique, exclusivement pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

Source : Journal-neo.org

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Les tensions sur la question du Cachemire continuent de s'exacerber (Neo)