4.375 1 1 1 1 1 Rating 4.38 (8 Votes)

Stop ou encore..., ils n'ont plus vraiment le choix... Ce sont les marchés qui décident... Du reste, je ne pense pas que l'on puisse faire le parallèle entre les USA et l'Europe... Les seuls qui profitent des QE de la BCE ce sont les banques et les entreprises du CAC 40.

Planche A Billets Us 03 09 2019

Une nouvelle étude a découvert que nous sommes beaucoup plus dépendants de la grande machine de création de dette de l'Amérique que la plupart d'entre nous n'aurions jamais osé l'imaginer. Aujourd'hui, la dette est impliquée dans la plupart de nos transactions majeures.  Pour acheter une maison, la plupart d'entre nous s'endettent. C'est la même chose lorsque la plupart d'entre nous achètent un véhicule. La dette totale des cartes de crédit dépasse largement le billion de dollars, et la dette totale des prêts étudiants dépasse maintenant le billion et demi de dollars. La dette des entreprises a plus que doublé depuis la dernière crise financière, les gouvernements des États et les administrations locales se noient dans la dette et les obligations non capitalisées au titre des régimes de retraite, et le gouvernement fédéral a plus de 22 billions de dollars de dettes. La Réserve fédérale et les banques "trop grandes pour faire faillite" sont au cœur de ce système insidieux basé sur la dette, et elle a systématiquement détruit l'avenir brillant que nos enfants et nos petits-enfants étaient censés avoir. Mais si nous éteignions soudainement la grande machine de création de dette de l'Amérique à ce point, notre système économique entier s'effondrerait totalement, parce que nous en sommes devenus si dépendants. En fait, une étude qui vient d'être menée par Bloomberg a découvert que "le produit intérieur brut par habitant tomberait en territoire négatif" si la capacité d'emprunter était soudainement retirée...

Selon les données compilées par Bloomberg, la santé de la nation, mesurée par le produit intérieur brut par habitant, tomberait en territoire négatif si elle ne dépendait pas de l'argent emprunté.

En fait, les États-Unis se classeraient presque au bas du classement des 114 économies selon le PIB par habitant. Seuls l'Italie, la Grèce et le Japon s'en sortiraient moins bien. Il s'agit d'un changement sismique par rapport à la confortable cinquième place de l'Amérique sur une liste basée sur des mesures conventionnelles.

Notre niveau de vie, massivement gonflé par l'endettement, dépend entièrement et complètement de la création continue de nouvelles dettes.

Essentiellement, cette étude a révélé que sans dette, nous n'aurions pas une grande économie du tout. En fait, Bloomberg affirme que le revenu par habitant aux États-Unis passerait de 66.900$ par année à "moins 4857 $"...

Pour obtenir cette mesure quelque peu dystopique, Bloomberg a pris comme point de départ le PIB de chaque économie en 2020, tel que prévu par le Fonds monétaire international. Nous avons ensuite ajusté le chiffre en supprimant la possibilité d'emprunter, tout en ajoutant des réserves pour créer une autre mesure de la richesse.

Le revenu par habitant des États-Unis de 66.900$ serait ramené à un montant négatif de - 4857$ à l'aide de cette mesure. C'est une perte totale de près de 72.000$ pour chaque homme, femme et enfant.

Donc, la seule chose qui nous empêche d'un effondrement économique complet et total, c'est le fait que la dette coule comme du vin.

Mais que se passerait-il si une crise nationale majeure éclatait un jour et que tout le monde avait soudain peur de prêter de l'argent ?

C'est une chose à laquelle il faut réfléchir, parce qu'un tel scénario peut être beaucoup plus proche que ce que beaucoup de gens pourraient penser.

Dans l'état actuel des choses, nous semblons être au bord du précipice de la pire récession économique depuis la dernière crise financière, et notre guerre commerciale avec la Chine a atteint un tout nouveau sommet au début du mois de septembre...

La principale raison du rallye boursier torride de la semaine dernière a été de raviver l'"optimisme" que l'escalade de la guerre commerciale, entre les États-Unis et la Chine, pourrait être au bord d'un autre cessez-le-feu après des conversations téléphoniques, aussi fausses soient-elles, entre le côté américain et le côté chinois. Cela s'est traduit par la spéculation qu'une nouvelle série de hausses tarifaires prévue pour ce week-end pourrait ne pas avoir lieu ou être retardée.

