5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

La Tunisie est aussi au bord de la crise de nerfs, tous ces espoirs légitimes qui ont été douchés par des ambitions personnelles, tout en gardant bien à l'esprit que les partis islamistes sont toujours en embuscade...

Arab Spring Egypt 23 09 2019

Par Tyler Durden

Du jour au lendemain, des manifestations de masse ont éclaté dans les rues du Caire, impliquant des centaines, voire des milliers de personnes, qui se sont emparées d'une place centrale de la capitale pour manifester contre l'homme fort et dirigeant égyptien Abdel Fatah al-Sisi,

Tout comme les précédentes manifestations dites de "printemps arabe" qui ont secoué les rues égyptiennes à partir de 2010 jusqu'en 2011, qui ont déclenché la chaîne d'événements tumultueux qui s'est terminée par la prise de pouvoir de Sisi dans un coup d'État renversant Mohamed Morsi, les manifestations spontanées de vendredi soir, qui ont également frappé les villes portuaires d'Alexandrie et Suez, étaient le fruit d'une organisation en ligne coordonnée.

Les vidéos montraient des manifestants scandant en colère des slogans anti-Sisi exigeant qu'il quitte son poste et, dans certains cas, détruisant des affiches et des images portant son visage. Des manifestations auraient également eu lieu dans les petites villes de Damiette, Damanhour et Mahalla.

Les émissions de télévision progouvernementales avaient rejeté les manifestations importantes, dont les nouvelles sont rapidement devenues virales, comme étant minuscules et la pagaille de groupes réduits de jeunes.

D'autres médias pro-gouvernementaux ont déclaré que la scène autour de la place Tahrir, site des premières manifestations de masse du printemps arabe, était calme ; cependant, les correspondants internationaux ont cité jusqu'à "des milliers" de personnes rassemblées là-bas.

Le message des manifestants était principalement axé sur la lutte contre la corruption, selon les rapports internationaux, et c'est une entreprise incroyablement risquée dans l'Egypte de Sisi - étant donné l'état de fait de la loi martiale qui existe et les tactiques policières brutales qui incluent l'emprisonnement des journalistes et les nombreux rapports sur la torture.

Des affrontements limités avec la police ont été signalés vendredi soir, les services de sécurité déployant des gaz lacrymogènes et peut-être d'autres mesures de lutte antiémeute.

Comme le rapporte le Guardian, citant près de 60 arrestations du jour au lendemain :

    Les forces de sécurité se sont déplacées pour disperser les petites foules dispersées au Caire vendredi soir à l'aide de gaz lacrymogènes, mais de nombreux jeunes sont restés dans les rues du centre de la capitale en criant "Partez, Sisi", ont déclaré les journalistes de Reuters sur les lieux.

    Au moins 55 personnes ont été arrêtées pour avoir manifesté sans autorisation, selon un média local, citant le ministère égyptien de l'Intérieur. Le Centre égyptien pour les droits économiques et sociaux, basé au Caire, a enregistré 36 arrestations au Caire et en dehors de la capitale. Le nombre de personnes arrêtées devrait augmenter.

Malgré le fait que ceux qui descendent dans la rue risquent d'être arrêtés immédiatement, les manifestations de vendredi ont été assez impressionnantes pour se poursuivre tout au long de la fin de semaine et pourraient devenir de plus en plus violentes à mesure qu'elles prennent de l'ampleur.

Quelle que soit l'ampleur de ces manifestations de rue anti-Sisi, il est peu probable qu'elles obtiennent beaucoup de soutien ou de reconnaissance de la part de la Maison-Blanche, étant donné que l'" État profond " militaire de l'Égypte existe depuis des décennies depuis la signature du traité de paix entre l'Égypte et Israël en 1979, juste après les accords de Camp David, acheté et financé par les États-Unis et l'aide étrangère.

Le récent éclatement de Trump au sommet du G7 en France pourrait aussi être un indicateur de la situation : il aurait crié "Où est mon dictateur favori ?" en faisant référence au président égyptien.

Cet article provient de ZeroHedge.com

Légende et crédit de l'image (2013) - Des manifestants opposés au président égyptien Mohammed Morsi brandissent des drapeaux sur la place Tahrir, au Caire, mercredi. Peu de temps après, les militaires ont organisé un coup d'État, évinçant Morsi et suspendant la Constitution. Mohamed Abd El Ghany/Reuters/Landov - NPR

 

Source(s) : Zerohedge via Activist Post

 

Informations complémentaires :

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Printemps Arabe 2.0 ? - La protestation de masse « Sisi doit partir » a ébranlé les rues égyptiennes du jour au lendemain (Zerohedge)