Cependant, ce n'est pas ce qui s'est produit, et aucun accord commercial n'étant en vue, l'administration Trump a imposé des droits de douane sur 112 milliards de dollars d'importations chinoises, la dernière escalade dans une guerre commerciale qui a paralysé l'économie mondiale, a entraîné l'Allemagne dans une récession et a donné au marché un alibi pour continuer à augmenter car, en attendant, "un accord commercial s'annonce".

Seulement, ce n'est pas le cas, et une minute plus tard, à 0h01 HAE, la Chine a riposté en augmentant progressivement ses droits de douane sur un total d'environ 75 milliards de dollars de marchandises américaines. La liste des cibles touche au cœur du soutien politique de M. Trump, soit les usines et les fermes du Midwest et du Sud à un moment où l'économie américaine montre des signes de ralentissement.

Les Chinois savaient que ces tarifs étaient sur le point d'entrer en vigueur, et ils étaient donc prêts à riposter une minute plus tard.

Bien sûr, de nombreuses entreprises américaines seront très durement touchées par ces tarifs que l'administration Trump vient de mettre en place. Ce qui suit vient de CNBC...

Cela signifie que lorsqu'une entreprise d'électronique importe un téléviseur, un haut-parleur intelligent ou un bourdon de Chine à partir du 1er septembre, elle devra payer une taxe de 15% au gouvernement des États-Unis.

En fin de compte, cela finira par faire augmenter les prix des gadgets et d'autres produits pour les Américains, a déclaré Bronwyn Flores, porte-parole de la Consumer Tech Association (CTA), un groupe professionnel qui représente 2000 entreprises différentes de l'industrie électronique, dont des marques comme Apple et LG, et des détaillants comme Walmart et Best Buy.

Essentiellement, les gens ne pourront pas acheter autant d'articles pendant la période des Fêtes, et l'activité économique globale sera plus lente qu'elle ne l'aurait été autrement.

Entre-temps, le président Trump continue d'espérer que les pourparlers commerciaux avec la Chine porteront leurs fruits...

Le président Donald Trump a déclaré que les négociations commerciales avec Pékin sont toujours prévues pour septembre après l'entrée en vigueur dimanche d'un nouveau cycle de négociations tarifaires.

"Nous discutons avec la Chine, les réunions de septembre, cela n'a pas changé ", a déclaré M. Trump aux journalistes dimanche sur la pelouse sud de la Maison-Blanche, après son retour de Camp David.

Ce genre de commentaires a contribué à stabiliser les marchés financiers la semaine dernière, mais s'il y avait un espoir qu'un accord commercial soit imminent, nous n'aurions pas vu les deux parties imposer de nouveaux tarifs dimanche.

Et maintenant, nous entrons dans le mois qui est traditionnellement le pire pour Wall Street. Ce qui suit vient de Fox Business...

Les investisseurs pourraient pousser un soupir de soulagement à l'idée que le mois d'août, généralement un mois volatil pour les actions, est terminé, mais l'histoire montre que septembre pourrait être encore pire pour Wall Street.

Depuis 1950, septembre a été le pire mois pour l'indice S&P 500, qui a chuté, en moyenne, de 0,5% au cours du mois, un phénomène appelé effet septembre. Selon les données du marché de Dow Jones, la baisse moyenne de l'indice Dow Jones en septembre est de 1%, alors que le Nasdaq Composite enregistre généralement une baisse moyenne de 0,5%.

Nous verrons ce qu'apportera ce mois de septembre. Certes, les choses sont vraiment bancales à Wall Street en ce moment, et toute mauvaise nouvelle risque de déclencher une nouvelle vague de panique.

Il ne fait aucun doute que le marché est plus prêt pour un krach qu'il ne l'a jamais été depuis 2008, et il n'en faudra certainement pas beaucoup pour en faire un "septembre à retenir"...

A propos de l'auteur : Michael Snyder est un écrivain national, une personnalité des médias et un activiste politique. Il est l'auteur de quatre livres dont Get Prepared Now, The Beginning Of The End et Living A Life That Really Matters. Ses articles sont initialement publiés sur The Economic Collapse Blog, End Of The American Dream et The Most Important News. De là, ses articles sont republiés sur des douzaines d'autres sites Web importants. Si vous souhaitez republier ses articles, n'hésitez pas à le faire. Plus il y a de gens qui voient cette information, mieux c'est, et nous devons réveiller plus de gens pendant qu'il est encore temps.

 

Source : Theeconomiccollapseblog

 

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Une étude découvre que si la machine à dettes était éteinte, les États-Unis plongeraient immédiatement dans une terrible dépression